Le 23 (juillet 1917) nous étions en ligne avec les deux bataillons. La deuxième quinzaine de juillet était particulièrement agitée. L'infanterie allemande était nerveuse, elle était engagée dans de violents combats sur .le plateau des Casemates. Elle demandait â chaque instant des barrages à son artillerie. Nous nous tenions sur nos gardes.
Le 25 l'intensité des tirs s'accentuait. Un violent bombardement s'établit sur tout le front compris entre le Doigt et le plateau des Casemates. On avait donné le nom de Doigt à un boyau situé sur l'éperon au Nord-Ouest de Hurtebise et qui avait vaguement la forme d'un doigt replié au bout. Un déserteur vint se rendre dans nos tranchées. C'était signe d'un événement prochain. Le déserteur nous fit en effet connaître qu'une attaque générale allemande aurait lieu dans la soirée. Vers la fin de la journée un violent tir de préparation s'abattit sur le secteur à notre gauche, tenu par le 90e, et sur Hurtebise qui était dans notre propre secteur. Nous nous tenions prêts, mais aucune attaque ne se déclencha. Le Commandement ne bougea pas. Il n'avait rien à nous dire. Cette situation me rappelait les thèmes tactiques d'avant-guerre où toutes les deux ou trois heures on recevait un renseignement, après lequel il fallait chaque fois dire ce qu'on faisait. Dans le thème du 25 au soir, on ne faisait rien.

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry