Indre 1914-1918 - Les 68, 90, 268 et 290e RI

18 janvier 2020

"Il devait être fait prisonnier sa m’étonne beaucoup comme il écrit pas", l'attente des nouvelles du disparu.

Suite à la dernière diffusion autour de la sortie du bulletin de l’Académie du Centre, j’avais effectué une petite annonce via le réseau social Facebook et mon compte Indre Grandeguerre. A la suite de ce message, Pascal a répondu en signalant qu’il possède quelques lettres de poilus et qu’il est prêt à les diffuser si cela m’intéresse. Et pour preuve, il mettait en ligne le scan d’une enveloppe ayant rapport avec un soldat de Pommiers.  Bien évidemment, je m’empressais de cliquer sur le bouton « j’aime », d’autant que cette enveloppe était intrigante, couverte d’annotations diverses et démontrant un parcours compliqué, il s’agissait d’une missive de recherche d’un prisonnier, qui navigua de France vers l’Allemagne, en Bavière et oblitérée en 1915 à Châteauroux.
Par le biais des lettres transmises par Pascal, je me propose donc de suivre le parcours du soldat Hémery originaire de Pommiers, canton d’Argenton-sur-Creuse et au travers de ce portrait de retracer la recherche du soldat prisonnier par ceux restés au pays. Il est cependant à préciser que la correspondance complète n’existe plus et est donc parcellaire, ne facilitant pas nécessairement la compréhension du cheminement emprunté.
Afin de ne pas dévoiler de suite le parcours de Emile Gabriel Hémery, volontairement, je ne vous donnerai le lien vers sa fiche matricule qu’en fin de ce message.
Comme tous les soldats nés en 1892, fils de André et de Meunier Marie domiciliés à Pommiers, Emile a effectué son conseil de révision en 1913 à Eguzon, l’année de ses 21 ans. Il a rejoint ensuite son unité le 10 octobre 1913 afin d’effectuer son service militaire. Il est affecté au sein du 13e régiment d’infanterie de Nevers (Nièvre) et ce pour 3 ans, du fait de la loi votée le 19 juillet de cette même année 1913.
En août 1914, il ne fut donc pas mobilisé car se trouvant déjà sous les drapeaux. La première lettre présentée par Pascal est donc celle que Emile envoie à son oncle avant de partir au front. Nous sommes déjà en guerre et même s’il essaye de faire bonne figure, la sérénité n’est pas totalement présente. Le thème de l’espérance revient plusieurs fois, mais aussi la résignation.

Nota : l’orthographe d’origine a été préservée

81148328_2682385848497709_6354800033107279872_o2

Nevers le 5-7-1914
Cher oncle
Je fait réponse à votre lettre que je suis très contant d’apprendre que vous etre en bonne santé pour moi sa va tres bien et ce soir nous parton esperant que l’on reviendra mais nous l’on y part de bon cœur et si sa tenait qua nous l’on remportera la victoire mais je vous  dirais  que sa se debroille pas beaucoup car a l’heure que l’on est il y a longtemps que l’on devrait sur la frontière enfin ne vous tourmentez pas pour moi mais je pense que la misère doit est grande dans les villes et les campagne.
Je ne vois plus rien a vous dire pour le moment.
Je termine cette lettre en serrant la main

Hemery Gabriel
9e Compagnie 13e regiment
A Nevers sa ne change pas
Je vous remerci beaucoup pour l’argent que vous m’avez cher oncle. Jespere que tout vu ne partira pas mais moi jai bien de chance de ne pas revenir car je suis à la 1ère compagnie du bataillon et 1ère escouade de la compagnie mais enfin jai toujours espérance

(Note IndreGrandeguerre: A noter l'incohérence de date, nous sommes plutôt le 05/08/1914 au vu du texte)

Avec cette lettre se termine le contact que nous avons avec Emile Gabriel Hémery. Point d’autres lettres, pas de photos.
La seconde phase commence. Au pays, plus de nouvelles, la famille s’inquiète, le temps passe. Afin de comprendre, il est important de retracer une rapide parcours du 13e Régiment en ce début de conflit et notamment jusqu’au 20 août 1914, date essentielle dans le parcours d’Emile.
Pas de chance, le Journal de Marche et Opérations de cette unité n’existe plus, il est donc nécessaire de s’appuyer sur d’autres sources afin de retracer ce parcours.
Le 13e RI fait partie du 8e Corps d’Armée avec notamment le 29e RI d’Autun avec qui il forme brigade. Dans ce corps d’armée, on retrouve le 95e de Bourges et le 85e de Cosne sur Loire, 2 autres régiments où bon nombre d’Indriens furent affectés.
Le 13e RI quitte Nevers le 5 août et se rend en Lorraine. Il reçoit le baptême du feu le 14 août et franchit la frontière à la suite. En Lorraine annexée, il se rend en direction de Sarrebourg. Les 19 et 20, le contact est alors tout autre et les 2 bataillons chargés de l’attaque battent alors en retraite, laissant de nombreuses pertes sur le terrain. La bataille de Sarrebourg est perdue et Emile Gabriel Hémery fait partie de ceux restés sur le champ de bataille.

La longue attente des nouvelles commence. Le premier indice retrouvé est une lettre du front envoyée par le soldat Constant Meunier, neveu de Sylvain Meunier et donc cousin par alliance avec Emile Gabriel Hémery.

81730081_1500517186763491_447858019733078016_n

Le 13 décembre 1914
Cher oncle et tante
Je profite d’un petit moment pour vous envoyer de mes nouvelles qui bonne pour le moment et je desire qu’il en soit de même envers vous tous. Je ne suis pas loin des boches en ce moment. Je suis à Saint Agnant meuse.
Mais sa fait rien il ne me font pas peur pour ça et on va se dépécher de les envoyer chez eux et une fois qu’il vont commencer à s’en aller j’espère qu’on va leur faire une poursuite qui ne va pas les faire rire. Auhourd’hui nos canons poussent quelque chose et eux ne répondent pas.
Je pense que bientôt sa sera fini et reourner au pay fêter la victoire. Elle nous appartient et nous l’aurons et après nous serons tranquilles pour longtemps. J’ai demander quelques renseignements sur Gabriel il m’ont dit qu’il avait été blessé à Sarrebourg et qu’il devait être fait prisonnier sa m’étonne beaucoup comme il écrit pas.
Plus rien à vous dire pour l’instant je termine ma lettre en vous embrassant tous de tout mon cœur.
Votre neveu qui vous oubli pas
Meunier Constant au 13e d’Inf.
11e compagnie Nevers Nièvre
Service en campagne.

Il est à noter que Constant répond à un questionnement de la part de son oncle Sylvain sur le sort de Emile Gabriel. Ils sont tous les deux dans le même régiment, l’un à la 9e Compagnie, l’autre au 11e. Ils étaient cependant dans le même bataillon (3e) et ont donc connu les mêmes aléas.
A ce point, il est important de signaler que Constant MEUNIER, aussi de Pommiers, n'en reviendra pas. Sa fiche sur le mémorial départemental est accessible ici (Cliquez sur le lien).

Le courrier suivant transmis par Pascal concerne nous projette dans l’année 1915 et la recherche des nouvelles du disparu:

82103455_2683200941749533_7157906188145786880_o

Châteauroux le 30 mars 1915
Monsieur le Trésorier payeur
J’ai l’honneur de venir solliciter de votre haute bienveillance pour me donner le n° Matricule de Héméry Emile Gabriel soldat au 13e d’inf 9ème Cie disparu depuis le 20 aôut à la retraite de Sarrebourg et à cette date s’il y avait plusieurs soldats du nom de Hémery à la 9e Cie.
Veillez et agréer Monsieur le Trésorier votre dévoué et humble serviteur
Meunier S.
Employé des PTT
8 avenue du Général Ruby
Châteauroux

Annotation rajoutée « 4859 Blessé le 20 août » et « c'est mon neveu »

La famille cherche dans toutes les directions possibles à obtenir des nouvelles, le 9 avril 1915, l’organisation d’aide aux disparus « Les nouvelles du soldat », basée à Paris conseille l’envoi d’un courrier au soldat Hémery qui serait à Grafenwohr.
Ainsi, des nouvelles sont demandées par Sylvain Meunier, l’oncle maternel du soldat Hémery qui s’adresse au régiment. 15 jours plus tard, une réponse parvient à l’oncle :

81173726_2683211905081770_7703367228011315200_o

Le 13 avril 1915
Monsieur
En réponse à votre présente lettre, je m’empresse de vous donner le renseignement demandé concernant votre neveu, le soldat Hemery Emile, son numéro matricule est 4859. Au 20 août, il y avait à la 9ème compagnie un autre Hemery Henri Silvain Paul, n° Mle 4860 tué à l’ennemi el 25 septembre 1914.
Tout ce que l’on sait à la 9ème compagnie sur le soldat Hemery Emile, votre neveu, c’est qu’il a été blessé le 20 août à Sarrebourg (Lorraine annexée).
Si vous êtes sans nouvelles de lui depuis cette date, il y aura lieu de prévenir l’officier de détails qui dressera un acte de disparition, et cet acte vous sera adressé par l’intermédiaire du ministère de la guerre ; il vous servira ensuite de point de départ pour une enquête et, si besoin est, pour une procédure de déclaration d’absence par les tribunaux civils.
je vais, de suite, faire le nécessaire à ce sujet.
Recevez, monsieur, mes salutations empressées
Un soldat du 13e

Des demandes sont donc effectuées auprès de la Croix Rouge ainsi qu’auprès d’organismes s’étant fait spécialité de la recherche des disparus.

81981213_2683150065087954_8214068174132346880_o 81280098_2683159145087046_3782969703547273216_o
Courriers provenant de l'association "Les nouvelles du soldat" suite à courrier de la part de la famille.

81223054_2710393845726523_6921874662666272768_o 82162810_2710394482393126_463619093715484672_o
Fiche CICR recto-verso (Comité International de la Croix Rouge)

cliquez sur l'image pour accèder au dossier CICR

Monsieur Meunier, employé des Postes apparait comme demandeur principal (haut de la fiche)

Les demandeurs d’enquète auprès du CICR en bleu en bas de la fiche :
L’organisation « Les nouvelles du soldat »
les parents « Hémery Béthenet Pommier »
Mme Michaud de Malakoff (Seine) (sœur ? tante ?)

D'autres courriers sont en possession de Pascal, ceux-ci nous font partager les échanges entre les différents membres de la famille, les espoirs, les désillusions. Au final, l’état français, le ministère de la Guerre fut informé le 18 avril 1915 d’un avis officiel de décès signalant que Emile Gabriel Hémery était décédé le 19 septembre 1914 à l’hôpital de Grafenwohr des suites de blessures de guerre et qu’il avait été inhumé par les soins des autorités allemandes.
Rien n’indique quel fut le moment et la forme de l’annonce du décès. Sur l’enveloppe partie vers Grafenwohr le 24 mars 1915, il a été rajouté en rouge la mention du décès certainement au moment de son retour vers la famille:

80884452_2673249959411298_8020242416097296384_o
L'enveloppe qui fut envoyée de Châteauroux vers en Grafenwohr le 24/03/1915 et qui revint annotée de la triste nouvelle

Capture1

Le parcours militaire de Emile Gabriel HEMERY résumé en 6 tristes lignes.

Sa fiche matricule complète est consultable aux archives départementales de l'Indre et accessible en ligne ICI

Il figure aussi sur le blog du mémorial départemental Indre1418soldats


 

Un fait particulier fut le retour de la dépouille du soldat Hémery au pays. En effet, lors du dépouillement des relevés de cimetière du département, au moment de traités le cas du cimetière de Pommiers, il apparut que la dépouille fut rapatriée en France et qu’une sépulture en porte l’indication. Le fait remarquable est la date de ce retour de corps, car cela ne se fit qu’assez tardivement, en 1927.

Une date assez éloignée des habituels retours de corps des années 1920/1921 organisées par l'Etat français et le ministère des Pensions.

P1050857 P1050858
la sépulture familiale au cimetière communal de Pommiers (36)


On notera qu'une rapide recherche sur le site Généanet nous permet d'accèder à une fiche généalogique concernant directement Emile Gabriel HEMERY

https://gw.geneanet.org/hemery3?n=hemery&oc=&p=emile+gabriel

Capture


A propos des organismes de recherche des disparus, on s'intéressera à un article daté du 25/04/1915 issu du quotidien "Le Journal" et accessible sur Retronews. Cet article de Edouard Herriot (maire de Lyon) récapitule les possibilités et les organismes de recherche d'alors:

Article1

 


Rajout du 25/01/2020.

Pascal m'a transmis cette semaine une transcription d'une nouvelle lettre familiale datée de juin 1916. Cette lettre ne vient pas du front mais témoigne des difficultés quotidiennes rencontrées par ceux qui sont restés au pays.

83219593_2723868004349493_1213690013330440192_o1

Bord le Jeudi soir
Juin
Chère tante
J’ai reçu ta lettre il y a déjà plusieurs jours, j’ai retardé un peu à te répondre parceque en ce moment nous sommes très occupées ma grand-mère et moi, nous avons la vigne a acoler et a faire labourer, les pommes de terre à faire biner et il n’y a pas moyen de trouver quelqu’un, il n’y a que Pierre Cottit qui pourra venir pendant quelques jours aussi il faut bien …. tout le monde …..mette, surtout que …. année elles sont pl…. De chiendent il y a du travail.
Le facteur nous a dit qu’il devait y avoir un service pour votre neveu Gabriel jeudi le 10 juin et ce matin il nous a dit que c’était retardé que ce serait le jeudi d’après c’est à dire le 17.
Je croyais qu’il était prisonnier ces pauvres gens n’ont pas de chance n’avoir que celui là et de le perdre comme ça.
Mon oncle Octave doit être toujours à Châteauroux. J’espère ….il y restera et Eugène Pacaud le voyez-vous souvent probablement qu’il aimerait mieux être là qu’à Châteauroux il doit ‘s’ennuyer.
Aussitôt que nous serons un peu débarassées de l’ouvrage j’irai à Châteauroux c’est peut-être déjà trop tard pour me faire plomber les 2 dents qui me font mal car elles sont bien gatées mais je ferai toujours soigner les autres.
Ma mère a écrit ce matin ils sont toujours au même endroit elle dit que si on a besoin d’elle pour les foins et les moissons qu’elle viendra mais elle n’a pas l’air d’y tenir plus que ça.
Tout le monde va bien et vous embrasse bien fort
Votre nièce
Yvonne
Tu diras à mon Oncle Octave qu’il n’est qu’un flégnard il n’a pas encore écrit depuis qu’il est à Châteauroux.

 

Pour information, Bord est un lieu-dit sur la commune de Gargilesse en direction de Cuzion.

 

Merci à Pascal pour les documents transmis, merci à Didier pour les recherches CICR

 

Posté par Indre1418 à 09:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


24 décembre 2019

Académie du Centre: Indre1418 et une question récurrente

Avant que commence les commémorations du Centenaire 14-18, Jean-Pierre Surrault me demanda participation au colloque "L'Indre et la Grande Guerre" qui eut lieu en 2014 au CES de Châteauroux. Pour cela, j'eu l'honneur d'introduire les multiples participations en présentant la mobilisation d'août 1914 dans le département.
Pour clore le cycle mémoriel, Jean-Pierre m'a demandé une nouvelle participation, cette fois ayant trait au bilan du conflit et à la question rituelle "Combien de soldats de l'Indre sont morts pendant la guerre de 14-18 " dans le cadre de l'académie du Centre et de sa revue.

Là, une fois le thème défini, le défi commence. Car autant il est aisé de faire des recensements à partir des bases existantes, autant il est parfois téméraire de définir le cadre de l'étude et d'en tirer des enseignements. Au niveau départemental, l'historiographie est bien maigre et il est donc nécessaire de définir, de redéfinir l'espace d'étude et de trouver les outils adéquats.
Loin d'une réponse définitive, l'étude porta donc autant sur les outils et les méthodes que sur le résultat attendu.

Ma réflexion voit ici une mise en oeuvre éditoriale qui permet une meilleure lisibilité et une publication plus pérenne par le biais d'une publication de référence.

Le numéro de l'académie du Centre de l'année 2019 vient de sortir de l'imprimerie et je ne peux que conseiller sa lecture.

A la lecure de ce numéro, je ne peux aussi que conseiller la lecture du très intéressant texte de G.H. Hollander sur le dépôt d'officiers allemands prisonniers qui se trouvait à Châteauroux et ce entre 1918 et 1920. Cet article d'autant plus remarquable qui est l'oeuvre d'un descendant d'un de ces officiers qui séjourna à Châteauroux, à la caserne Charlier. Une découverte pour moi et certainement pour bon nombre de personnes.

Pour se procurer cet exemplaire, il est possible de le trouver dans les bonnes librairies du département, il est aussi possible de contacter l'académie

ACADEMIE du CENTRE - 1, rue Jeanne d'Arc 36000 Châteauroux (32€ port compris)

 

P1080769

P1080768

Posté par Indre1418 à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Fraternisations au 90e, décembre 1914

Régulièrement, on aborde à chaque Noel, le cas maintenant incontournable des fraternisations qui eurent lieu lors du Noel 1914. Cependant, ce phénomème ne fut pas propre à cette date précise et est plutôt  à considérer dans un ensemble plus vaste au niveau temporel.

Au sein du 90e régiment d'infanterie, alors en Belgique dans le secteur d'Ypres, même si les journaux de marche sont silencieux concernant cette thématique, il existe des traces qui permettent de constater les faits. Ainsi dans l'ouvrage "Paroles de poilus : lettres et carnets du front 1914-1918", (Paris, Librio, 2001, p. 78-79), Jean-Pierre GUÉNO nous livre une lettre originale:

"Tranchées-Palace, le 14 décembre 1914,
Chers parents,

Il se passe des faits à la guerre que vous ne croiriez pas ; moi-même, je ne l'aurais pas cru si je ne l'avais pas vu ; la guerre semble autre chose, eh bien, elle est sabotée. Avant-hier - et cela a duré deux jours dans les tranchées que le 90e occupe en ce moment - Français et Allemands se sont serré la main ; incroyable, je vous dis ! Pas moi, j'en aurais eu regret.Voilà comment cela est arrivé : le 12 au matin, les Boches arborent un drapeau blanc et gueulent : « Kamarades, Kamarades, rendez-vous. » Ils nous demandent de nous rendre « pour la frime ». Nous, de notre côté, on leur en dit autant ; personne n'accepte. Ils sortent alors de leurs tranchées, sans armes, rien du tout, officier en tête ; nous en faisons autant et cela a été une visite d'une tranchée à l'autre, échange de cigares, cigarettes, et à cent mètres d'autres se tiraient dessus ; je vous assure, si nous ne sommes pas propres, eux sont rudement sales, dégoûtants ils sont, et je crois qu'ils en ont marre eux aussi.
Mais depuis, cela a changé ; on ne communique plus ; je vous relate ce petit fait, mais n'en dites rien à personne, nous ne devons même pas en parler à d'autres soldats.
Je vous embrasse bien fort tous les trois."

Gervais Morillon, né à Poitiers, devait finalement tombé à Loos, le 9 mai 1915. Il avait alors 21 ans.

Sa fiche sur le blog "Mémoires despoilus de la Vienne"

Capture1

Pensées pour FRED

Posté par Indre1418 à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2019

11 novembre 1918, fête de la Saint-Martin

"L'armistice est conclut!"
- "Qui te l'a dit?"
- "Un major de cantonnement"
Le soldat hoche la tête; l'autorité ne lui parait pas suffisante pour une si grande chose; le dénouement d'un lustre de cataclysmes ne peut-être aussi simple. Quoi! à l'heure où nous pouvons écraser pour toujours un ennemi à notre merci, et bâtir la Paix à Berlin, nous irions lui accorder une trève? La capitaine annonce au contraire que, dès la pointe du jour, les Françias attaqueront pour de nouveaux succès.
"Armistice! Le sergent vaguemestre le crie à tous en pédalant!"
"Ah! mais alors, c'est peut-être vrai?"
L'esprit doute, mais le coeur s'émeut. Sans cesse accourent de nouveaux messagers: "C'est signé, je le tiens du cuisinier du général!"
Tel est près du troupier le crédit de cette bouche de la Renommée qu'il n'est plus besoin de confirmation: le bonheur est certain, l'enthousiasme éclate.
Et lorsque la nouvelle est publique, voici que l'officier de renseignement, essouflé, proclame l'avis officiel: Toute hostilité cesse à 11 heures. les fusils doivent maintenant se taire.
"Allez coureurs, portez la paix"
On songe à  des drapeaux qui vont couvrir de flammes tricolores les ruines, à des sourires qui illumineront des visages douloureux sous leurs crêpes de deuils, à la paix des héros qui expirèrent pour que lui ce jour.
"Soldats!" crie-t-on à des compagnies qui reviennent des premières lignes et qui ne savent pas encore leur félicité "la guerre est finie!" - Non! Vrai?" - "La victoire!"
Les visages s'illuminent de rires épanouis. Vainement le fantassin cherche le mot et le geste qui exprimerait son éllégresse. Elle est trop inattendue pour qu'il en mesure si vite la portée. Il tend la main à celui - chef ou camarade - qui annonce la fin de la misère et il lâche un soupir de soulagement.
Aucune des bruyantes manifestations qui saluèrent la déclaration de guerre ne retentit à son dernier matin. Ceux de l'arrière seront sans doute plus démonstratifs. Ici, plus de vin dans les caves.

Maurice Laurentin - La victoire des morts, récits de guerre d'un officier de troupe
Bloud et Gay, Editeurs 1920

Maurice Laurentin est un anvien officier du 268ème RI, passé au 219ème RI au moment de la dissolution du régiment du Blanc en juin 1918.

archives_SHDGR__GR_26_N_657__bis_28__0061__T
Sources SHD 26N657

SHDGR__GR_26_N_668__017__0020__T
Sources: SHD 26N668

DI017_19181113_CroixDeGuerreDrapeau_68eRI

Posté par Indre1418 à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 août 2019

2019 Un séjour en Flandres sur les traces de Lucien, Louis et Denis.

Voilà un article très important pour moi.

Le Centenaire 14-18 se termine et les flonflons mémoriels s’estompent. Cet été, pour la troisième fois, je me suis rendu en Belgique afin de continuer à découvrir le secteur d'Ypres. Il est bien évident qu’en quelques visites, il est difficile de s’imprégner de six mois de présence de nos soldats durant cet hiver 1914-1915. Les postes occupés sont nombreux, jamais bien loin les uns des autres, mais qui mériteraient chacun une étude à part entière (Brielen, Niewmolen, Brodseinde, Holebeke, Steenstraete, Zonnebeke …).

En 2006, profitant d’un séjour en famille à Ablain Saint Nazaire, en Artois, nous avions alors effectué une brève incursion à Ypres. C’était le temps de la découverte, ne sachant pas vraiment où fureter et se concentrant sur les éléments mémoriels principaux. La visite s’articula alors entre Saint Charles de Potyze, le musée Paschendaele de Zonnebecke et celui d’In Flanders Fields à Ypres.

Ablain_MireilleClement

En 2009 et en 2019, profitant d’un séjour à Waregem pour un festival de musique, le secteur étant non loin, deux visites furent programmées avec des thématiques plus précises. 2009 fut principalement la découverte du lieu de décès de Lucien, à savoir Brodseinde et plus précisément le secteur de l’ancienne voie ferrée de Zonnebeke vers Paschendaele, à l’ouest du carrefour de Brodseinde. Je vous propose donc ici de plutôt découvrir mon séjour yprois 2019 et le travail historique attenant. Le séjour de cet été, se décomposa en 2 parties, l’une liée à la trace mémorielle de Lucien, l’autre à celle de 2 soldats connus par les lecteurs de Indre1418, à savoir Louis Gallien et Denis Souchaud.

Commençons tout d’abord par le secteur de disparition de Lucien. En effet, un incident majeur de matériel informatique me fit perdre la quasi-totalité des clichés alors réalisés en 2009 et ce nouveau séjour, en 2019 fut l’occasion de réparer cet incident, mais aussi d’aller un peu plus loin.
Lorsque vous cherchez le secteur de combat de la 17e DI en ce début de mois de décembre 1914, il est un principe relativement simple: Il n’y a  quasiment aucune trace et il faut superposer les journaux de marche de l’époque et les monuments britanniques actuels. Sur place, rien ne rappelle le passage des troupes françaises. C’est ce qui d’ailleurs inspira Alex Deseynes pour le titre de son ouvrage écrit dans les années 80 autour de la présence française dans ce secteur. Il choisit alors de l’intituler « L’Hiver Oublié 1914-1915 » (« De vergete winter » en flamand). Au plus proche du lieu qui m’intéresse, on trouve un monument 9e corps d’Armée au carrefour de Brodseinde, mais il concerne les régiments du nord-ouest de la région militaire. Ce sont donc les 77 (Cholet), 114 (Saint-Maixent) et 135e RI (Angers) qui sont cités.

P1080250

Le positionnement du secteur de disparition est donc connu depuis 2009 et un report a déjà été effectué dans un message entièrement consacré à mon grand-oncle que je vous invite à lire (ou relire) :

3 décembre: A la recherche de Lucien porté disparu en 1914

Voici tout de même quelques clichés du secteur. Il s’agit là de la « Road to Paschendaele » de 1917. Pour s’y rendre, rien de plus simple. Il suffit de stationner sur le parking du « Tyne Cote Cemetery » et ensuite de descendre vers l’ancienne voie ferrée devenue maintenant piste cyclable. Ce point de départ est très important pour la compréhension des combats d’alors. Une fois dans le cimetière, en se rendant dans la partie basse, donc tournée vers Ypres, il est alors possible de visualiser l’importance de cette zone et la proximité d’Ypres. La vue englobe ainsi le clocher de Zonnebeke sur la gauche et surtout, les clochers d’Ypres en face. Au-delà de la cité flamande, il est aussi possible de voir les points culminants de la région et notamment le Mont-Kemmel.

Capture1

Avec toujours autant d’émotion, je découvris à nouveau le champ, l’ancienne ligne de chemin de fer aujourd’hui piste cyclable et le groupe de maisons vers lesquels se trouvait alors la 17e Cie du 290e RI et où elle subit une attaque allemande. En ce 3 décembre 1914, en ce lieu, se furent 17 tués, 65 blessés et 54 disparus qui furent inscrits au Journal de Marche et Opérations de l’unité.

« La situation devient de plus en plus critique pour la 17e Cie. Dans la soirée, 17h, le petit poste d’écoute placé dans une maison qui était à l’Est de la tranchée de la 17e Cie était surpris par les Allemands qui par des boyaux étaient arrivés jusqu’à quelques mètres de la maison.
Ce petit poste eut un homme fait prisonnier, le caporal et les autres soldats purent se réfugier dans les tranchées.
De cette maison les Allemands qui y étaient arrivés en nombre lancèrent des grenades et par des meurtrières rapidement fermées tiraient sur les occupants.
Cette situation dura toute la nuit malgré les efforts des hommes à la compagnie pour empêcher les Allemands de jeter des bombes et de tirer sur eux. Des bombes leur furent également lancées.
Malgré deux retours offensifs exécutés simultanément par une fraction du 68e, la 17e Cie et une section de la compagnie de réserve, il fut impossible de déloger l’ennemi.
Au jour, le Commandant de la Cie pour éviter les pertes qui se faisaient déjà sentir cruelles fit renforcer les pare-balles au moyen de sacs à distribution et même de havresacs et de toiles de tentes remplies de terre. Malgré ces efforts, les tirs d’enfilade très meurtriers empêchaient les hommes de relever la tête pour tirer.
Vers huit du matin, les Allemands réussissaient à sauter dans la tranchée entre le 68e et le 290e et profitaient d’une contre sape faite par le génie et aboutissant au point de liaison des deux compagnies, armés de boucliers et de bombes ils se ruent sur les hommes occupant la tranchée et, après une lutte qui dura plusieurs heures, se maintiennent entre le 68e et le 290e, prenant plutôt le terrain du 290e.
Le Commandant de la Cie fit faire un barrage, mais ce barrage n’empêchait pas l’ennemi d’enfiler les tranchées et de rendre la situation intenable.
Par une autre maison sise près de la voie ferrée, les Allemands opéraient le même mouvement.
Le Commandant de la Cie voyant qu’il allait être complètement cerné par sa droite et sa gauche fit évacuer la tranchée par le boyau de communication la reliant avec la 20e Cie d’une part, et le poste de commandement du chef de bataillon du 68e. Il était 10h30 environ.
Le Cdt la Cie et ses hommes se maintinrent dans ce boyau jusqu’à la nuit.
A minuit le 114e relève le 268e et la Cie du 290e qui sont au nord de la voie ferrée. »

Aujourd’hui, les maisons ont été reconstruites et les cultures ont repris leur place dans les champs de Flandres. Lucien et ses camarades y reposent à jamais.

P1080263

Cependant, avant de me rendre à Zonnebeke-Brodseinde, j’avais entrepris dès le premier jour de mon séjour en Belgique de me rendre à Steenstraete. Il me fallait voir Lizerne, le monument des victimes de l’attaque aux gaz et le secteur d’attaque d’avril 1915.

Lorsqu’on s’intéresse au parcours des régiments du département de l’Indre, il y eut une période particulière au printemps 1915. Pendant tout le conflit, les unités de réserve que sont les 268e et 290e suivirent leurs régiments d’active. Cependant, courant avril et mai 1915, ce ne fut pas le cas. La réserve fut séparée de l’active par un fait de guerre bien précis : L’usage massif pour la première fois des gaz de combats sur le front de l’Ouest. Depuis 1899, la convention de la Haye interdit l’usage des gaz asphyxiants ou toxiques. Durant l’année 1914, seuls des gaz lacrymogènes furent utilisés en conformité avec la convention. Le cap fut tout d’abord franchi avec l’usage d’obus toxiques, en janvier 1915, lors de la bataille de Bolimov (Pologne actuelle). Sur le front de l’Ouest, ce fut le 22 avril 1915 que l’armée allemande utilisa plus de 5000 bonbonnes de gaz chlorés au-devant des lignes des 45e DI et 87e DIT. Les troupes françaises perdirent pied et cela permit aux troupes allemandes d’occuper partiellement le terrain abandonné, malgré l’intervention des grenadiers belges et des troupes canadiennes stationnant à proximité. A partir de ce moment, l’état-major français rappela en urgence les troupes disponibles dont les 268e et 290e formant alors la 304e Brigade.

A l’instruction à Frévent, voici comment le chef de corps du 290e , le colonel Eggenspieler, appris la nouvelle du rappel en Belgique.

