20 avril 2018

Le 290e RI au Reichackerkopf, la dent dure du colonel Eggenspieler

Les derniers jours des 2 régiments de réserve de l'Indre nous méneront rapidement vers le mois de juin. Les 268e et le 290e sont dans les Vosges en attendant leur dissolution. Je laisse le colonel Eggenspieler (Chef de corps du 290e) narrer la position des régiments et l'environnement proche.

Le régiment a toujours eu un bataillon au Reichacker. A droite de ce bataillon il y avait des bataillons d'infanterie territoriale, à gauche un bataillon de chasseurs à pied territorial (B.C.P.T.) et deux compagnies russes. Quand le 5e bataillon et les chasseurs ont quitté le secteur le 6e s'est étendu du Reichacker jusqu'à Ampfersbach dans la vallée de la Fecht.

Capture22avril1918

Les territoriaux à notre droite appartenaient à des régiments normands. C'étaient pour la plupart des hommes décatis et usés. Moi qui venais d'une garnison normande je connaissais la cause de leur décrépitude, c'était l'alcool. Quel contraste avec la physionomie des chasseurs qui eux aussi étaient de la territoriale. Le chef de ces chasseurs était un artiste peintre bien connu, le commandant Georges Desvallières, le peintre du « Christ aux barbelés » admis l'an dernier à l'Académie des Beaux-Arts. Tous ses chasseurs étaient des gars solides, aux physionomies fraîches et ouvertes. Ils avaient gardé dans leur démarche et dans toutes leurs attitudes les manières du chasseur à pied. Ils avaient conservé intacte l'empreinte que leur avait laissée leur temps de service actif.

img-10-small480
Georges Desvallières - L’Assaut (détail du Sacrifice de la Guerre, 1922, mur de droite), photo R. Ghezelbash.
Sources:
George Desvallières et la Grande Guerre - Catherine Ambroselli de Bayser sur Revue LISA 2012 PU Rennes

 

Quant aux Russes, qu'en dire ? Physiquement c'étaient de beaux gaillards, grands et sveltes. Mais au moral ils étaient bien bas. Leur ressort intérieur était brisé. Plusieurs d'entre eux ayant essayé de passer à l'ennemi, j'ai été obligé de les faire surveiller par les chasseurs. Les officiers de compagnie n'avaient aucune autorité sur leurs hommes qui faisaient observer la discipline en dehors de leurs supérieurs. Un soir que les chasseurs avaient fait rentrer à coups de fusil deux Russes qui avaient essayé de s'évader, un caporal russe aidé de deux hommes les emmena le lendemain matin à l'arrière, soit disant pour les déférer au tribunal russe. Or, en cours de route le caporal brûla tout simplement la cervelle au deux délinquants.

L'ensemble du détachement russe était sous les ordres d'un Lieutenant-Colonel. Je l'ai vu chaque fois que j'allais rendre visite à ces compagnies. Il parlait très correctement le français. C'était un officier supérieur très digne qui prenait son métier à coeur. Il était mélancolique et paraissait souffrir de sa situation au milieu des troupes françaises qui avaient un moral si élevé. Il se rendait bien compte que les services qu'ils nous rendait étaient médiocres. Dans chaque compte rendu que je faisais sur le détachement russe, je demandais qu'on voulût bien le retirer des premières lignes. Je voyais quelquefois passer les fractions qui allaient relever. Il y avait toujours à la queue un assez grand nombre de traînards qui étaient ivres.

colone russe Yeske avril 1918 sulzern soldats russes sur route de Sulzern Alsace mai1918
Soldats Russes, secteur Sulzern mai 1918 - Sources Robert Parlange Forum Pages1418

A la gauche des Russes il y avait le 268e. J'allais le voir souvent, ainsi que le Lieutenant-Colonel Cambel qui commandait le régiment à ce moment. Je m'entendais parfaitement avec cet excellent camarade que je fusse simplement son voisin ou son commandant de secteur.

Cambel
Le lieutenant colonel CAMBEL, futur chef de corps du 90e RI
(Collection de l'auteur)

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry

A propos de Georges Desvallières, on lira un article sur le site Centenaire.org et on admirera un superbe cliché

Posté par Indre1418 à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 mars 2018

Mars 1918, présentation des secteurs : Reichacker, Tête de Faux, Linge.

Dans un message précédent (écrit en 2008, il y a 10 ans donc), le colonel Eggenspieler avait raconté l'arrivée dans les Vosges. Je me limite à citer les passages clés du livre du colonel Eggenspieler par manque de temps à consacrer à la rédaction des messages.
Avant de vous livrer le texte tel quel, je ne peux que vous conseiller de vous rendre sur le compte Facebook de Denis Souchaud. Kévin, au travers de messages quotidiens, nous fait revivre le parcours de l'année 1918 du 268e RI, le régiment jumeau du 290e dont le colonel Eggenspieler était le chef de corps.

https://www.facebook.com/people/Denis-Souchaud/100005381536365

 

Laissons maintenant la parole aux gars du 290e qui vous présentent le secteur qui va voir leurs derniers combats avant la dissolution qui adviendra en juin 1918:

Le 12 mars, l'E.-M. du régiment et le 5e bataillon se mirent en marche vers le Collet, par la merveilleuse route des lacs de Longemer et de Retournemer. Le 6e bataillon fut transporté par la voie étroite.
Le Collet était la partie du sommet des Vosges située immédiatement à l'Ouest du Col de la Schlucht. Il s'y trouvait un camp qui portait le nom de camp du Collet composé de nombreuses baraques dispersées sous les arbres. Dans ce camp étaient installés toutes sortes d'E.-M. et de chefs de services. Il s'y trouvait notamment le Général de Brigade commandant le secteur avec son E.-M. et le commandant de l'artillerie. Le Général de Brigade qui commandait au moment où nous sommes arrivés était un vieux Général quinteux, il était je crois du cadre de réserve. Il était détesté de son personnel. J'ai remarqué aussi que le Général de Division quand il venait dans le secteur ne s'adressait jamais à lui. Après notre entrée dans le secteur je ne l'ai plus revu. Il est parti définitivement quelques semaines après notre arrivée. Il a été remplacé avantageusement par un jeune colonel du nom de Cot qui devait compter de nombreuses campagnes coloniales. Sa tunique était barrée de trois ou quatre rangées de décorations, C'était un garçon calme et tranquille. Il venait me voir presque journellement. Il nous a quittés à son tour au bout d'un mois environ. J'ai fait l'intérim du commandement du secteur jusqu'à l'arrivée d'un nouveau titulaire. C'était un Général de Brigade de cavalerie qui était je crois également du cadre de réserve. C'était un homme charmant comme on sait l'être dans l'arme de la cavalerie. Il s'appelait Violand et était Alsacien comme moi. Nous parlions souvent du pays de l'autre côté de la crête et nous nous demandions si nous finirions par y descendre. J'ai correspondu avec le Général Violand encore longtemps après mon départ du secteur.
Dans le secteur du Reichacker nos lignes étaient à cheval sur la vallée de Munster. Elles partaient au Sud, du Klitzerstein, près de Muhlbach, passaient au Reichacker, traversaient la Fecht à Ampfersbach et aboutissaient au Nord, à Soultzeren. En plus du secteur du Reichacker nous avons occupé temporairement le "Linge", le "Immelinskopf" (1.215 mètres) au nord du lac Blanc et la "Tête de Faux" (1.219 mètres), au sud du Bonhomme.
A l'intérieur des lignes notre occupation était assise sur un fort massif de montagnes qui se détachait de la crête générale des Vosges au Hohneck, et dont l'extrémité Est aboutissait à Munster. Une série de sommets qui allaient en s'abaissant de l'ouest à l'est jalonnaient la crête du massif montagneux. Le sommet le plus élevé était le grand Hohneck (1.361 mètres), puis venaient le petit Hohneck (1.287 mètres), le Gaschney (1.090 mètres), le Tannele, le Sattel-Kopf et finalement le Reichacker.
Au Hohneck il y avait un observatoire doublé d'un poste d'écoute. J'y allais très souvent. J'y passais des heures à observer la plaine et le cours du Rhin dont je voyais miroiter la surface en certains endroits. Les Allemands s'étaient installés dans ce pays de force après leurs victoires de 1870, ils n'avaient donc rien à dire si nous y revenions par les mêmes moyens.
Mon P.C. était installé au Gaschney. Il y avait là un certain nombre de baraques édifiées par les chasseurs. Sur les pentes du Gaschney, plus bas que mon P.C. se trouvaient des parcs de voitures et d'animaux. Notre poste de secours régimentaire était installé dans une baraque très confortable au même niveau que mon P.C. Au Tannele était installé le camp Nicolas. La partie élevée de ce camp avait été détruite par un bombardement, sans doute au cours des combats du Reichacker. Sur le flanc Nord du Gaschney il y a eu autrefois des mines d'argent. Leur emplacement est marqué sur la carte des Vosges au 20.000e.

