Le camenbert - Nos Berrichons

Ca te dit ti queuquchouse c’camp du Faité ?

DI017_Camenbert3

- Ah ! où qu’on n’tait pour ceux attaques du Chemin des Dames. Mon pouv’vieux, rin que d’y penser ça me gratte encore, tellement qu’y en avait d’ceux poux !
- Et c’te chtite paille dans ieux baraques, j’en avions jamais vu de si déguelasse. C’était pus que du poussier tellement qu’al tait par tous ceux polus qui stin allongés d’sus !
- Et ceux vasistas en papier vuilé qu’étint crevés ! Ah ! bon gieu d’bon gieu l’moral il’tait ben bas anc’toutes ceux offensives qu’étint toutes loupées ! I nous disiont : « Cte foué là, v’allez les avouer ; c’est la Victouère. J’allons yeux balancer tant de grousses marmites qu’y fouteront le camp quasiment tout seuls ! C’souer j’irons coucher à Laon la canne à la main !
- Ah ben oui, j’rastions toujou su place !
- Un jour j’avons ben rigolé. Tu te rapelles ti l’père Machin ?
- Qui ça Machin ?
- Un grand qu’avait été custot de la 11e. Un gars du Blanc qu’tait boulanger…
- J’vois qui qu’tu veux dire : l’frère à Cérémounie, l’gars d’Argenton.
- Tout jusse.
- Qui qu’il a fait ce chti Bernoux ?
-T’en a pas idée. Tu vas vouer.
- J’devions monter en ligne du couté d’Hurtebisse. I tombait d’ceux marmittes, mon pauv’vieux, queuchouse d’épouvantabe. T’as jamais vu ça. Des gros 305 qui f’sint eune fumée pu nouère ! Quand qui z’arriviont su tuoé, t’aurais juré un train de marchandises. T’arrecevais des éguernasses su la gueule a pu d’un kilomète ! I z’en avint d’la molition les Boches ! J’avions un cafard qui nous sarrait dur l’estoumac, j’te le dis.
J’venions donc d’manger la soupe et j’commencions à nous équiper pour quitter ceux cage à poux du Faité. C’était au moué de mai ; i faisait chaud comme à l’assemblée du M’noux l’an darnier. Y en avait queuqu’un qu’avint trop d’jus de boué tortu dans le vente. Quanq qu’on est saoul on pense pus à rin. Faut te dire aussi qu’on venait d’toucher chacun son camenbert.
Alors v’là Cérémounie qui dit : « Moué j’veux pas monter en ligne » Et pis le v’la qui fout son fourniment dans le foussé et pis qui se couche !
- Ah ! le chameau !
- L’sargent arrive : « Qui qu’y a Cérémounie ? Faut marcher comme les autres. Allons a debout !
Mais le gars de Cérémounie, i v’lait rin chiquer. I braillait : « J’veux un camenbert, j’en ai pas touché. C’est pas jusse ».
- Ah ! le chameau ! N’avait ben raison tout de même ed rouspèter. Ceux camenberts c’était quasiment ni pus ni moins q’du plâte dans des ptites boètes, çà valait pas les froumages ed’chieubre ed’Levroux ; mais pisqu’y avait drouet…
- I y avait drouet ! I y avait drouet ! Mon pouv’vieux tas drouet à c’qu’on doune dans ce métier là. Si on t’doune rin, t’as drouet à rin. C’est bin simpe.
« En attendant l’gars de Cérémounie il’tait toujou couché dans son foussé et j’tardions que l’moment ed’parti en ligne… L’sargent il’tait empoisounné, i s’arrachait les cheveux. I disait : « Ah ! cte section ! qui qui m’a foutu des polus coume ça ? »
« Enfin vlà l’vieux commandant qui passe su son canasson. I s’arrête d’vant Cérémounie. L’sargent i asplique. Alors i dit : « Faut i aller sarcher un camenbert aux cusines. J’veux qu’tout le monde aye un bon moral dans l’bataillon ».
- Un bon vieux !
- V’là donc l’cabot qui court aux ciustances et pis qui i en rapporte un. I l’doune à Cérémounie qu’ouve la bouète, qui l’arnifle, qu’enfonce son pouce eddans l’froumage et pis qui dit : « J’en veux point. Il est trop fait. J’connaisions point de froumages comme çà cheux nous.

DI017_Camenbert1

- Ah ! le chameau ! Ils l’ont au moins fait passer au tourniquet ?
- Comme tu l’dis. Ils l’ont m’né au posse ed police anc son froumage qui v’lait garder pour el douner à soun avocat.
- T’aurais ri si t’avais vu c’te séance au Conseil de Ventelay anc le froumage posé su le buereau. J’avions un commissaire rapporteur qu’était pas mouvais gars. Il a dit qu’Cérémounie il tait saoul ; qui savait pas ce qu’il avait fait. I s’en est tiré queuq moués d’prison.
- I les a jamais fait !

DI017_Camenbert2

- Ben sur que non ; l’général l’a renvoyé à un out régiment. C’était pas eune punition dête en prison, c’était putôt une récompense. C’était ben aut-chouse d’être à Hurtebise. En attendant l’gars d’Cérémounie i a ben coupé à un tour de tranchée anc soune histouère de froumage.
- Ah ! le chameau !

Avril 1922 – Bulletin de l’Association des Anciens Combattants de la 17e DI

Ce que ne dit pas le bulletin de l'Amicale, c'est qu'un Baptiste Cérémonie allait finalement tombé à Heurtebise le 26 juillet 1917, non loin du camp du Faité.

RI090_MPLF_CeremonieBaptiste
Sources: Mémoires des Hommes

Peut-être s'agit il du même Cérémonie?