« (…) nous avons fait notre entrée à Frévent. C'était une gentille petite ville, avec des ressources de toute espèce, surtout en articles nécessaires au soldat. Il y avait de jolies maisons. Nous étions contents de nous voir dans une ville coquette. Le Général Curé nous a de nouveau recommandé de nous mettre en cantonnement large, il ne se doutait pas du tour que les Boches allaient nous jouer sur le canal de l'Yser.
En attendant nous nous sommes remis à l'instruction. Nous avons même organisé une Ecole de lancement de grenades.
Le lendemain de notre arrivée les deux bataillons étaient sur les routes, j'y étais moi-même pour les voir. Pendant que nous parcourions la campagne, une note arriva, qui prescrivit au régiment de se tenir prêt à embarquer. Une deuxième note qui arriva peu à près la première, me prescrivit de diriger de suite un bataillon sur Saint-Pol pour y être embarqué en chemin de fer. Enfin, une troisième note ordonna de porter tout le régiment sur Saint-Pol où il devait être embarqué à 17 heures. Il était 16 heures quand la troisième note arriva, et les bataillons étaient encore sur les routes. Il allait forcément y avoir du retard dans l'exécution de ces ordres. »

Au 268e, le capitaine Laurentin l’apprend ainsi :

« Nous étions bien tranquilles derrière Arras, le 9e Corps échelonné en profondeur du front jusqu’à nous, quatre autres corps à nos côtés dans la même formation. Sans rien savoir, nous supposions que le moment était venu de défoncer les lignes allemandes. Subitement, le 24 avril, à 17 heures, il a fallu boucler son sac à la hâte, courir à Frévent, s’embarquer parmi un encombrement de soldats et de canons, dès que les trains attendus entraient en gare ; puis, à peine débarqués à Enquelbacke (Esquelbeq), repartir en auto-camions pour Poperinghe, et enfin nous rendre à pied à Wipe Cabaret (Wippe, sud-ouest de Woesten), où nous bivouaquions le 25 au soir, dans un petit bois. Que sommes-nous venus faire ici ? Nul ne le sait … Des soldats isolés, des conducteurs d’autos, des employés du Génie, racontent que les Allemands ont passé l’Yser, qu’ils ont détruit plusieurs régiments par des nuages de gaz asphyxiants. Le canon gronde. »

La situation est telle que malgré les ordres reçus, le constat est que l’impréparation est constante. Les troupes présentes sont mélangées et la désorganisation règne.

Eggen_P189
Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry.

 

« Après avoir franchi le Kemmelbeck, je suivais personnellement un chemin qui conduisait directement à Steenstraat par Lizerne. Je suis passé à un moment donné à côté d'un moulin qui était en flammes. Un peu au-delà du moulin je me suis arrêté dans une tranchée à droite du chemin. Comme je n'y voyais rien je suis passé de l'autre côté du chemin dans une tranchée occupée par des territoriaux tout contre Zuydschoote. Malgré que le terrain y fût plus élevé je n'y voyais toujours rien. Je ne savais pas ce qu'était devenu ma troupe. Je me décidai alors de me porter plus en avant sur une bosse de terrain au Sud de Lizerne. Je dois rappeler encore qu'avant d'arriver au moulin qui flambait, j'avais vu dans une ferme à gauche le Général Cherrier qui commandait la Brigade à notre droite. Il m'a fait connaître qu'il n'avait aucune mission offensive.
Dans mon déplacement vers le terrain au Sud de Lizerne, je fus suivi par mon Officier adjoint, le Lieutenant Sohier, et par toute la liaison. Dès le début nous dûmes marcher courbés et bientôt après il fallu ramper. Chemin faisant, je suis passé devant un sergent du Génie qui était assis par terre et qui se lamentait. Il était déchaussé et avait eu un pied traversé par une balle. Il avait une claie qui gisait à côté de lui. Il était chef d'une équipe de transporteurs de claies, qui devait établir des passages sur l'Yperlé, petit ruisseau qui précédait le canal de l'Yser. On pense si ces hommes avec leurs claies sur la tête étaient visibles. Du reste, on n'était pas près de le franchir, l'Yperlé. Le pauvre sergent était tout seul, il ne savait pas ce qu'étaient devenus ses hommes. »

Différentes attaques sont ordonnées, celle du 27 avril fit de nombreuses pertes aux 268e et 290:

« Arrivé au point où j'avais des vues sur le terrain au Sud de Lizerne, je me suis arrêté, couché dans l'herbe. Je voyais mes compagnies de tête arrêtées à côté des zouaves. La campagne était absolument vide. Aucune troupe n'était sortie nulle part pour attaquer. Etant donné la situation à Lizerne, elles avaient bien fait. Pendant tout le temps que j'étais couché à mon poste d'observation je voyais des hommes continuer à se porter en première ligne. Je me soulevais et leur criais de toutes mes forces de rester couchés. Ils ne voulaient rien entendre. Je les vois toujours courir de leurs petits pas menus, l'arme croisée devant le corps puis s'abattre, touchés par les balles des mitrailleuses. Pauvres garçons ! Que de morts inutiles, soit par manque d'instruction tactique, soit par une conception exagérée du devoir militaire. Quand je reportai mes regards vers le groupe Sohier, je vis le Lieutenant couché à terre et ramper vers un trou d'obus en se servant seulement de ses bras. J'en conclus qu'il était blessé aux jambes. J'interpellai le Maréchal des Logis Pothet qui, au lieu de me renseigner, me demanda si je n'étais pas blessé. Je lui dis que non. Puis je dus me recoucher et me faire extra-plat tellement les balles de mitrail leuses rasaient le tapis de près. Au bout d'un moment, je vis deux hommes, Blin, mon ordonnance, et Pothet porter le Lieutenant en avant vers la tranchée de tête. Je me disais aussitôt, ils vont se faire achever. En effet, au bout de quelques pas tout le groupe s'abattit sur le pré. Je ne sus que plus tard que Pothet avait reçu une balle dans le ventre, et Blin une dans le bras. Le Lieutenant ne fut plus touché. Il en avait assez de sa première blessure, une balle lui avait fracassé la cuisse. Bref, quand la fusillade et la canonnade se furent calmées, et que l'obscurité commençait à tomber, je me dégageai de ma position d'observation où j'ai fini par rester tout seul. Je n'eus d'autre ressource que d'aller à l'arrière à mon P.C. pour me reconstituer une nouvelle liaison.
Mon P.C. se trouvait dans une ferme plus avancée que celle du Général Cherrier. Mon personnel y occupait une cave pas bien propre. Le reste de la ferme était occupé par l'E.-M, du bataillon de zouaves de Lizerne. Les Officiers du bataillon ont été très accueillants, mais je n'ai pas pu savoir qu'elle était la situation du bataillon à Lizerne.
J'attendis le compte rendu du 6e bataillon qui s'était trouvé en tête du mouvement. Je me doutais que les pertes avaient dû être sérieuses. A la 23e, le Capitaine Marsily avait été tué. A la 24e, le Capitaine Beyler et le Lieutenant Ramez étaient blessés. J'avais donné des ordres pour qu'on m'avertisse quand les Officiers blessés passeraient devant la ferme. C'est ainsi que j'ai revu le Lieutenant Sohier. L'excellent garçon s'excusa d'être obligé de me quitter en pleine action. Le Capitaine Beyler avait conservé sa crânerie habituelle. Comme Sohier, il avait reçu une balle dans la jambe. Il a voulu donner l'exemple à ses jeunes gens, m'a-t-il dit. J'ai accompagné tous ces braves de mes vœux de prompt rétablissement. »

De son côté, au 268e, la situation est identique et l’impréparation se fait aussi sentir :

« Nous devons attaquer à 15h30. Il faut partir tout de suite. Je demande au général des agents de liaison pour nous montrer le cheminement : « On ne peut vous en donner qu’un, les autres ont des ordres à porter » Le colonel an tête, les compagnies homme par homme, nous suivons l’unique guide, qui parait affolé. Les obus éclatent devant nous avec fracas. Un officier d’artillerie, qui revient sans doute d’un observatoire, me montre un cheminement plus sûr. Nous faisons 800 mètres environ. Les balles commencent à siffler à nos oreilles ; nous arrivons à une ferme où des officiers de zouaves nous indiquent encore le chemin des premières lignes. Notre guide avait disparu. Sans eux, nous allions offrir aux Allemands une cible parfaite !
(…) Son poste est établi dans un bâtiment couvert en chaume. Du grenier, on peut découvrir, par les meurtrières faites dans le toit, toutes les lignes françaises et allemandes depuis Het-Sas jusqu’à Steenstraat. On suit parfaitement les sinuosités de la tranchée allemande, surtout lorsque le soleil éclaire les sacs de terre qui en forment le parapet. Dans le champ qui sépare les deux lignes, on aperçoit, de ci, de là, des terres remuées ; ce doivent être les postes d’écoute des Boches. Derrière leur tranchée et en face de notre poste, une maison semble faire pendant à la nôtre : « C’est la maison du collègue » dit le commandant. (Toutes les maisons ont reçu des noms qui permettent de les indiquer rapidement à l’artillerie).
Ce « collègue » boche règle bien malencontreusement le tir de ses batteries. Il est vrai que nous ne faisons guère mieux : C’est un sous-officier qui chez nous règle le tir en ce moment. Je ne le crois pas très fort. Il crie au téléphone « Parfait, très bien, continuez ! » J’aimerai mieux qu’il corrige les hausses, car le tir ne me parait pas réglé sur les tranchées que nous devons attaquer. (…)

D'abord affectés à la 152e DI, ils passent ensuite en support de la brigade Cherrier (brigade coloniale).
Après une tentative échouée, le 27 avril en direction de Lizerne, les deux unités indriennes attaquent à nouveau le 28 avril :

"L'artillerie devait commencer sa préparation à 14 heures. L'infanterie devait déboucher à 15 heures. Pour faire une bonne préparation, l'artillerie avait placé un Officier observateur dans la tranchée de départ. Il était relié aux batteries par un fil téléphonique.
A 14 heures, les batteries se mirent à taper avec vigueur sur les tranchées allemandes, sur Lizerne, et sur le chemin de Lizerne à Steenstraat. Elles canonnèrent également une grande bâtisse qui dominait tout le terrain au-delà de la route de Boesinghe, et qu'on appelait la Maison du Collègue.
Les Allemands ne ripostent pas pendant notre préparation, c'est-à-dire qu'ils ne font pas de contre-préparation sur nos tranchées, c'est leur tactique. Ils se réservent pour le moment où l'attaque débouchera. Ils envoient toutefois des obus de gros calibre en arrière de Zuydschoote où ils soupçonnent qu'il peut y avoir des rassemblements de troupes.
Je me suis établi dans la tranchée où j'étais la veille au sud-ouest de Zuydschoote. Les territoriaux occupent toujours la tranchée et je prends place parmi eux. Nous sommes fortement secoués par les gros obus qui n'éclatent pas, ou qui éclatent trop profondément. J'avais avec moi le sous-lieutenant Devilliers et un téléphoniste.
A 15 heures justes, le tir de notre artillerie s'arrête. Il s'établit un silence impressionnant, pendant lequel les Officiers suivis de leurs hommes sautent sur la route. Ceux qui ont le derrière trop lourd sont poussés par les zouaves. Et en avant, les vagues se précipitent vers les tranchées allemandes. Toutes les compagnies se portent en avant, même celles du 5e bataillon. Le spectacle est si beau, qu'un certain nombre de territoriaux qui gardent les tranchées partent aussi. Un sous-officier d'artillerie de liaison est empoigné également. Il lâche son appareil téléphonique et se précipite en avant. Il n'a pas d'arme, il cognera sur les Allemands à coups de poing et de pieds.
Les deux premières lignes de tranchées allemandes sont enlevées d'un seul élan. A la troisième ligne le tir de représailles allemand se déclenche. Les fusils, les mitrailleuses, le canon, tout crache à la fois. Une véritable nappe de balles passe sur la tranchée où je me tiens. De temps à autre je risque un coup d’œil. Impossible de rien distinguer de l'attaque. Tout le terrain était couvert d'une épaisse couche de fumée et de poussière. C'est dans cette atmosphère que se passent alors les combats singuliers qui se produisent à la fin des attaques d'ensemble. En fin de compte, sur les trois lignes enlevées nous en avons conservé deux. Et si nous n'avons pas gardé la troisième, et si nous ne sommes pas allés d'emblée jusqu'au canal, cela tient à ce qu'au Sud de Lizerne nous avons été seuls à sortir de nos tranchées. Comme la veille aucune troupe n'avait débouché, ni à droite, ni à gauche. Du côté de Lizerne nous avons continué à être pris d'enfilade par des mitrailleuses qui étaient restées dans la partie Est du village. Comme nous étions également découverts sur notre flanc droit, les Allemands sont revenus occuper les tranchées qu'ils avaient abandonnées.
En fin de combat, les deux compagnies de tête occupaient la deuxième ligne allemande, les deux compagnies suivantes la première, et les deux compagnies du 5e bataillon la tranchée de départ, autrement dit, la tranchée de première ligne française. Toutes les compagnies travaillèrent activement à organiser le terrain conquis. La 24e notamment creusa une tranchée à droite pour parer à toute attaque de flanc dans cette direction. Les mitrailleuses qui arrivent à leur tour sont mises en position sur les deux flancs.
Nos prises au cours de l'attaque furent de 87 prisonniers dont 2 Officiers. Les Allemands avaient abandonné de nombreuses armes dont 2 mitrailleuses. Pas mal de prisonniers s'étaient échappés par les deux ailes et n'avaient pas été dénombrés au compte du régiment, qui avait cependant été le seul à attaquer.
Vers 19 h. 30, un ordre de la Brigade prescrivit de poursuivre sans interruption l'attaque, pour rejeter définitivement au-delà du canal les Allemands qui paraissaient à bout. Si les Allemands étaient à bout nous ne l'étions pas moins. Sur 15 Officiers qui avaient pris part à l'attaque, 9 étaient hors de combat. Le Lieutenant Fougère avait été tué, les Sous-Lieutenants Tournier, Moinault, Poirier, Matignon étaient blessés. Le Sous-Lieutenant Tournier avait une blessure particulièrement grave. Une balle venue de côté lui avait emporté le menton. Des maîtres-chirurgiens ont réussi à le guérir longtemps après la guerre. Les compagnies du 6e bataillon qui avaient bien encore perdu 200 hommes étaient hors d'état de recommencer une nouvelle attaque, et les deux compagnies du 5e n'étaient pas suffisantes pour pousser jusqu'au canal. Pour avancer encore, il eût fallu que nous eussions les flancs couverts. Il eût surtout fallu qu'à gauche on nous débarrassât des damnées mitrailleuses de Lizerne. L'ordre de la Brigade recommandait une infiltration par petites attaques à la baïonnette plutôt qu'une opération en masse. Evidemment le Commandement après la première attaque n'avait plus les moyens d'en monter une deuxième. Pour finir, il n'y eût pas plus d'actions de détail que d'ensemble. Cela se produira encore plus d'une fois dans ce secteur".

Cependant, les témoignages publiés après le conflit permettent aussi parfois un accès à des données plus intimes, des scènes que les dépêches officielles, les Journaux de Marche et Opérations ne peuvent, ne veulent rendre compte. Un exemple au 290e RI par Marc Michon, alors adjudant et illustrant le désarroi des officiers de terrain vis-à-vis de la chaine de commandement et de ses exigences.

« Tout attaque est vraiment impossible » ne cessait de répéter le commandant Changeux en regagnant son P.C. « Jamais je n’ordonnerai un tel assaut, dussé-je y sacrifier ma carrière ». Je le vis si désespéré que je me permis de lui soumettre une proposition que j’exposai timidement, par bribes de phrases. « Chaque jour, dis-je, nous perdons au bataillon une trentaine d’hommes, tués ou blessés. Pourquoi dans le compte-rendu des vingt-quatre heures, ne pas attribuer ces pertes à l’assaut infructueux des deux compagnies contre les tranchées ennemies ? » « Mais c’est un faux ! » s’exclama le commandant. Comme je me taisais, au bout d’un moment, il reprit : « C’est bon, qu’il en soit ainsi. Préparez un compte-rendu dans le sens que vous indiquez ». Lorsqu’il l’eut signé, mon chef de bataillon s’engagea à vive allure dans le boyau qui conduisait à la première ligne. Comprenant ce qu’il se proposait de faire, je courus derrière lui et, le saisissant au collet, je réussis à l’empêcher de monter sur le parapet et de se faire tuer comme il en avait l’intention. Pas un mot ne fut prononcé, mais le regard que nous échangeâmes était chargé de tant d’émotion que nous détournâmes aussitôt la tête, l’un et l’autre. Le grade ne comptait plus, deux hommes étaient en présence.
Dans la soirée, lorsqu’il eut retrouvé son calme, le commandant Changeux vitupéra les états-majors qui faisaient tuer des soldats sans raison, sous le seul prétexte de maintenir élevé le moral des troupes … »

SHDGR__GR_26_N_733__002__0060__T_Extrait
Sources SHD_GR26N549 vol 5

Durant quelques temps encore et ce jusqu’en fin aout 1915, les 2 régiments indriens restent en secteur en Flandres. On les retrouvent le 2 mai 1915, ils subissent alors une attaque aux gaz vers Lizerne Boesinghe http://indre1418.canalblog.com/archives/2005/08/24/748818.html

En août 1915, le 290e revient en secteur entre Het Sas. Le 290ème RI reviendra en secteur entre Steenstraete et Het-sas entre les 17 et 24 août 1915 pour un ultime séjour avant de rejoindre les 68e et 90e RI du côté de l’Artois et d’Arras http://indre1418.canalblog.com/archives/2005/08/24/748818.html

Le résumé « graphique » de cette période dite « 2e Bataille d’Ypres » est détaillé dans l’ouvrage « Les Armées Françaises dans la Grande Guerre - Tome II ». L’ouvrage est consultable sur le site de la BNF Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62678327 En voici les 4 représentations que l’on trouve avec cet ouvrage et qui sont disponibles sur le site Mémoires des Hommes (AFGG) :

archives_SHDBG_Q_in4-000028-02-1-C_0028_2(1)

archives_SHDBG_Q_in4-000028-02-1-C_0029_2

archives_SHDBG_Q_in4-000028-02-1-C_0030_2

archives_SHDBG_Q_in4-000028-02-1-C_0031_2

 

Le Journal de Marche et Opérations du 268e RI nous permet de superbement illustrer cet épisode. Le capitaine Laurentin est alors l’adjoint au Lieutenant-Colonel MARIANI. Tous deux, sont arrivés du 77e RI au 268ème le 31 mars 1915. Le capitaine Laurentin, architecte dans le civil, est féru de photographie et dessine lui-même les cartes de l’unité. Le Journal de Marche du 268ème est ainsi très documenté et illustré.

SHDGR__GR_26_N_733__002__0065__T SHDGR__GR_26_N_733__002__0066__T
Sources SHD GR26N733 vol 2

Avant de nous intéresser à quelques cas individuels, voici donc quelques clichés actuels du secteur de ces attaques de la fin avril 1915. Si je n'ai pas eu le temps de tout parcourir, je reprends néanmoins des clichés via le site Googlemaps pour rendre compte. Je vous invite à cliquer sur certains clichés pour profiter d'une meilleure résolution.
A l’époque, l’arrivée en secteur se faisait depuis Woesten (Wippe) vers Lizerne. Actuellement, la route principale d’Ypres passe par Boesinghe et se rend à Steenstraate sans même passer dans Lizerne, qui est contourné. Dans la ligne droite avant Lizerne, la route occupe l’emplacement de l’ancienne première ligne.

P1080178

Sur la route de Lizerne à Steenstraete, le petit pont sur l’Yperlée. Le champ de bataille derrière et le clocher de Boesinghe à l’horizon

Capture2
Sources Googlemaps - SHD_GR26N549 vol 5 – historique allemand RIR125

Depuis les tranchées de départ en direction de l’Yperlée et du canal, la zone d’attaque au niveau de la « maison du collègue » (Voir clichés Laurentin)
Le JMO du 268e reporte : « Nos troupes font au pas de course les 300 mètres qui les séparent de la tranchée ennemie » Les 300 mètres correspondent à la lisière du champ de maïs en fond d’image.

ChampDeBataille_1
Sources Googlemaps

Dans les champs de culture, la zone de combat et l’Yperlée à la lisière du maïs non fauché. Le Canal correspond à la ligne d’arbres à l’horizon (Het-Sas à droite du cliché dans les arbres)

Capture3

Lizerne, inscrit à l’angle de la route. Arrivant sur place, la surprise de trouver ce fronton. Vision sur Steenstraete en fond d’image au centre en suivant la route. A noter la présence sur place d’une borne Vauthier, matérialisant la position du front en juillet 1918. Celui-ci n’avait donc pas changé depuis les premiers combats dans le secteur.

P1080199
Le monument de la réconciliation.

Ce monument a été érigé en 1961. Il fait suite au monument qui fut dynamité en 1941 par l’armée allemande. Il avait été originellement inauguré le 28 avril 1929 en présence du roi Albert I et du général Gouraud. Le monument d’origine était l’œuvre de Maxime Real del Sarte, à l’initiative des anciens combattants du 418e Régiment d’Infanterie.

MonumentSteenstraat2

P1080182

Les 268e et 290e Régiment d’Infanterie, ainsi que le 135e de Angers sont bien présents sur le monument de la Réconciliation.

