Indre 1914-1918 - Les 68, 90, 268 et 290e RI

04 février 2019

Frères de sang, un thenaisien cité en exemple, François CRECHET

"On a rapporté récemment un cas de transfusion effectué avec plein de succès à Montpellier par le docteur Jeanbrau et le professeur Hedon. Notre photographe représente les deux frères d'armes, devenus frères de sang, vingt-cinq jours après la transfusion qui sauva l'un grâce au sacrifice de l'autre: à gauche, le soldat réserviste Créchet, du 68e de ligne, amputé après une terrible hémoragie; à droite, le "donneur", Emile Barthélémy, du 81e de ligne, légèrement blessé à Gerbeviller".
Voici aussi ce que rapportait le journal local "L'indépendant du Berry"

79851292_o1

L'indépendant du Berry se trompait dans son article concernant l'origine du soldat, car celui-ci n'est pas argentonnais, mais originaire du canton de Saint Gaultier.

François CRECHET était natif de Thenay (36) où il vit le jour le 19 juillet 1882, fils de Louis et de Mathieu Françoise. Il effectua son service militaire au 32e Régiment d'infanterie du 16 novembre 1903 au 23 septembre 1905.
En 1907, il épouse Marie GEORGET, le 17 décembre à Ciron (36).

En 1909, il effectue une période au 68e RI du Blanc.
Mobilisé, il est appelé à la date du 11 aout 1914, où il se présente au Blanc. Affecté au 68ème régiment, il est grièvement blessé le 20 septembre 1914 au cours d'une attaque et a été amputé de la cuisse gauche.
Il obtient la Médaille militaire (JO du 22 aout 1915) et est titulaire de la Croix de Guerre avec palme (Citation à l'Armée).
Proposé à la réforme, il est renvoyé dans ses foyers le 24 mars 1915.

Il décède le 20 décembre 1923 à Thenay (36). Son acte de décès comporte la mention "Mort pour la France"

Sa fiche matricule aux archives départementales de l'Indre

 

Sources:
L'Illustration 21 novembre 1914 n°3742 page 394
L'indépendant du Berry 15 novembre 1914

Posté par Indre1418 à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


27 janvier 2019

Remettre un nom sur une plaque émaillée, Léon Pascaud son souvenir à Baraize.

Lors de mes pérégrinations autour du Pin et au travers du département, il ne m’est pas rare de m’arrêter aux portes d’un cimetière et de partir en quête des sépultures de la première guerre mondiale. Remettre une fleur en place, découvrir une plaque oubliée, prendre un cliché. Parfois, ladite plaque est tellement oubliée qu’il en est difficile de trouver le sens, l’origine et ce jusqu’à être dans l’impossibilité de retrouver le nom du défunt.
Ayant dépouillé les registres de retours de corps qui se firent à l’aube des années 1920, il est toujours étonnant de constater le décalage entre les traces encore existantes et la réalité administrative d’alors. Oui, le corps a été rendu à la famille, mais bien souvent, il ne reste aucune trace dans le cimetière communal. Non, la présence d'une plaque ne signifie pas que le corps est présent.
Revenons sur un cas qui m’a longtemps embarrassé car jusqu’alors resté sans solution, me contentant d’une rapide recherche restée infructueuse.

En juillet 2012, je traversais la Creuse et me rendait à Baraize, sur le coteau d’en face. Après quelques clichés du monument, je rentrais dans le cimetière. Après quelques déambulations, je découvrais plusieurs sépultures qui concernaient mes recherches. Il est important de préciser que nous étions alors dans une période pré Centenaire et que les prémices de cet évènement se faisaient à peine sentir.
Une sépulture m’intriguait car elle me laissait sans explications.

Dans un coin du cimetière, une sépulture d’un style contemporain années 30-40, potentiellement plus tardive. Sur cette sépulture, une plaque de métal attira mon regard. Posée sur le marbre, en appui sur la tête de la sépulture, cette plaque de métal donne l’impression bizarre d’avoir été mise là, à la va vite. En s’approchant, on découvre que si ladite plaque est bien un souvenir de 14/18, elle est particulièrement marquée, une grande partie de l’émail a disparu et cela rend l’identification impossible en l’état.