Eggen_P514
Carte du secteur Sources Col. Eggenspieler - Le 290e, un regiment de réserve du Berry (page 514)


Tout le massif montagneux qui s'étendait du Hohneck jusqu'à Munster était couvert de forêts magnifiques de sapins poussés droits comme des cierges. Le massif était bordé au Sud par la Grande Fecht qui passait à Metzeral. De notre secteur on ne voyait presque pas cette vallée. Au Nord le massif était borné par la Petite Fecht qui passait à Stosswihr dont nous aurons à reparler. Les deux Fecht, petite et grande, se réunissaient à Munster où elles formaient la Fecht proprement dite. Des hauteurs au Sud de Soultzeren on avait des vues magnifiques sur la vallée de Munster. Les Allemands nous empêchaient de voir à l'intérieur des rues de la ville en tendant d'énormes toiles successives à travers celles-ci. Dans la campagne au Nord de Munster on voyait les habitants travailler dans les champs. Ils savaient qu'ils n'y risquaient rien. Ils étaient aidés dans leurs travaux par des soldats dont on reconnaissait très bien les uniformes.

Munster_HotelAltenberg

A l'intérieur du secteur on peut citer comme curiosité l'hôtel de l'Altenberg, au bord de la grande route de Gérardmer à Munster et Colmar. Le bâtiment principal de l'hôtel était passablement démoli. Seul le sous-sol était encore en bon état. Toutes les pièces en étaient luxueusement carrelées en belle faïence de couleur. Les Allemands y avaient fait beau et grand. Au moment de notre séjour, l'hôtel ne servait plus que d'observatoire à nos artilleurs. Une autre construction, en terrain français celle-ci, était le chalet Hartmann. Il était placé juste au bord de la frontière et passait pour être un nid d'espionnage avant la guerre. Au col de la Schlucht il y avait avant la guerre l'hôtel français de la Schlucht et les bâtiments de la douane. Ils ont été entièrement détruits au début de la guerre. Un chemin de fer à voie étroite et à crémaillère permettait de se rendre de Munster à la Schlucht. Un tramway français prolongeait la voie ferrée depuis la Schlucht jusqu'au Hohneck. L'Empereur Guillaume y était venu avant la guerre.

Munster_Tramway1


Au Nord de la Schlucht nous avions comme point élevé marquant de la crête des Vosges, le Tanet (1.292 mètres) avec la Roche du Tanet. Un peu plus au Nord se trouvait le parc des Chiens de l'Alaska. Ce parc était dirigé par un lieutenant qui avait séjourné dans l'Alaska et qui y était retourné pour chercher les chiens. C'étaient des animaux superbes, genre chiens d'esquimaux. Ils servaient notamment en hiver au ravitaillement des troupes échelonnées sur la crête et les sommets du Nord du Tanet. En hiver ils étaient attelés au nombre de neuf à des traîneaux avec lesquels ils filaient comme le vent. Dans les autres saisons ils traînaient des petits wagonnets qui roulaient sur des rails. Leur élément favori c'était la neige. Ils sont logés dans des niches en bois humectées et sans paille, c'est ce qui convenait à leur tempérament.

DNtP9ejW0AAuRto DNtQAgSX4AAGhYV
Sources Astouin et Izard "Train des Equipages et le service automobile pendant la Grande Guerre (insertion page128)

Sources: Collection de l'auteur et Colonel Eggenspieler - Le 290e, un régiment de réserve du Berry

Posté par Indre1418 à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 avril 2008

En route pour les Vosges

Le 6 mars au matin nous abandonnions notre centre d'instruction et nous nous retrouvions sur les routes. Le 268e qui avait séjourné dans des cantonnements tout proches des nôtres en fit autant. Le soir nous couchions à Bocqueigney, Damas et Hennecourt, petites localités échelonnées le long de la route de Mirecourt à Epinal. Le temps était beau et il faisait bon marcher. Le lendemain nous contournions Epinal par l'Ouest en même temps que nous passions à travers la région accidentée des Faucilles. Nous couchions le soir à Uriménil, Dounoux et Hadol, au Sud d'Epinal. Le lendemain 8, nous devions déboucher dans la vallée de la Moselle et atteindre Remiremont. Après avoir examiné la carte je me proposais de faire une surprise, à mes vieux Berrichons, en leur faisant apparaître dans toute sa beauté un panorama vosgien. Le chemin que nous suivions passait par Raon-aux-Bois.

RaonAuxBois

Il débouchait dans la vallée de la Moselle en suivant d'immenses lacets. Je me disais qu'au changement de pente on devait avoir brusquement une vue étendue sur la vallée. Je fis donc faire la grand'halte un peu avant la crête qui masquait la vallée, le temps était superbe. La halte terminée on se remit en route bien dispos. Tout à coup en découvrant à leurs pieds la belle vallée de la Moselle encadrée de superbes montagnes couvertes de forêts et la ville de Remiremont tout près, mes gars ne poussèrent qu'un cri de surprise tout le long de la colonne. Jamais ils n'avaient vu un paysage aussi beau.

Remiremont

Tout le long de la descente ce ne furent que des chants et des cris de joie. La jolie petite ville de Remiremont nous promettait un séjour agréable. Nous y passâmes les journées des 8 et 9 mars. Pour mon compte je n'eûs pas beaucoup le temps de visiter la ville. A peine arrivé notre nouveau Divisionnaire, le Général Schmidt, m'annonça sa visite. Il arriva en effet le jour même. Le général était un officier sympathique, jeune et alerte. Il avait longtemps servi en Afrique. Il était de mes petites recrues de Saint-Cyr et de mes anciens de l'Ecole de guerre. Je me rappelait fort bien l'y avoir vu. Il était par surcroît Alsacien, il se rappelait encore convenablement le dialecte du pays. Nous is faire plus amplement sa connaissance à Gérardmer où était son Q.G., et en secteur.

Le 10 mars nous nous sommes remis en route pour gagner Gérardmer. Nous nous y sommes rendus par la route du Nord qui passe par le Tholy. Le 268e qui cheminait toujours à côté de nous a dû suivre la route du Sud. Au Tholy où nous avons cantonné, nous nous trouvions déjà en pleine montagne. Les sommets qui nous avoisinaient dépassaient pour la plupart la cote 800. Toute la campagne était couverte de prés et de forêts. Les Berrichons se demandaient comment les habitants pouvaient subsister dans ce pays de verdure. Pâturage et labourage sont les deux mamelles de la France, disait Sully. Les habitants des Vosges avaient le pâturage, ils devaient donc nécessairement faire venir de l'intérieur les produits du labourage.

Tholly

Le 11 [mars] nous avons atteint Gérardmer. Le chemin que nous suivions nous a fait longer toute la rive Nord du Lac. Notre marche était une promenade touristique. Nous avons ensuite fait une belle entrée dans la ville, Le Général Schmidt pour se faire une première idée du régiment s'était posté sur notre passage. Il a été bien impressionné par l'attitude du régiment, mais ce qu'il a surtout retenu c'est la belle tenue de nos équipages. Il est vrai que ceux-ci constituent un critérium dans l'appréciation de l'esprit d'ordre et de discipline d'une troupe. Aussi mes sous-ordres étaient-ils fiers quand ils pouvaient me montrer les échafaudages des cuisines d'autres troupes.

Gerardmer_152


Gérardmer était une jolie ville, à l'aspect habituel des stations balnéaires ou climatiques. Il y avait de beaux quartiers, mais déserts au moment où nous y étions. Les prescriptions hygiéniques pour la salubrité des rues avaient dû être négligées pendant la guerre. Le soir, de fort mauvaises odeurs se répandaient dans les quartiers luxueux qui étaient précisément ceux qui étaient abandonnés.

Sources: Colonel Eggenspieler - Un régiment de réserve du Berry

Posté par Indre1418 à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :