"Dans la nuit du 19 au 20 avril, nous sortons de notre bois par la piste de clayonnage réfectionnée. Arrivés au bas de la hauteur, nous marchons dans une boue épaisse. Le désordre recommence. Nous nous heurtons à des colonnes qui vont à travers champs dans toutes les directions. On s'interpelle. Chacun réclame la priorité du passage. A la longue l’écheveau des colonnes d'infanterie finit par se dénouer. Nous arrivons à l'entrée de Guyencourt. Nouvel arrêt. Ce sont des convois de voitures et d'autos qui sont bloqués dans les rues du village. Nous nous faufilons comme nous pouvons le long des voitures et après beaucoup de heurts, nous finissons par déboucher de l'autre côté du village. Ici la route est libre et nous allons pouvoir marcher à notre aise. Nous passons à Bouvancourt, Bourgogne, Ventelay. Le 5e bataillon marchait en tête, le 6e était assez loin en arrière par suite de l'encombrement qu'il avait rencontré à Guyencourt. Je savais par les liaisons qui furent établies qu'il suivait sans difficulté. Il avait pour consigne de nous rejoindre au Faîté.
....
Comme conclusion, nous n'en étions pas moins installés le 20 au soir dans les baraques du Camp du Faîté. Ce Camp était établi sur une crête au Nord du village de Ventelay et à l'Ouest de la ferme du Faîte où était installé le P.C. du Corps d'Armée.

FERMEFAITE4
La Ferme du Faité en 1998

Les baraques étaient assez confortables, on y était à l'abri des intempéries. Le camp quoiqu'il fût bien en vue sur la crête n'était pas canonné. Nous y étions bien tranquilles dans la journée. Il n'en était pas de même la nuit. Le temps s'était remis au beau et toutes les nuits les avions allemands venaient nous survoler deux et trois fois dans la même nuit pour nous jeter des bombes. On ne pouvait plus dormir tranquille. Les hommes avaient bien creusé des tranchées autour des baraques, mais la plupart préféraient passer la nuit dans les ravins et trous profonds, couverts de broussaille qui se trouvaient à l'Ouest du camp. Pour plus de sécurité ils y avaient établi des petites niches individuelles. Nous avons passé dix jours dans cette situation. Nous finissions par en être fatigués. Pour rompre un peu la monotonie de notre séjour nous explorions les environs du camp. Tout près de nous, nous avions les carrières et le village de Roucy. Dans les carrières il y avait de nombreux abris occupés par des troupes. Plus loin nous avions la vue de la magnifique vallée de l'Aisne et de son canal latéral. De nombreuses passerelles, dont quelques-unes très larges, permettaient de franchir la rivière et le canal et même une partie de la vallée en cas d'inondation. Le site de Pontavert était particulièrement joli. Mais la localité ainsi que le château étaient complètement démolis".

Colonel Eggenspieler - Un régiment de réserve du Berry - Le 290e RI

Merci à Stephan, Alain et Louis pour leur aide