Baraize 021 Baraize 020

Prenant l’information comme telle, après la visite, retour au Pin afin d’analyser les clichés effectués.

En reprenant les clichés, la première recherche consiste à analyser les indices encore présents :

  • Deux lettres indiquent le début d’un nom ou d’un prénom. La présence d’une minuscule en deuxième lettre permet de s’orienter vers un prénom : Léon, Léopold, Léonard, Léonce, peut-être Léandre.
  • 1914 est indiqué, il s’agit nécessairement de l’année de décès
  • 28 ans, le défunt est donc né entre 1885 et 1887.

La première réaction est donc de regarder les clichés pris du monument aux mort afin de regarder les éventuels prénoms présents. Je précise éventuels car il n’est pas rare de rencontrer des listes nominatives sans prénom ou bien juste avec l’initiale de celui-ci, ce qui ne facilite pas les recoupements.

Heureusement, rien de cela à Baraize

Baraize 008 Baraize 007 Baraize 005

Tout de suite, un nom apparait Léon Pascaud, tué en 1914.

Le premier réflexe est donc de regarder dans le fichier du site ministériel « Mémoires des Hommes », en saisissant les données précédemment relevées.
Sa fiche MDH apparait alors et vient confirmer sa relation avec la commune de Baraize. Son acte de décès a été enregistré sur les registres de l’état-civil à la date du 24 juin 1915. A ce moment précis, la recherche s’arrêta là satisfait de pouvoir associer un nom avec cette plaque.

archives_I620081R_1
Sa fiche MDH cliquez sur l'image ci -dessus

 

Cette affaire en resta là jusqu’à cette semaine, où je redécouvrais cette photo et que je la mettais en ligne pour le blog Indre1418soldats.En complétant la fiche sur le blog, je me pris à me poser les questions suivantes: "Mais sa présence sur une sépulture des années 40 est-elle justifiée?" "Quels sont les liens avec la famille « BORDES-PINEAU » ?" On doit pouvoir aller un peu plus loin.

Avec le centenaire et les années passant, de nombreuses données sont maintenant accessibles aisément.Tout d’abord, il est nécessaire de rechercher la fiche matricule de Léon Joseph Lucien PASCAUD. Cela s'effectue à partir des données de la fiche Mémoires des Hommes. Voici  donc la fiche matricule de Léon PASCAUD qui est accessible sur le site des Archives départementales de l’Indre. Cette fiche matricule nous permet entre autres de connaitre son lieu de résidence en 1911. Après avoir résidé au Cerisier, il est déclaré chez M. PINEAU à Magot, commune de Baraize (Cette petite annotation a son importance pour la suite)

Capture3

 

Sur ce même site des Archives Départementales, il est aisé de trouver l’acte de naissance de Léon Joseph Lucien PASCAUD  , il se trouve bien sur l’état-civil de Saint Gilles pour l’année 1886. Cette information est complétée par le report en marge de son acte de mariage en marge de cet acte de naissance. Cela nous permet d’apprendre que le 21 octobre 1911, à Baraize, Léon PASCAUD épousa Delphine PINEAU. Le recoupement avec l’information de la fiche matricule, permet de savoir qu’il résidait donc chez ses beaux-parents, à Magot, en 1911.

 CaptureActeNaissance

 

Le lien manquant était enfin trouvé. La sépulture est celle d’un couple BORDES-PINEAU et usuellement PINEAU est le nom de l’épouse. Il semblerait donc bien probable que Delphine PINEAU, déclarée veuve moins de 5 ans après son mariage avec Léon (Voir date transcription acte de DC) refit sa vie avec le sieur BORDES, mais une plaque de métal émaillée, rappelle son premier mariage.

Cette confirmation du lien PASCAUD - PINEAU- BORDES me vint par l'intermédiaire de l'acte de naissance de Delphine PINEAU qui eut lieu le 2 novembre 1890 à Baraize, mais surtout par les mentions en marge de son acte de naissance.
D'abord mariée avec Léon Joseph Lucien PASCAUD le 21 octobre 1911, officiellement veuve à l'annonce officielle du décès le 24 juin 1915, elle se remaria avec Albert Eugène BORDES le 28 janvier 1922 à Eguzon (36)

Capture4

Cela vient conforter l’ultime indice écrit au-dessus des deux lettres du prénom et que l’on retrouve sur d’autres plaques du même type, toutes issues du même fournisseur

A LA mémoire de
MON EPoux regretté

Baraize 020_1

Une plaque du même style sur une autre sépulture On retrouve d'ailleurs le même texte à gauche.