Les inscriptions du monument:

 "ÉRIGÉ EN 1929 SUR L'INITIATIVE
DU 418ème RÉGIMENT D'INFANTERIE FRANÇAISE
LE MONUMENT AUX PREMIÈRES VICTIMES
DES GAZ ASPHYXIANTS
LANCÉS PAR LES ALLEMANDS LE 22 AVRIL 1915
A ÉTÉ DÉTRUIT PAR EUX EN 1942
LES ANCIENS COMBATTANTS BELGES ET FRANÇAIS
ONT EN SA PLACE DRESSÉ CETTE CROIX
AVEC UNE VOLONTÉ COMMUNE
DE RÉCONCILIATION ET DE PAIX DANS LE MONDE"

 

135ème 268ème 290ème 418ème RÉGIMENTS D'INFANTERIE - 1er MIXTE - GÉNIE ET ARTILLERIE DES 45ème 153ème D.I. ET 87ème D.I.T. - 2ème 4ème BATAILLONS DE CHASSEURS À PIED - 2ème BIS 3ème BIS 4ème 7ème 9ème ZOUAVES - 1er 3ème BATAILLONS D'INFANTERIE LÉGÈRE D'AFRIQUE - 73ème 74ème 76ème 79ème 80ème 101ème 102ème RÉGIMENTS D'INFANTERIE TERRITORIALE  -  1er TIRAILLEURS ALGÉRIENS

 

 GRENADIERS REGIMENT 1ste EN 2de KARABINIERS REGIMENTEN 3de EN 4de LINIEREGIMENTEN - GENIE EN ARTILLERIE DER 1ste EN 6de D.L.A. - ZWARE LEGER ARTILLERIE, GRENADIERS - 1er ET 2ème CARABINIERS - 3ème DE LIGNE - 4ème DE LIGNE - GÉNIE ET ARTILLERIE DES 1ère ET 6ème DIVISIONS - ARTILLERIE LOURDE DE L'ARMÉE

 

EMMANUEL LANCRENON CHANOINE TITULAIRE/HONORAIRE DE NOTRE DAME DE PARIS A CONÇU CE MONUMENT ET PRÉPARÉ SA RÉALISATION AVEC LES ARCHITECTES PAUL TOURNON MEMBRE DE L'INSTITUT ET DE L'ACADÉMIE ROYALE DE BELGIQUE PIERRE DEVILLERS ET LES ENTREPRISES DELHEM - CAPPELIEZ - HENAUT. LA BRUGEOISE ET NIVELLES. UGINE GUEUGNON

 Après les présentations du secteur et du combat, il est un point qui m’est cher, c’est celui de l’hommage aux combattants. 2 d’entre eux ont fait déjà l’objet de messages sur le blog, je reprends donc ici certains de ces messages et les réactualise.

 

Louis Gallien

Louis GALLIEN est né le 6 août 1879 à Azay le Ferron (36) au lieu-dit Fouillaumin, il est le fils de Louis et de Marie Brault. Il est le 4ème enfant d’une fratrie de cinq.
Pierre né en 1868, Louise Joséphine née le 26 juillet 1872, Rose Silvine née le 1er septembre 1875, Louis né le 06 août 1879, Henri, né le 25 juillet 1982.
Lors de son service militaire et lors de périodes successives, Louis a un beau parcours :
Incorporé le 16 septembre 1900 comme soldat de 2ème classe au 32e R.I. Il est Caporal le 19 novembre 1901, puis Sergent le 27 septembre 1903 pour être renvoyé à la vie civile le 19 septembre 1903 et le 4 janvier 1910, il devient adjudant de réserve, il dépend toujours du 32e R.I. En 1904, alors qu’Henri est au service militaire, Louis se marie avec Hélène Bertrand le 3 octobre à Perrusson (37), il a alors 34 ans et exerce la profession de meunier à Chambourg (37).
En 1905, le 17 juillet, nait leur premier fils à Perrusson qu'ils appelleront Hubert Edmond Louis. Le 5 mars 1912, leur deuxième garçon Didier nait au Tanger (36).
Son registre matricule nous apporte pas mal de renseignements :
De taille assez grande 1m75, brun avec des yeux gris, un degrés instruction de niveau 3
En août 1914, il est mobilisé au sein du 268e R.I. du Blanc et suit le parcours du régiment jusque dans les Flandres, en avril 1915, où il tombe au combat. Le 22 avril 1915 donnera lieu à de terribles combats dans la région d’Ypres en Belgique, date à laquelle ont été utilisés les premiers gaz moutarde, ou aussi nommé parfois ypérite. A 17 heures, 180 tonnes de chlore seront libérées sur un front de 6 km. La mortalité des intoxiqués s’élèvera à 40% en avril 1915.
Le 268e R.I., avec le 290e, sont rappelés du nord de la France pour renforcer les lignes décimées de la région d’Ypres et afin de reprendre le terrain à l’ennemi.

https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239e9af2fa2d/5242bdd39f21e

 Voici les derniers moments de la vie de Louis transcrit dans le JMO du 268e RI:

"Les sections du sous-lieutenant Marcille et de l’adjudant Gallien pour le 268ème et la section Sueur, du 9ème zouave, sont désignées pour donner l’assaut à la baïonnette.
A 17h38, le tir d’artillerie commence ; il s’accélère à 17h57 et fait disparaître les tranchées allemandes dans une épaisse fumée.
A l’heure fixée, (18 heures), le capitaine Gire donne le signal. Tous les hommes bondissent, baïonnette haute, et se perdent dans la fumée des éclatements, tandis que l’artillerie allonge son tir.
Nos troupes font au pas de course les 300 mètres qui les séparent de la tranchée ennemie sans subir de pertes sérieuses ; mais arrivées près du parapet, elles sont reçues par une avalanche de bombes qui, instantanément, frappent mortellement le sous-lieutenant Marcille, l’adjudant Gallien, l’adjudant Chottin et une dizaine d’hommes. Les autres se terrent contre le parapet."

 Au 290e RI, Marc Michon insiste sur la fatidique distance à parcourir :

« Trois cents mètres à peine séparaient la tranchée ennemie de la nôtre. Passés maitres dans le placement des mitrailleuses, les Allemands avaient construit en face de nous de petits abris bétonnés et blindés d’où leur maxims, disposées en flanquement, balayaient tout le no man’, land, interdisant toute approche. Il était pratiquement impossible de sortir pendant le jour de nos tranchées sans être abattu ».

La sépulture de Louis n’est pas connue, il repose donc en Flandres, il figure cependant sur le monument aux morts de Clion et ses deux fils Hubert et Didier seront reconnus pupilles de la Nation le 6 juin 1918 à Châteauroux (36)
En 1920, Louis, tombé en avril 1915, reçu à titre posthume la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Il lui fut attribué la citation suivante : "Adjudant courageux qui a fait vaillamment son devoir. Tombé glorieusement pour la France le 29 avril 1915 en Belgique "

 Ce message s’adresse à Mickael qui est particulièrement attaché à la mémoire de Henri et Louis, ses anciens. Il parcourt ainsi le champ de bataille et s’était rendu à Het-Sas, il y a quelques temps.

 Si la sépulture de Louis Gallien est actuellement inconnue, et sachant que Mickael la cherche depuis longtemps déjà, par l’intermédiaire des mises en ligne du Centenaire, notamment sur Europeanna1418, il est intéressant de signaler que celle du Sous-lieutenant Marcille est maintenant documentée, cela permet ainsi d’orienter des recherches futures pour envisager la position de celle l’adjudant Gallien si la dépouille de celui-ci a été relevée.
Je produis donc là, une rapide notice concernant le Sous-lieutenant Marcille
Sa fiche Mémoires des Hommes
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239f5c8696ae/5242bf1c28008

 MARCILLE André Oscar est né le 23 janvier 1882 à Saint Maixent (Deux-Sèvres)
Engagé volontaire au 32e RI à Tours le 26 février 1900, il s’engage pour 4 ans. Nommé sergent, il se rengage en 1904. Rappelé mobilisé le 6 août 1914, il passe Adjudant le 1er septembre 1914 et est nommé sous-lieutenant à titre temporaire le 1e mars 1915.
Sa fiche matricule ne mentionne à aucun moment son affectation au 268e RI. Sa première apparition dans le Journal de Marche du 268e concerne l’ordre de bataille du 15 mars 1915 où il est dit affecté à la 20e Cie du Capitaine
GIRE avec les Sous-lieutenants PROVOST et MULO.

Grace aux numérisations il est possible, via Europeanna 1418 de retrouver des documents concernant André Marcille et grâce à un dépôt effectué aux Archives Départementales de la Seine Maritime. On trouve ainsi un portait en pied de son passage au 114e RI. Une lettre du général Dubois (Chef du 9e Corps d’Armée), aussi disponible sur Europeanna 1418 confirme cette affection au 114e avant sa nouvelle affectation au 268e RI.

 

 

Capture4
Portrait d'André Marcille -
https://www.europeana.eu/portal/record/2020601/contributions_20287_attachments_229550.html
Europeana 1914-1918. CC BY-SA - http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

 

Il est cependant un document encore plus important concernant André Marcille et donc indirectement Louis Gallien.

Il y a quelques mois, furent mis en ligne des documents complémentaires, qu’il m’a été impossible de retrouver au moment de la rédaction de cet article (Je les mets ici en ligne, et les retirerait si les ayants-droits se manifestent et souhaite leur retrait) Ainsi donc, une lettre envoyée entre Alice la femme de André Marcille et son frère. Ce dernier est sur le front et se rend sur la sépulture de son beau-frère pour lui rendre un pieux hommage.
Le point certainement le plus important et le schéma accompagnant ces échanges. En effet, celui-ci produit une photo de sépulture et un schéma de la position de la sépulture du sous-lieutenant Marcille.

2020601_contributions_13799_2

19150514_courrier3

Aujourd’hui, un carré militaire français est toujours présent au sein du cimetière de Woesten, cependant la position des sépultures du schéma laisse présager un déplacement où un rapatriement au pays des dépouilles dans les années 20.

CaptureGoogleStreet2

CaptureGoogleStreet3
Sources GoogleMaps

La sépulture de Louis Gallien n’a pas été trouvée, mais une pièce supplémentaire est maintenant connue et la recherche continue.

Denis SOUCHAUD

https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239fc7e4b5b6/5242bfe230c69

 Après Louis Gallien, il est un deuxième soldat qui a déjà eu l’honneur des recherches sur Indre1418. Voici donc Denis Souchaud dont j’ai présenté la fratie des 4 frères Souchaud, ces dernières années. La famille Souchaud, d'Adriers, envoya en effet trois fils au sein du 268e et un autre au 68e.

