En ce mois de juillet 1917, le 290e RI se trouve à prendre son tour sur le Chemin de Dames. Il est alors dans le secteur tristement célèbre situé entre la Ferme d'Hurtebise et le plateau de Californie, faisant face au Plateau des Casemates, voici ce qu'en rapporte le colonel Eggenspieler:

Nos tranchées s'appuyaient à droite au plateau de Californie et au Moulin de Vauclère, dont on ne voyait plus trace, à gauche elles aboutissaient à la Ferme de Hurtebise dont on ne distinguait plus que les murs de fondation dans la cave. Nos tranchées portaient les noms de Tranchée des Charentes, des Basques, de Spire et de Hurtebise.
Pour nous rendre en ligne, ou en sortir, nous disposions, en cas de bombardement, outre le chemin de Beaurieux, du très bon boyau de Saint-Quentin. Le P.C. de notre Division devait se trouver à Beaurieux, celui de la 18e (à ce moment Général Dillmann) se trouvait au Château du Blanc-Sablon à 100 mètres en arrière du mien.
Celui de la 33e Brigade, dont je relevais pendant les opérations, se trouvait dans le site plaisant du Moulin-Rouge, caché sous une énorme futaie. Quant à notre Brigade à nous, j'ignore où elle se tenait, je n'ai jamais eu à communiquer avec elle. Le P.C. du régiment quand nous étions en ligne se trouvait au plateau triangulaire à 1500 mètres environ au Sud de la bifurcation des deux chemins d'Oulches et de Craonnelle. Je pouvais venir en plein jour et à cheval à 500 mètres; du P.C.
Nos cuisines roulantes avaient trouvé des emplacements très bien défilés dans des abris creusés dans le talus Nord du chemin allant du plateau triangulaire à Oulches.

Eggen_P461

Devant nos tranchées de première ligne, nous avions un bas-fond dans lequel on ne distinguait à peu près rien, à cause de la haute futaie qui le couvrait. Dans ce fond se trouvait la clairière des Frères Anciaux. La crête du Chemin des Dames la dominait d'environ 120 mètres. De notre tranchée de première ligne, on ne voyait rien des lignes allemandes, à cause des arbres et de la forte pente du terrain. C'est à peine si on apercevait de la terre fraîchement remuée sur les pentes Nord de l'Eperon de Californie. La situation de notre première ligne en courtine entre cet Eperon et celui de Hurtebise, n'était pas favorable à une attaque directe. Aussi les Allemands n'y sont-ils jamais venus. Leurs efforts portaient surtout sur les deux Eperons, sur celui de Californie, encore plus que sur celui de Hurtebise.

CDD_Hurtebise
Chemin des Dames - Hurtebise

Comme dans la plaine devant Juvincourt, je me suis intéressé ici à notre travail de préparation d'attaque. Les tranchées allemandes n'étaient de loin pas bouleversées comme celles de la plaine, et cependant les Allemands n'y avaient fait aucuns travaux de bétonnage, et les abris profonds y étaient rares. Il est évident que sur cette hauteur en dos d'âne le réglage du tir d'artillerie a dû être difficile, et pour ainsi dire impossible dans le terrain boisé au delà de la croupe. D'où il ressort que le meilleur terrain pour une préparation d'artillerie est le terrain plat et découvert. Aussi l'attaque a-t-elle progressé bien plus dans la plaine de la route 44, que sur les hauteurs du Chemin des Dames.
Dans les bois du plateau triangulaire, j'ai vu des abris de surface pour des pièces d'artillerie française, qui étaient très bien construits en rondins. Les Allemands ont dû les repérer assez vite parce qu'un certain nombre d'entre eux étaient bien démolis.
Si les Allemands n'ont pas multiplié les abris profonds dans les tranchées, ils ont, par contre, creusé un certain nombre d'abris tunnels qui traversaient tout le plateau d'un versant à l'autre. Ces abris étaient de véritables casernes souterraines. On pouvait y loger des réserves nombreuses et les soustraire aux effets du bombardement.

Le plus fameux souterrain était celui qu'on appelait « La Grotte du Dragon ». Son entrée Sud se trouvait à la Ferme de la Creute, à 800 mètres Ouest de la Ferme de Hurtebise.

CDD_CaverneDragon
Vue prise à l'intérieur de l'entrée principale de la
vieille carrière éboulé par les Allemands le 25 janvier 1915

 

Elle fut enlevée le 25 juin, pendant que nous étions à Chéry-Chartreuse, par les troupes de la Division Gaucher, qui, à la suite de ce brillant fait d'armes, s'appela la Division du Dragon. Le Général Gaucher était un ancien camarade de régiment que j'ai revu avec plaisir à Beaurieux.

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry

 

Sur la Caverne du Dragon et le secteur Hurtebise,  on lira avec intérêt le livre d'Alain Malinowsky "Le Chemin des Dames : 1. La caverne du Dragon".
Cet ouvrage aborde les journées des 25 au 28 juillet 1917. Les messages suivants n'auront pour but que d'exprimer la vision "forcément restreinte" du colonel Eggenspieler.

9782846730334

http://www.ysec.fr/livre.php?id=65

Plus généralement, pour faire un tour au Chemin des Dames: http://www.chemindesdames.fr/