Capture2

Posté par Indre1418 à 14:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2019

Raymond RIPOTEAU, le 12.000ème décédé du département.

Aujourd'hui, Raymond Ripoteau est le 12.000ème soldat du département de l'Indre décédé lors du conflit de la 1GM. Natif de Mouhet (Indre), il résidait à Crozant (Creuse).
J'ai donc une pensée pour lui en ce jour sur Indre1418soldats

Nom: RIPOTEAU
Prénom: Raymond Antheme Gaston Octave
Né le 18 février 1899 à Mouhet (36) - fils de Auguste et de DELAMARE Louise

Sa fiche matricule aux archives départementales de la Creuse

Soldat au 126ème RI, il décède le 10/01/1919 à l'hôpital n°91 de Cannes Ecluse (77) "Maladie contractée en service" (grippe infectieuse)             Une erreur de localisation du décès est constaté sur la fiche MDH, l'hôpital est situé à Cannes Ecluse en Seine et Marne et non à Cannes (Alpes Maritimes). En l'absence d'acte de décès, cela est confirmé par http://www.cannes-ecluse.fr/historique/hopital-militaire-14-18.html

Sa fiche sur le site Mémoires des Hommes.

De recrutement Guéret au moment de sa conscription, il figure sur le Monument de Crozant (23). Son acte de décès fut transmis le 11/01/1921 à la mairie de cette commune.

Son nom figure sur les plaques commémoratives de l'église de Crozant (23), sous le prénom d'Anthème.

Capture

Posté par Indre1418 à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2019

Un chef cuistot médiatique au 90e, Jules Maincave dans la "Revue de l'académie du Centre"

En Histoire, on est toujours soumis à la prochaine découverte, au document récemment trouvé qui invalidera l'argumentaire précédent.

Le 90e RI est souvent cité dans les milieux de la cuisine ou de la littérature culinaire par le fait qu'un célèbre chef exerça au sein de ce régiment, je veux parler de Jules Maincave.

4 - Maincave Les Annales 2 novembre 1913 rid 4

 

Un excellent article à paraitre de l'Académie du Centre qui revient sur Jules Maincavé (chef cuistot du 90e). Quelques ouvrages d'historiens estampillés Centenaire1418 vont être à revoir. Idem Thierry Marx, le médiatique chef cuisinier va pouvoir réviser ses fiches.
Nota JCh: Je garderai quand même la recette du gateau ANZAC donné dans le lien ci-dessous, tout gourmet appréciera la préparation culinaire et aura une pensée pour "Lolo" Joachim-Raphael Boronali.

https://www.europe1.fr/emissions/Cuisine-mode-d-emploi/Le-biscuit-de-Jules-Maincave-mode-d-emploi-par-Thierry-Marx-144874

Jules Maincave est aussi cité dans de doctes parutions historiennes, notamment par des spécialistes de la nourriture pendant le conflit voir par exemple http://happy-apicius.dijon.fr/manger-et-boire-entre-1914-et-1918-cr14-la-cuisine-de-tranchee-par-marie-llosa/

Je vous invite donc à découvrir la folle (non) histoire de Jules Maincave dans la revue 2018 de l'Académie du Centre, par Jean-Paul Morel. Vous y retrouverez aussi des articles de qualité traitant dautres thématiques et d'autres périodes. Je retiens cependant un article de Lucien Lacour sur les liens entre Ernest Nivet et Bernard Naudin, deux artistes directement concernés par la première guerre mondiale.

Je note aussi un article sur l'équipage du "Soufleur II" dont le chef de char fut Jean Moncorgé-Gabin qui séjourna avec la 2e DB dans l'Indre en 1945.

P1070513

Archives Départementales de l'Indre, 1 rue Jeanne d'Arc 36000 CHATEAUROUX
Tél : 02 54 27 30 42 - Fax : 02 54 27 85 60 - Email : academieducentre@gmail.com
Président : Jean-Pierre SURRAULT

Posté par Indre1418 à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 décembre 2018

Il y a 14 ans, la naissance d'Indre1418

En cette fin de décembre 2004, à l'heure où les recherches autour de 1418 étaient peu courantes et souvent considérées comme décalées au risque de passer pour des extra-terrestres, avec Stephan Agosto, nous nous lançames dans une aventure alors incertaine. Lui sur le 74e et moi sur les 4 régiments du département de l'Indre.

Capture1

Capture

2018, fin du Centenaire1418 qui nous a bien occupé le long des 4 dernières années, du côté du Berry, les flonflons médiatiques s'estompent et quelques 600 messages plus tard, nous sommes encore dans la tranchée, hésitants entre le "poste avancé" et la "cagna". Cependant, avec une régularité moins certaine, les publications continuent.

422.000 visiteurs et 958.000 pages vues

Un deuxième blog avec 12.177 soldats indriens décédés

 

Que dire?

Merci ...
Et c'est parti pour 2019 ...

 

15747838_1143705189078589_6594029793610554762_n

 

Posté par Indre1418 à 11:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 décembre 2018

Joyeux Noel au temple de Châteauroux - AEF

Le temps de Noel venu, en cette année 1918, les soldats américains de l'hôpital militaire du Base Hospital 9 de Bitray participent aux fêtes de Noel. Pour cela, ils n'hésitent pas à se retrouver au temple de l'église réformée qui se situe encore de nos jours rue Thabaud Boislareine dans le vieux Châteauroux.

564992432_708e11b703_o

965_001

A tous, passez de bonnes fêtes de fin d'année et rendez-vous en 2019

Posté par Indre1418 à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2018

Sous terre, sous pierre. Berthonval, mai 1915 (mise à jour 2018)

Pour une fois, je quitte les régiments dont j'ai l'habitude de vous conter l'histoire. Mais, je ne m'éloigne pas trop, je vais seulement élargir le cercle pour présenter un texte concernant le 9ème Corps d'Armée.
Il y a quelques temps, par l'intermédiaire du blog et des commentaires associés aux divers messages, M. Henrion nous faisait part d'un texte qu'il avait retrouvé dans les affaires de son aieul l'Aide-major de 1ère Classe Gaston Julin.
Ce dernier était donc médecin au sein du 135ème R.I. dont la garnison était à Angers et dépendait, comme les unités du département de l'Indre, du 9e Corps d'Armée.

Sélection_037
Manoeuvres 1908, sur la route de Loches - A.M. 1ère Cl. Julin marqué d'une croix

Gaston Julin fut médecin à Cinq-Mars la Pile (Indre et Loire) de 1909 à 1947. Lors de son cursus militaire, il fit notamment des périodes au camp du Ruchard, participa aux grandes manoeuvres qui eurent lieu en 1908.
Malgré la demande de sa fille, il a toujours refusé de raconter sa guerre par écrit car étant médecin il avait vu mourir beaucoup trop de jeunes gens de 20 ans qui appelaient leur mère. Il en fut marqué à  vie.

Merci donc à lui et à M. Henrion de me permettre de vous présenter le document qui va suivre:

Il s'agit d'une feuille de papier ronéotypée constituant 4 pages sur laquelle est écrit un texte, présenté sous la forme d'une chanson, d'un poème.

CaptureJC_Poeme

Tout de suite, l'association lieu et date me permit de dire que cela concernait le 9e Corps. Berthonval et mai 1915 sont un lieu et une date qui concernent directement les unités indriennes. En effet,, le 135e dépendait de la 18e Division, et celle-ci était la division "soeur" de la 17e DI dont le siège était à Chateauroux.
Berthonval! Petite zone d'Artois entre le Mont-Saint-Eloi et Neuville-Saint-Vaast qui fut un secteur de combat où de nombreux soldats de la région tombèrent.

BerthonvalNeuville_VueBasMSE
La ferme de Berthonval depuis le bas du Mont-Saint-Eloi, le Bois de la Folie au fond (Zone allemande)

Voici la première page dudit document:

Sélection_038

Assez difficile à déchiffrer sur certaines parties, en voici la transcription que je laisse à votre perspicacité:

SOUS TERRE, SOUS PIERRE

A ceux qui auront gouté aux douces joies de la Villégiature
Berthonval Mai 1915

A Berthonval on voit parfois
Des gens qui d’un air de mystère
Descend’nt 4 ou 5 à la fois
Dans les profondeurs de la terre
Serait-ce les premiers chrétiens
Cherchant l’abri des catacombes
Cà n’est pas çà crénom d’un chien
C’est les poilus qu’ont peur des bombes

D’abord au dessous du rez d’ chaussée
Y a déjà un’ tout petit’ salle
Dans laquelle on vient s’ramasser
Pour absorber tout c’qui s’avale
L’odeur de la soupe à l’oignon
Et tous les vieux restants d’cuisine
Dont Orphée est le marmiton
Vienn’t vous chatouiller la narine

Les escaliers de ces caveaux
Sont glissants comm’ des plaqu’s de verre
Certain’ment c’est pas d’l’art nouveau
On connait pas çà à la guerre
C’est mêm’ pas du styl’ rococo
Ca vous fait tourner la breloque
A chaqu’ pas on pataug’ dans l’eau
3 heures d’séjour on est loufoque

Pourtant si vous vous obstinez
Et si vous franchissez la porte
Aussitôt en plein dans le nez
Vous arrive une haleine forte
Le souffle de cet entonnoir
Vous prouv’ qu’en la circonstance
L’expression chlinguer du couloir
N’est pas ce qu’un vain peuple pense

Entré dans ces lieux infernaux
A gauche vous verrez de suite
Des gens étendus sur le dos
De l’espèce des troglodytes
Qui regardent d’un air grognon
Sous l’humidité qui fait rage
Pousser de petits champignons
Sur tous les objets d’leur paqu’tage

Au plafond de ce p’tit gourbi
Un truc vous verse sur le blair
L’eau qui dégringol’ tout’ la nuit
Pendant qu’vous dormez l’ventr en l’air
Mais l’autre jour nos praticiens
Qui discutaient sur cet’ machine
Ont posé l’diagnostic certain
De simple incontinence d’urine

Un grand mur au bas des degrés
Oppose d’un air ironique
A vos efforts désespérés
Une résistance héroïque
Alors arrive un bon coup d’vent
Et vot’ chandelle s’éteint tout’ seule
Pour peu qu’on ait pris son élan
On est sur de s’ casse la gueule

C’est là qu’est l’escalier d’honneur
Pour tous les ceuss que l’on ivite
A v’nir admirer la couleur
L’pittoresque et l’odeur du site
Dans c’t escalier y’a pas d’Gob’lins
Ca vous épat’ j’en suis fort aise
Y’a que’ques rats c’est un fait certain
Et tout l’ bois est pourri d’ punaises

Ayant rallumé vot’ lampion
En vous écriant quell’ sal’ boite
Vous vous apercevez cré nom
Qui fallait qu’ vous tourniez à droite
Vous êtes dans le grand corridor
Qui tourn’ qui vire et qui s’éboule
Et aie le pauv’ poilu qui dort
Encaisse’ les poings quand çà s’écroule

Descendez encor’ que’ qu’s degrès
Vous êt’s au chœur mêm’ du sanctuaire
A votre gauch’ se trouve un chalet
Très fréquenté des militaires
Si vous avez envie d’pisser
Et d’ faire du plus solide encore
Arrêtez vous et pénétrez
J’ vous promets qu’ c’est pas inodore

Courage encor’ des escaliers
Et vous entrez dans la carrière
Y’a déjà longtemps qu’vos ainés
N’y sont plus et sont au cim’tière
C’est magnifiqu’ c’est haut c’est grand
Ne rigolez pas j’vous prie
Les rats sont les princes de céans
Et font l’service de la voirie.

Là d’dans on fait n’importe quoi
La crémation et la cuistance
On magne, on fume, on bridge, on boit
On parl’ des destinées d’la France
Et le canon qui pèt’ dehors
Vous fait pas peur on fait l’mariolle
Un’ fois la nuit venue on dort
Et on récolte un tas d’ bestioles

Mais ceux qui règn’ent en grands seigneurs
Et au moindre bruit s’ carapatent
C’est messieurs les rats ces farceurs
Qui vous jouent des tours d’acrobate
Car tout’ les fois qu’vous roupillez
Les petits, le père et la mère
Rapidement viennent examiner
Vos sillons digito-plantaires

Encore si i s’ contentaient que d’çà
Mais ces sales bêtes que rien n’épate
Font des tours qu’on dit : c’est les rats
Et des blagu’s qu’on dit : c’est les rats
L’capitain’ de territoriale
A cru reconnaitre sa pétoche
L’aut’ jour dans l’ventr’ d’un animal
Qu’il ouvrit d’1 seul grand coup d’ pioche

Le fond d’la cave est occupé
Par tout’ les huil’s d’un’ compagnie
Qui préten’nt tr’ sapeurs miniers
D’la 9/2 du 6e Génie
J’sais pas encor’ s’ils ont miné
S’ils savent saper ou s’ils s’en foutent
Mais ce que j’ peux vous assurer
C’est qu’ils sav’nt bien casser la croûte

Les téléphonist’ dans un coin
Souris tout l’jour sur l’ manivell »
Peux tu m’envoyer d’ la ficelle
Pas mieux y en a du midi
Qui tout’ les fois que le fil casse
Se fou’ dans l’ bec de l’ aïoli
Putain ‘ avec de la six casse

On est très bien à Berthonval
Malgré cette trop longue histoire
Il est certain qu’on est moins mal
Qu’au milieu du four crématoire
Peut-être qu’on pourrait installer
Pour un modeste prix d’ famille
L’ascenseur l’électricité
Et l’ vieux tramway Madelein’ Bastille

________________________________

 

On notera dans le texte l'allusion à la Compagnie 9/2 du 6ème régiment du Génie qui était compagnie divisionnaire. Ceci permet de confirmer l'origine du document, la 18e D.I., mais nous n'en connaissons malheureusement pas l'auteur exact (à moins d'arriver à déchiffrer la signature présente sur le premier extrait présenté au-dessus).

________________________________

Merci à M. Henrion pour m'avoir ouvert sa documentation familiale et pour sa confiance.

Vi_DIG91BOJOZ86JWg_-qa-6Nto

vdx-LjoR5fRqJX7sJkJOHaK0fGQ

Sources - Album VALOIS - BDIC La Comtemporaine


Sources photos: Collection familiale M. Henrion et collection de l'auteur

Posté par Indre1418 à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2018

Lothiers, 6 décembre 1918, une catastrophe ferroviaire

Le 8 décembre 1918, les lecteurs du "Figaro" découvrent un petit article annonçant une catastrophe qui vient de se dérouler en Berry, à Lothiers.

Pourquoi s'intéresser à un article du Figaro et non pas à la presse locale?
Tout simplement car la nouvelle de l'accident fut annoncée dans la presse locale, mais allègrement cavardiée par la censure.

En voici l'exemple dans le Journal du Département de l'Indre annoncée en date du 7 décembre 1918. (A noter une confusion de date entre le 6 et le 7 décembre - La source de presse n'a pas été vérifiée par l'auteur du blog).

58ded2a5459a454e008b5c11
Article "Journal du département de l'Indre" 6 décembre 1918 - AD36 - Article NR36 de Xavier Benoit du
07/12/2013

 Dès le 7 décembre 1918, dans le journal "La Presse", on pouvait lire

LaPresse_19181207
Sources GALLICA BNF

Intéressons nous donc à l'article du "Figaro" en date du 8 décembre

Châteauroux - Une collision s'est produite à Lothiers entre deux trains de permissionnaires, l'un parti de Limoges à 11h34 du soir et l'autre le suivant à dix minutes. Par suite d'un brouillard intense, le premier se trouvait retardé et l'autre, ne le voyant pas est venu se jeter dessus.
on annonce trente morts et cinquante blessés.
Un train de secours est parti de Limoges avec plusieurs médecins et un matériel de pansement. Les Américains, de leur côté, ont envoyé des autos sanitaires avec des docteurs et des infirmiers".

 

Au même moment, un autre accident se produisait à Meug sur Loire. On dénombrait vingt morts.

Revenons à Lothiers
Dans son numéro du 15 décembre, "l'Indépendant du Berry" (journal Le Blanc) reprend une série d'articles provenant du "Petit Journal" et écrit:.

Limoges, 8 décembre - Le nombre des victimes de la catastrophe de Lothiers (Indre) est plus élevé, malheureusement, qu'on ne le croyait d'abord. Hier, on comptait 88 morts et il est à redouter que ce chiffre impressionnant ne s'augmente, car plusieurs blessés sont dans un état désespéré.
Le mécanicien et le chauffeur du train tamponneur qui marchait à 85 kilomètres à l'heure, sont tous les deux indemnes. Après avoir serré les freins et renversé la vapeur, car par suite du brouillard, ils n'aperçurent qu'en arrivant dessus le convoi arrêté, ils eurent le temps et la présence d'esprit de s'accrocher brusquement aux montants de la locomotive.
Les Américains, accourus en automobile dès la première nouvelle de la catastrophe, après avoir immédiatement branché un fil de fortune, téléphonèrent à leur camp d'aviation de Châteauroux et, quelques minutes après un biplan atterrissait sur les lieux de la catastrophe, porteur d'un matériel complet de pansement et de secours.
Toutes les victimes sont de braves soldats, sortis sans grand dommage de la terrible guerre et qui ont trouvé la mort ou la mutilation dans un banal accident de chemin de fer. L'un d'eux, un jeune homme de Limoges, avait fait toute la campagne sans une égratignure, sans une heure de maladie; aussi le désespoir de sa famille est-il indescriptible.

Un peu plus loin, il reprend:
Le 9 décembre eurent lieue les obsèques à Châteauroux, voici ce qu'en reporte le Figaro dans son article en date du 10 décembre:
Les obsèques des victimes de la catastrophe de chemin de fer survenue entre luant et Lothiers, ont eu lieu, hier, à Châteauroux.
Les 67 bières étaient portées sur des plateformes d'artillerie françaises et américaines. Après les prières à l'église Saint-André, l'archevèque de Bourges, le préfet, le général, le député, le secrétaire de la bourse du travail ont pris successivement la parole.
Le cortège s'est ensuite partagé en deus, l'un s'est rendu à la gare et l'autre au cimetière Saint-Denis. Toute la population assistait à la triste cérémonie.
Les 151 blessés sont soignés dans les hôpitaux de la ville et les ambulances américaines.

Nota de l'auteur: Parmi les blessés Jules Quincampoix de Château Ponsac est par exemple décédé le 26/12/1918.

 

565364977_56b401cc94_o

Lothiers1918_Funérailles_ParvisSaintAndre
Les bières sur le parvis de Saint-André (collection de l'auteur)

Dans l'analyse de ces textes, il est difficile de se faire une idée du nombre exact de décès. L'article va jusqu'à citer 88 décès.
Gràce aux dépouillements effectués par Huguette Mauduit pour le compte de la SGBB (Société Généalogique du bas Berry), ce sont pas moins de 74 actes de décès qui ont été recensés dans l'état-civil de Châteauroux. En parallèle, via le site Mémoires des Hommes, ce sont pas moins de 72 soldats qui sont déclarés comme décédés dans le département entre les 6 et 10 décembre 1918, mais certains sont des soldats indriens décédés à leur domicile ou à l'hôpital de Châteauroux mais pour des causes autres que celles liées à l'accident.
Un recoupement des sources actuellement disponibles s'impose.

Capture

 

Pour l'anecdote, lorsque l'on recherche des documents sur le sujet via internet, on tombe régulièrement sur un article de la Nouvelle République de 2013, rapportant les faits. A une perte annoncée de 70 morts qui est d'ailleurs une reprise des données de l'article de Gérard Coulon daté de 1984, il est aussi intéressant de noter une erreur dans l'iconographie. L'auteur de l'article souhaitant illustrer un fait sans image, utilisa un cliché d'un déraillement qui se produisit en réalité en juin 1915 à la gare d'Argenton, sous le pont de Saint-Paul et qui est d'ailleurs documenté dans les carnets de Raymond Rollinat.

