Indre 1914-1918 - Les 68, 90, 268 et 290e RI

03 décembre 2016

L'eau d'och mare (Le cidre de la Somme est goutu)

Aujourd'hui est un peu particulier, il y a 102 ans disparaissait Lucien, mon arrière grand oncle, à qui j'ai dédié ce blog.

Il y a 100 ans aujourd'hui, le 290e RI, dans la Somme, découvrait le repos après un dur séjour dans le secteur de Sailly-Saillisel. Le colonel Eggenspieler, quand à lui, découvre les plaisirs du cidre avec "l'eau d'och mare".

"Le 4 décembre le régiment est transporté en camions-autos à Lignières-Châtelain et à Coullière, à la limite Sud du département de la Somme. A ma rentrée de permission je trouve le régiment installé dans ces deux localités. Les cantonnements sont bons. Les hommes s'y refont rapidement, d'autant mieux que les permissions jouent à plein".

LignieresChatelain_Place
Lignières Chatelain (Somme) La Poste et la Halle

"Personnellement j'étais logé chez des personnes fort aimables qui m'ont fait le meilleur accueil. En causant, le maître de la maison m'a confié qu'il avait constaté de grandes différences dans les manières de se comporter des officiers qu'il avait eu à loger. Ainsi, peu avant moi, il a eu à héberger un grand chef de chasseurs à pied dont il a été particulièrement mécontent.
En visitant un cantonnement, j'ai eu l'occasion de recueillir quelques précisions sur la manière de faire le cidre dans le pays. Je me trouvais dans la cour d'une grande ferme. Au centre de la cour se trouvait une mare énorme. Le Lieutenant Maître qui se tenait près de moi me posa une colle. Il me demanda avec quelle eau je croyais qu'on faisait le cidre.
Sur mon geste, qui voulait dire que je n'en savais rien, il me dit que c'était avec celle que j'avais devant moi, « l'eau d'och mare ». Comme je ne voulus rien en croire et d'autant moins qu'à ce moment le bétail se promenaient dans la mare, on fit appel au témoignage du fermier. Celui-ci confirma purement et simplement les dires de Maître. Le fermier ajouta même que le cidre fait avec « l'eau d'och mare» était bien plus moelleux que celui fait avec l'eau de fontaine la plus pure. Pour me convaincre il m'en offrit un verre. Je dois reconnaître qu'il était très clair et très bon".

Il est à noter qu'avant le conflit, le colonel Eggenspieler était de garnison à Cherbourg, il faut certainement y voir là, la source de son intérêt pour cette boisson et le pourquoi il nous livre cette anecdote.

Sur le sujet des boissons on lira avec intérêt l'article de Stéphane Le Bras intitulé "Été 1916. Le cidre est-il soluble dans le pinard ?" sur le site "En Envor" (Cliquez sur le lien).
Cet article est d'ailleurs agrémenté de jolis clichés sur la fabrication du cidre, au front, provenant du fonds Valois de la BDIC

Sources texte: Colonel Eggenspieler - Un régiment de réserve du Berry, le 290e RI

Posté par Jerome Charraud à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


11 novembre 2016

11 novembre 1918, liesse dans les rues d'Argenton et joie mesurée sur le front.

 

Argenton_Quesnel_19181111_NB

 

En ce 11 novembre, le photographe argentonnais Quesnel a juste à sortir de son magasin (à gauche) et à poser son appareil au milieu de la rue de la Gare. Les drapeaux ornent les balcons et fenêtres. La population manifeste sa joie à l'annonce de ce moment tant attendu. On notera que seuls, 2 hommes figurent au premier plan.

Voici ce que Raymond Rollinat inscrit dans son journal:

Capture2
Sources Carnets Rollinat Cercle Histoire Argenton

"Chacun en s'éveillant pense que la journée
qui commence marquera dans l'histoire
et verra peut-être la fin de l'effroyable guerre
Quel soulagement, si l'on apprend que l'Armistice est signé ..."