Denis SOUCHAUD est natif d’Adriers, dans la Vienne (86). Il est le fils de Louis et de Marie MICHARDIERE, qui le mit au monde à la ferme familiale de Baguérand, le 27 mai 1880.
De la classe 1900, il a le numéro 55 du tirage dans son canton « Isles jourdain », et est déclaré « Bon pour le service armé ». Cependant son père étant décédé en 1894 et étant l’ainé, il est dispensé de deux ans (service militaire de 3 ans), incorporé à compter du 14 novembre 1901 en tant que soldat de 2ème classe au 68e régiment d’infanterie du Blanc, il est envoyé dans la disponibilité le 20 septembre 1902.
Sa fiche matricule le décrit comme ayant cheveux et sourcils bruns, yeux gris, front ordinaire, nez large, bouche moyenne, menton rond, visage ovale. Sa taille est de 1m69.
En 1903, il se marie avec VIGNIER Louise qui en a, alors, 16. En 1905, nait leur premier enfant Ernest, trois autres garçons naitront dans les années qui suivront.
Toute la famille, même la mère, les frères et les sœurs de Denis vécurent ensuite à Baguérand, aux Adriers.
Le 1er octobre 1904, il passe dans la réserve et accomplira ensuite 2 périodes d’exercices (1907 et 1910) toujours au sein du 68è régiment d’infanterie du Blanc.

Mobilisable, il rejoint le corps le 31 aout. En septembre 1914, il passe dans l’armée territoriale ( père de 4 enfants) dans le 66e régiment d’infanterie territorial, cependant dû à son âge (34 ans), il est envoyé dans la réserve de l’armée active ( 268e régiment d’infanterie) comme beaucoup de jeunes soldats de l’armée territoriale.
Le 1er novembre 1914, il part pour le front et rejoint le 268e régiment d’infanterie, en Belgique, dans les Flandres plus exactement.
Fin avril, le 268e RI est intervenu dans le secteur Steenstraat, Het-Sas, Lizerne où il essaye de contenir les unités allemandes suite à la première attaque aux gaz du 22 avril 1915. Survivant à ces combats, alors que le front c'est quelque peu stabilisé, le régiment part en secteur au Pont des Péniches, au nord d'Ypres. Le 4 mai, le régiment est placé en réserve au pont des Péniches, le long du canal de l'Yser.

Capture5
Sources Googlemaps - SHD_GR26N549 vol 5

Le JM0 du 268e RI indique :
"Dans la nuit, le 5e Bon rejoint le 6e Bon au Pont des Péniches pour relever le 77e sur ses positions de réserves de 2ème ligne – rive Est du canal. Ces différents mouvements s’exécutent sans incident. Dans la journée, le 6e Bon avait subi un bombardement lui causant quelques pertes."

Denis Souchaud fait partie des victimes d’un bombardement allemand qui a frappé le 6ème bataillon du 268e régiment, avec le soldat Alexis Pagnard

Alors qu’il venait de survivre à un long hiver, était sorti indemne des attaques de 27 au 29 avril 1915, dans le secteur de Steenstraat, il succomba des suites des blessures liées au bombardement.
Ce même jour, la 304e brigade dont faisait partie le 268e RI, recevait les félicitations du général Curé, chef du 9e corps d'Armée pour le comportement des troupes qui quittaient enfin le secteur, malheureusement trop tard pour Denis Souchaud.

SHDGR__GR_26_N_549__005__0008__T
Sources SHD GR26N549 vol 5

La préparation de cet article m’a permis de me repencher sur mes anciens albums et de retrouver ces 2 clichés pris par un officier du 290e RI et montrant une scène de repos de l’unité. Ces clichés qui furent pris à environ un kilomètre du Pont des Péniches, à la tête du canal, à Ypres.

 

Capture6

 

350001

817_001

 

CaptureTeteCanal
Sources GoogleMaps

La rambarde en fonte située au coin du canal est toujours présente ainsi que le bâtiment du moulin Vandoorne (largement remanié).

Voilà le bilan de mon court séjour en Flandres.

Je remercie de nouveau Mireille qui, à chaque voyage, a su se montrer patiente et compréhensive.
Merci à Kévin, merci à Mickael pour leurs documentations et informations.
Merci à Stephan pour la piste du sous-lieutenant Marcille aux AD76.

Merci à vous tous de votre audience

Je ne peux dire que je retournerai sur les lieux, peut-être est-il temps après les Flandres et l'Artois de découvrir un autre théâtre d'opérations des régiments indriens. Je ne sais pas encore répondre à cette question.


En cet été 2019 pour un festival à Waregem en Belgique, j'ai eu ainsi l'occasion de découvrir le superbe cimetière militaire américain de Waregem. En voici quelques clichés:

P1080289

P1080290 P1080296

P1080292

 

 

Posté par Indre1418 à 09:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2019

Le retour au pays des soldats et Indre1418

Il y a 100 ans, le régiment revenait enfin au pays. Châteauroux était en fête. La guerre était terminée.

Pour Indre1418, le Centenaire 14-18 se termine aussi ce jour. L'étude des régiments de l'Indre continue, mais le blog se met lui aussi en quasi-sommeil. 15 ans de publications restent à votre disposition. Un article sur Ypres et les 268 et 290e RI est en cours de rédaction.

Depuis un peu plus de 5 ans, ce sont pas moins de 3524 soldats qui sont décédés au 90e, 1344 au 290e RI et 178 au 65e RIT. Du côté d'Issoudun et Le Blanc, les chiffres sont les mêmes (3434 au 68e, 1385 au 268e et 241 au 66e RIT).

Pour le département, 12.256 soldats décédés ont été répertoriés.

Je laisse les soldats retrouver leurs familles, et les familles retrouver les fils, les pères, les frères.

 

Posté par Indre1418 à 08:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2019

Chavin 14/18 exposition

Dans le canton d'Argenton, une exposition se tiendra à Chavin le 4 aout 2019, avec pour thématique les enfants de la commune morts lors du conflit 14-18,cette exposition se tiendra en même temps que la brocante annuelle.
A noter dans les calepins.

En tout cas, c'est déjà acté dans le mien, j'irai en voisin.

AfficheChavin

Merci à Patricia Roullet pour l'annonce

 

Les soldats chavinois décédés en 14/18

Posté par Indre1418 à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2019

Du 4 au 6 mai 1916 . Tentatives de contre-attaque de la 17e DI, puis montée de la 152e DI.

La préparation par l’artillerie allemande commence le 3 mai vers midi. Un bombardement très violent est dirigé sur la partie du front comprise entre le ravin de la Hayette et la route d’Esnes à Haucourt. Il dure toute la nuit et la matinée du lendemain. Les tranchées sont nivelées, les pertes très lourdes. La compagnie qui occupe le bois Eponge, ne comptant plus à 21 heures qu’une vingtaine de combattants, est renforcée par un peloton de la compagnie de soutien de son bataillon. Au Crochet, les deux compagnies de 1ère ligne du bataillon Gobert (du 90e), réduites à 75 hommes, sont renvoyées dans la nuit à Esnes et remplacées par les deux compagnies de soutien.
Le bataillon Petit du 68e régiment, en réserve de brigade à Esnes, est porté en conséquence moitié, le 3 au soir, en soutien du bataillon Gobert, moitié, le 4 au matin, au réduit D.
Il est remplacé par le bataillon du 290e de Vigneville, qui atteint Esnes le 4 vers 10 heures.

 

positions_19160504

 

Sous la menace de l’attaque, une force a été poussée ainsi sur la contrepente de 304.
La réserve de division ne comprend donc plus par suite que 4 bataillons : le dernier bataillon du 290e qui est à Béthelainville, les 2 bataillons du 268e et le dernier bataillon du 90e qui sont en marche sur le bois de Béthelainville, ayant l’ordre de relever la nuit suivante le 68e régiment à la cote 304.
Alertée dans la matinée, l’artillerie du 9e CA, pour laquelle a été organisé un service de surveillance aérienne permanent (par avions et ballons) entame ses tirs de contrebatterie avec l’aide des groupements voisins
Elle prend à partie vers 15h30 une colonne ennemie entrant dans Cuisy. Elle effectue des concentrations de feux à 16h35 sur les ouvrages d’Alsace et de Lorraine. Elle enfile un peu plus tard les boyaux (de la Joliette et des Serbes) perpendiculaires au front d’attaque.
Les barrages de l’artillerie de campagne sont prolongés en profondeur par les batteries de l’AD18.
Vers 17 heures, l’aviation signale que les tirs français sont très bons.
Sans se laisser arrêter cependant par l’artillerie française, l’infanterie allemande s’avance dans un repli de terrain échappant aux vues latérales du bois Eponge et du Crochet.
Ses vagues d’assaut gravissent les pentes nord de la croupe 304, submergent la défense et ne sont retardées que par les bataillons postés sur les flancs du plateau, ou leurs débris. Plus à l’est, le bataillon Gobert conserve ses positions, Plus à l’ouest, la 18e DI (66e régiment) n’est pas attaquée.
Cette situation est mal connue du commandement. Les observatoires ont pu signaler il est vrai vers 16 heures des fusées rouges lancées à 304, ce qui a provoqué le déclanchement des barrages. On a perçu ensuite de la cote 310 (PC de la 33e brigade) le crépitement de mitrailleuses en action dans la direction du bois Eponge. Les observateurs ont pu rendre compte un peu plus tard de l’allongement du tir de l’artillerie allemande, qui se raccourcit bientôt d’ailleurs pendant environ une demi-heure pour s’allonger à nouveau
Rien n’arrive cependant du régiment intéressé. Isolé par le canon sur les pentes sud du plateau, le lieutenant-colonel Odent, commandant le 68e RI, semble en effet tout ignorer de l’attaque. Il donne à la nuit tombante ses ordres de relève et renvoie vers l’arrière les 2 compagnies du bataillon Petit, poussées le matin auprès de lui.
A 18h30, le colonel Lasson, commandant la 33e brigade, lui adresse par coureur une note.
« Je pense, lui dit-il, qu’un centre de résistance sérieux est organisé par vos soins sur la cote 304 avec les 2 compagnies Petit comme noyau principal contre les forces allemandes qui me sont signalées gravissant les pentes nord-est de la croupe.
3 compagnies de la 18e DI se portent de Pommerieux vers votre PC pour coopérer à votre action. Elles se mettront à votre disposition. Sur la demande de la 17e DI, la 18e DI a donné en effet à 17h35 l’ordre au bataillon Morand du 77e RI de se porter sur le réduit D.
Enfin, le 6e bataillon du 290e (bataillon Dupic) a reçu l’ordre d’appuyer ce mouvement des 3 compagnies précitées en se maintenant à leur droite afin d’exécuter le plus tôt possible une contre-attaque sur les forces signalées ci-dessus. Ce bataillon a comme axe de marche : cote 241 (nord d’Esnes), cote 234 (est de Souvin)
La compagnie du génie 2/7 avec un effectif de 200 hommes environ est mise également à votre disposition. Elle reçoit l’ordre de se rendre au sud et près de votre PC. Le lieutenant qui la commande va prendre vos ordres.
Je compte être très prochainement renforcé par le 5e bataillon du 290e (bataillon Beyler). Le général commandant la 17e DI pousse en avant les autres éléments de la 304e brigade ».

Cet ordre ne parvient qu’à 21h15 au lieutenant-colonel Odent, qui arrête aussitôt le mouvement des 2 compagnies du bataillon Petit et les reporte sur la cote 304. Le mouvement du 6e bataillon du 290e (bataillon Dupic), entamé à 17h&(, s’exécute en même temps : les 2 compagnies de tête (Poirier et Clech) atteignent le bois ne Peigne, d’où elles se portent à la droite du bataillon Petit ; les deux dernières compagnies prennent position sur le versant sud du plateau, à 50 mètres de la crête. Le réduit D est organisé par la compagnie du génie tandis que le boyau 304 est occupé par le bataillon de la 18e DI.
Une ligne de défense s’organise ainsi dans la nuit au contact de l’ennemi.
L’artillerie s’efforce en même temps d’empêcher l’adversaire de se renforcer. Elle bat les boyaux. Elle exécute, en dehors des barrages à la demande, des concentrations sur Malancourt, Haucourt et Béthincourt. Une section de campagne est portée au sud de Montzéville pour enfiler la vallée de la Hayette. Le colonel Gascouin prévoit une consommation pour la nuit, en dehors des barrages, de 3000 obus longs, 550 coups courts, 2500 obus de 75 destinés à l’exécution des tirs envisagés.
Alertées par le général Lancrenon, les réserves de division ont été portées en avant pour renforcer la défense, à partir de 17h30.
A 22h15, le commandant de la 17e DI, venu pour y établir son PC, à la cote 310, donne ses instructions en vue d’une contre-attaque générale, qui, si elle ne peut avoir lieu dans la nuit, sera reprise de toutes façons aux premières lueurs du jour. Elle sera exécutée simultanément par les lieutenants-colonels Carlier (commandant le 90e RI), Eggenspieler (commandant le 290e RI), Odent (commandant le 68e RI)
A l’est, le bataillon d’Orgeval (du 90e), partant du bois de Béthelainville renforcera la défense au Crochet et contre-attaquera l’ennemi dans son flanc gauche avec 2 compagnies.
Au centre, le bataillon Beyler (du 290e) se portera de Vignville, par l’est de Montzéville, droit au nord ; il agira directement sur le front en partant du boyau du Prado.
A l’ouest, les éléments déjà rassemblés à 304 attaqueront face au nord-est, dans le flanc droit de l’ennemi.
Les mouvements préparatoires s’exécutent sous le bombardement et de nuit.
Le bataillon d’Orgeval réussit à relever au Crochet les restes du bataillon Gobert épuisé.

A l’exception d’une compagnie, le bataillon Beyler ne peut pas franchir le barrage que l’ennemi maintient sur le ravin de la Passerelle. Il s’établit dans les tranchées en arrière du moulin d’Esnes (boyau de Miramas).
Seule la contre-attaque du lieutenant-colonel Odent est exécutée.
Après avoir rassemblé non sans peine 250 hommes environ (les 5e et 6e compagnies du 68e, la 10e compagnie du 77e, la 21e compagnie du 290e RI) et fait reconnaître par les capitaines Hème et Terrier la ligne allemande, le lieutenant-colonel Odent entraîne à 3 heures cette troupe disparate, en criant : « Allons, c’est le moment d’avoir du courage »
Accueillie par des tirs de mitrailleuses sur sa droite, la vague de tirailleurs se couche ; un deuxième bond lui permet d’atteindre le bord du plateau face au nord-est ; un troisième bond la porte sur la pente descendante. Là, elle est en butte aux barrages de l’artillerie et aux feux de mousqueterie allemands. Le lieutenant-colonel Odent, resté debout, est frappé d’une balle au front au moment où il entraîne ses hommes. Sur l’ordre de son capitaine adjoint, ces derniers regagnent alors leurs tranchées de départ, où les recueillent les éléments qui n’ont pas participé à l’attaque.

 

lange_colonelodent
Chef de corps du 68e RI qui tomba le 5 mai à la Cote 304

 

Ignorant encore l’insuccès de la contre-attaque prescrite, le général Lancrenon pousse à 4 heures sur la cote 304 le bataillon de tête du 268e régiment et fait occuper Esnes par le bataillon de queue. En marche la veille sur l’itinéraire route de Dombasle à Esnes par Montzéville pour effectuer la relève prescrite du 68e RI, le 268e RI a été averti à 22h15 que cette relève était différée. Un de ses bataillons a été porté à Esnes, l’autre maintenu à Montzéville.
Ce sont là les dernières réserves de la 17e division. Comme, dès 5 heures, le régiment disponible du 9e CA (135e RI de la 18e DI) a été dirigé sur le bois de Béthelainville en vue de son emploi éventuel dans le secteur attaqué, le commandant du groupement demande à l’armée, à 8 heures, la mise à disposition de deux régiments d’infanterie et de l’artillerie de campagne de la 152e division. Les 114e et 125e régiments enlevés en automobiles vers midi débarquent à partir de 15 heures au bois Saint Pierre (région de Blercourt) ; ils atteignent vers 19 heures le bois de Béthelainville, où ils reçoivent l’ordre d’entrer si possible en ligne dans la nuit même. Les 2 groupes de l’AD152, poussés également en avant, renforceront les barrages dans la partie est du front de la 17e division, en prenant position au bois de Lambechamp (1 groupe), au sud de Montzéville (2 batteries), vers la corne nord-ouest des bois Bourrus (1 batterie).
L’ennemi cependant, en dehors de son artillerie, montre peu d’activité sur le plateau où la défense s’organise en arrière de la crête.
Dès le jour, les lieutenants-colonels Mariani (commandant le 268e RI et Eggenspieler se sont portés en effet de leur personne sur la ligne de combat, suivis, l’un de son bataillon de tête, qui vient renforcer la ligne à 304, l’autre de son dernier bataillon (arrêté de nuit, on le sait, au moulin d’Esnes) qui parvient à franchir le ravin de la Passerelle et à s’établir à cheval sur le boyau du Prado. Ils remettent dans l’ordre, organisent la position, assurent la liaison.
Tous deux rendent compte vers 13 heures de la situation trop aventurée de leur PC qui est au réduit Odent (ancien réduit D) et de leur intention de le transporter sur la crête au nord d’Esnes. Une transmission très incomplète de ce rapport donne lieu à une interprétation fâcheuse de la situation. Le dernier bataillon de la 17e (le 6e bataillon du 268e RI) est porté sur la crête au nord d’Esnes (2 compagnies à 14 heures, les 2 autres à 19h30). 2 bataillons de la 18e division sont établis dans le boyau 3 en crochet défensif, face à l’est. La 152e division est mise enfin à la disposition du groupement Curé que la IIe armée renforce en outre d’un groupe de 155C (groupe Taton prélevé sur le 7e CA)
En réalité, gràce aux barrages de l’artillerie française et l’atttude des compagnies Poirier et Clech, les tentatives de l’ennemi sur la contrepente de 304 ont avorté. A la nuit, « la ligne française est toujours établie sur les mêmes positions que ce matin, écrit le lieutenant-colonel Mariani. La 1ère ligne est presque entièrement nivelée ; malgré les pertes subies, nous la tenons toujours. Le moral de la troupe est très bon, elle continue à tenir, matériellement elle est fatiguée par suite de l’impossibilité qu’il y a à la ravitailler en boisson.
D’après les dernières notes reçues, le 6e bataillon du 268e est monté sur la position. Si on devait encore envoyer d’autres troupes, l’accumulation serait trop grande, il n’y aurait pas de tranchées et boyaux pour abriter tout le monde … »

 

Une photo prise à la Cote 304 en ce mois de mai 1916 par le lieutenant Jabien du 268e RI, dans les détails du cliché les soldats, à peine visibles, apparaissent quasiment intégrés au sol bombardé, dans leur semblant de boyau supposé leur servir d'abri:

 

Jabien0005
cliché Jabien (AD36 - fonds CHARRAUD 53Fi)

Les soldats tassés dans le fond de leur tranchée
Jabien0005_1

 

 

 La 17e division est donc complètement engagée au contact de l’ennemi, sans unités en soutien, incapable par conséquent d’un effort soutenu en profondeur : il importe de la remplacer.
Mais l’heure tardive à laquelle est donné l’ordre à la 152e division de la relever ne permet pas d’exécuter les mouvements prescrits. Le 114e régiment s’échelonne dans la nuit entre le réduit Odent (1 bataillon), Esnes 1 bataillon, Montzéville (1 bataillon). Le 125e régiment s’établit entre la tranchée d’Aix et le boyau de Miramas. Les 2 groupes de l’AD152 atteignent Ville-sur-Cousances.
La relève est exécutée la nuit suivante (du 6-7) ; seuls des éléments du 290e régiment restent mélangés aux unités de la 152e division au bois le Peigne d’une part (1 compagnie du 6e bataillon), aux abords du boyau du Prado d’autre part (fractions de 2 compagnies du 5e bataillon)
Le 7 au matin, la tenue du secteur est assurée de la façon suivante par l’ID152 :

 

  • 3 bataillons en 1ère ligne : Le bataillon Durand du 114e RI sur la contrepente de 304 ; les bataillons Quillet et Baffet du 125e RI plus à l’est et au crochet

  • 1 bataillon sur la cropue au nord d’Esnes (le bataillon Conscience du 114e RI) et 1 bataillon au boyau Miramas (le bataillon Berthoin du 125e RI)

  • 1 bataillon en réserve de division : le bataillon Gigot du 114e RI à Vigneville

 

Le dernier régiment de la 152e division reste en réserve de CA au bois de Béthelainville.
Le colonel Paquette, commandant l’ID 152, a pour mission de se créer une base de départ en vue de la reprise du terrain perdu. Il n’y a pas une minute à perdre si on veut empêcher l’ennemi de se consolider. Les opérations doivent être menées soit par surprise, soit avec l’aide de l’artillerie. Il ne faut engager que des effectifs peu nombreux, très mordants.

 


SoldatTranchée

 

Clichés: Collection de l'auteur
Sources :
« Les combats de la cote 304 en mai 1916 » –Capitaine Laxagne – Revue Militaire Française
« L’attaque principale allemande contre la cote 304 » - Albert Lange –Editions Berger Levrault

 

 

Posté par Indre1418 à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,