Cet accident "sans image" fit quand même l'objet de photos, en effet, parmi les soldats américains de l'hôpital de Bitray, se trouvait un certain Chiljian, Henry B. qui figure dans la liste des personnel du Base Hospital n°9 (voir historique Base hospital no.9, A.E.F.; a history of the work of the New York hospital unit during two years of active service").
Il prit plusieurs clichés que voici:

564993474_a7dacedd1f_o

564993796_0eddb297cb_o

564994170_5944875f4d_o

564995588_63dfc1a859_o

565363059_dec0114767_o

Clichés Chiljian

A propos d'un des soldats victimes de l'accident, on notera cet article sur le blog du Mémorial de Moissac

Pour compléter, on se reportera à l'article de référence sur le sujet et rédigé par Gérard Coulon dans le journal "La Bouinotte" en 1984

 


La liste des victimes:

Chose malaisée, il y a quelques années, les nouveaux outils et les nouvelles sources mise à notre disposition depuis quelques années, nous permettent de répondre plus surement à la question « Combien décédèrent du fait du déraillement ? »
L’accès au site ministériel "Mémoires des Hommes", au site collaboratif "Mémorial Gen Web", aux données parsemées sur internet via des sites personnels mais aussi grâce aux actes des décès collectés au travers du dépouillement effectué par Huguette Mauduit, au final, nous arrivons à un total de 74 décès.
Depuis quelques temps, la recherche concerant la ville de Châteauroux est amplement facilitée, notamment avec la mise en ligne des registres d'état-civil et ce jusqu'en 1940.

Dans l'ordre chronologique, nous avons donc:

Le 06/12/1918 :

Le 07/12/1918 :

Le 08/12/1918 :

Le 09/12/1918 :

  • ALEONARD Emmanuel Blaise, né le 25/12/1875 à Colondannes (23) 60°R.I.T.
  • DELAGE Victor, né le 17/07/1886 à Périgueux (24) mécanicien mobilisé Compagnie d'Orléans.

Il est à noter que ce soldat ne possède pas de fiche Mémoires des Hommes.
Sa fiche matricule est celle que l'on trouve sur le site des archives de la Dordogne classifiée comme Bureau Périgueux Classe 1906 n° de matricule 1581
Il s’agit du dépouillement effectué par Huguette dans les actes de décès de la ville de Châteauroux qui a permis de faire sortir ce soldat de l'oubli.

Capture1
Archives municipales Châteauroux cote 1E273

Le 26/12/1918 :

En dehors des militaires permissionnaires qui se trouvaient dans les deux trains concernés, on trouve, dans les archives disponibles, trace aussi d’une autre victime qui succomba suite à l’accident et qui n’est pas déclarée comme militaire :

Grâce à la mise en ligne des archives de la ville de Châteauroux, on peut trouver son acte de décès (1918, n°1175): Jules MAGNE est né le 2 mars 1862 à Montignac en Dordogne (son acte de naissance aux AD24) et qu’il est domicilié an Corrèze à Brive.
On y apprend aussi que contrairement à ce qu’indique la fiche du ministère, Jules MAGNE est déclaré comme "Mort pour la France" sur l’acte de décès. Ceci est intéressant car cela permet de mieux comprendre que les fiches dissues des fichiers Mémoires des Hommes ne sont pas des pièces justificatives du statut de "Mort pour la France", mais juste un fichier établi en son temps par le ministère des pensions et qui fut abandonné et jamais finalisé.

Malheureusement, les fiches matricules de la classe 1882 ne sont pas en ligne sur le site des archives de la Dordogne, ce qui aurait pu fournir une source supplémentaire.

Capture
Archives municipales Châteauroux cote 1E273

Aujourd’hui, seules 2 sépultures de défunts restent encore au carré militaire Saint Denis à Châteauroux, celles de DEROUINEAU Martin et de PEYNAUD Jean.

SepChateauroux_SIM004_DerouineauMartin

SepChateauroux_RIT072_PeynaudJean

 

 

 

Posté par Indre1418 à 07:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,