Pour découvrir la suite de cette journée, je conseille la lecture des carnets de Raymond Rollinat sur le site du cercle d'histoire d'Argenton



Pendant ce temps, au front, voici le témoignage du capitaine Laurentin qui se trouvait alors au 219e RI suite à la dissolution du 268e en juin 1918:

Le bataillon retourne à l’arrière, à Guignicourt, nous voici arrivés dans le village tout endormi. Un cycliste passe et affirme : « L’armistice est signé. »
Dieu, si c’était vrai !
7 h. 30. - « Armistice, armistice ! » Tout le monde le dit ; on se félicite, on s’interroge : « Qui te l’a dit. Un cycliste. – Un lieutenant de la lourde. – Un téléphoniste. » Le soldat n’en demande pas plus. Voici une troupe du 93 qui revient, boueuse et lasse, des premières lignes : « C’est fini, leur crie-t-on, c’est signé ! » Les figures s’illuminent de sourires épanouis : « Oh mon vieux ! »
C’est tout. Rien des bruyantes manifestations d’enthousiasme qui saluèrent la déclaration de guerre. Ils ne jettent point leurs armes pendantes. Ils ne quittent pas le rang ; seulement ils relèvent la tête, des têtes joyeuses de braves gens, incapables de désordres et d’excès, même au milieu de la victoire.
Ah ! Ma chère France !

Maurice Larentin, "Carnets d’un fantassin de 1914", Editions Arthaud, 1965, p. 237

Posté par Jerome Charraud à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 novembre 2016

A Fred, mon alter ego de la Vienne

Aujourd'hui est un jour malheureux pour moi. J'apprend une triste nouvelle, la disparition de Fred Coussay. Certains le connaissent, d'autres ne connaissent que le fruit de son travail, peut-être ignoriez vous son existence, mais croyez moi, mon blog ne pourrait exister sans la communauté historienne dont Fred faisait pleinement partie.

Capture

Jamais, je n'aurais cru un jour devoir faire un tel message.

J'ai une pensée fraternelle pour Fred, qui est décédé ces jours derniers.
Repose en paix.

Indre1418 et moi même sommes en deuil, nous avons perdu notre alter ego.

 

Pensées affectueuses pour Stéphanie et les enfants.

Posté par Jerome Charraud à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2016

Mieux vaut tard que jamais: Désiré BLANCHET de Buzançais

 Un message reçu ce jour de la part de Luc Mabille de Buzançais me faisant part du rajout sur le monument de cette ville du nom d'un oublié:

CaptureBlanchetDésiré

Le 11 novembre prochain, à 11h, le nom de Désiré Pierre Blanchet sera lu
avec ceux de ses compagnons d'infortune.

BlanchetDesirePierre

Un nouveau nom de poilu a été gravé sur le MAM de Buzançais, à la demande de ses descendants et avec l'assentiment de l'ONACR :
Celui de Désiré Pierre Blanchet qui naquit à Buzançais le 29 juin 1884. Il portait le matricule 234 de la classe 1904. Il fut mobilisé au 90ème RI le 4 août 1914 et se retrouva en pleine bataille d'Ypres où il fut blessé le 28 octobre 1914, recevant 60 à 65 éclats d'obus (fesses, cuisses, bras,...), près du ruisseau de Stroombecke, entre Poelcapelle et Passendale.

Ypres2_19141026_1

 

Il continuera à servir jusqu'à la fin de la guerre et ne sera démobilisé que le 8 mars 1919. De retour de blessures, il passe au 122e d'Infanterie le 27 décembre 1915 où il reste en ligne jusqu'au 16 avril 1916, puis il passe "à l'intérieur" et fut affecté au 6ème Escadron du Train des Equipages en août 1917.

Il décèdera le 20/08/1929 des suites de ses blessures et fut déclaré MPLF par le Tribunal Civil de Châteauroux, le 06 mars 1933. Ses 2 enfants Marie Charlotte et René furent "adoptés par la Nation" à cette même occasion.
Son plus jeune frère, Ernest Jean Baptiste (né le 24 juin 1887) fut tué à Verdun, le 03/05/1916 et son cadet, Charles Alexandre (né le 28 octobre 1885) mobilisé au 90ème RI et très probablement intoxiqué par les gaz, mourut lui, le 20 novembre 1939.

La généalogie de Désiré BLANCHET est consultable sur Généanet: Arbre de Lorian BLANCHET

Sa fiche matricule est visible sur le site des Archives Départementales 36 à la page 609 et 610


On notera que la fiche matricule ne fut jamais mise à jour suite au jugement de 1933 et qu'aucune fiche Mémoires des Hommes ne fut créée. Le fichier "historique" se limitant au plus tard à la date du 24 octobre 1919 (Date officielle de cessation des hostilités)

Posté par Jerome Charraud à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2016

Des idées de sorties pour l'automne 2016 (Episode 4)

Décidement la période 1er novembre - 11 novembre est devenue la période du Souvenir.

A noter une très intéressante initiative de la part de la municipalité de Buzançais, en collaboration avec les Editions de La Bouinotte.

580484e38ae66

Le programme de ces journées:

CaptureBuzançais

Je note avec grand intérêt les interventions du 12 novembre avec notamment celle de Daniel Bernard sur la correspondance d'une famille paysanne, celle de Lucien Lacour, le spécialiste des Monuments aux Morts du Département et celle de Bruno Mascle sur l'affaire du soldat Abel Garçault, fusillé à l'age de 20 ans.

Sources: http://www.buzancais.fr/actualite/culture-loisirs/centenaire-de-la-grande-guerre.html

Posté par Jerome Charraud à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 octobre 2016

Des idées de sorties pour l'automne 2016 (Episode 3)

Deux expos comme je les aime sont annoncées dans le secteur de Saint Gaultier. Ce sont typiquement des expos où les habitants aiment à participer en apportant des souvenirs familiaux, bien souvent très intéressants.

CaptureChitray CaptureMigne

Inaugurations les Samedi 29 octobre à (14h30) à Chitray
et le Vendredi 11 novembre après la cérémonie au Monument aux Morts à Migné.

Posté par Jerome Charraud à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2016

Des idées de sorties pour l'automne 2016 (Episode 2)

Une exposition à signaler à Issoudun:

Centre de la Mémoire de la médiathèque, du 21 octobre 2016 au 14 janvier 2017

affiche-guerre-14-18

Cette exposition du Centre de la mémoire met à l’honneur les écrits, publiés ou non, de soldats qui ont vécu et survécu à l’horreur de cette guerre d’usure.
Ils témoignent de la vie quotidienne dans les tranchées ou sur le front, des combats en première ligne, de leur survie, de celle de leurs camarades. Leurs témoignages sont sincères, proches de la vérité, ils sont durs, violents, émouvants. Les narrateurs choisis pour cette exposition sont des anonymes, d’autres sont des intellectuels ou hommes de lettres connus, d’autres encore deviendront des écrivains pendant ou après le conflit. Beaucoup partageront les idées socialistes et s’opposeront à tous les nationalismes. Profondément marqués par cette guerre, ils seront nombreux à choisir la voie du pacifisme et de la paix.

Cette exposition est l’occasion de valoriser les fonds privés déposés lors de la Grande Collecte en 2013 et 2014 et de les confronter aux archives conservées au Centre de la Mémoire comme le fonds Léon Werth.

Exposition au Centre de la Mémoire de la médiathèque, du 21 octobre 2016 au 14 janvier 2017

A l'occasion de cette exposition, une lecture de correspondances en musique " Éclats de vie d'un poilu d'Issoudun dans l'enfer des batailles de la Somme et de Verdun " aura lieu le samedi 22 octobre à 15h à l'auditorium de la médiathèque.

Sources:
Texte issu de la Présentation de l'exposition sur le site de la Ville d'Issoudun
Article sur la Nouvelle République 36: Grande-Guerre-la-force-des-temoignages-ecrits

 

Posté par Jerome Charraud à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 octobre 2016

Des idées de sorties pour l'automne 2016

Tous les ans, à cette période oscillant entre Toussaint et 11 novembre, il est proposé des spectacles, des conférences dont la thématique se rapproche de celle du blog.
Voici donc 3 annonces que @36sorties m'a aimablement signalé sur mon compte twitter @Indre1418

CuZEU0vWEAAjGGW CuZM3E8WYAAAKR5 CuZOgW5XYAA7L20

Cliquez sur les affiches pour les voir à taille réelle et ainsi découvrir le détail.

Posté par Jerome Charraud à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,