25 octobre 2007

Emile Coutant, un petit gars de Savigné

En 1910, Emile Coutant, originaire de Savigné (Vienne) est dans sa deuxième année de service militaire. Il est au 68e de Ligne, à la 4ème compagnie. Celle-ci stationne à Issoudun.

Vraisemblablement, affecté comme cycliste, Emile pose avec sa monture et n'hésite pas à envoyer cette photo aux connaissances restées au "Pays", en Poitou.

RI068_CoutantEmile_Cycliste1910

Affecté au 68e RI, en août 1914, Emile Coutant se retrouve encore à la 4ème compagnie.
Malheureusement, comme bon nombre des mobilisés de la première heure, celui-ci ne devait pas survivre à l'hiver flamand.
Il tombait le 4 novembre 1914, à Hollebecke (Belgique)

RI068_MPLF_CoutantEmile

Sources fiche MPLF: Mémoires des Hommes

Posté par Indre1418 à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 octobre 2007

Relève du 290e et amertume du colon

Dans la nuit du 29 au 30 juillet le 6e bataillon a été relevé par un bataillon colonial. Il est allé cantonner à Beaurieux.
Le 5e bataillon a été relevé le lendemain; il est allé cantonner à Maizy.
Le jour suivant je fus relevé à mon tour.
Au cours de cette longue série de luttes qui se sont déroulées sur notre droite, sur notre gauche et sur une partie de notre propre front, le régiment a fait bonne contenance. Rien n'a plus subsisté du souffle défaitiste qui l'avait effleuré au Grand-Hameau, ni de la dépression morale que m'avait signalée la Division.
Nous avons soutenu nos voisins efficacement chaque fois qu'ils furent menacés. Dans la tourmente du 26 nous avons conservé intacte l'importante position de Hurtebise, malgré les tentatives répétées des Allemands pour s'en emparer. Quand je fis remarquer au Général de Division que c'était le Chef de Bataillon qu'il ne pouvait pas voir, qui s'était maintenu à Hurtebise, il me répondit : « Je me demande comment il a fait ». Pour toute notre longue intervention au Chemin des Dames nous n'avons pas récolté le moindre remerciement, alors que le bataillon du 68e qui a fait 100 mètres après son débouché du boyau Brignon a été cité à l'Ordre de l'Armée (Ordre n° 297 du 26 août 1917 de la 10e Armée).
Je ne suis nullement jaloux du 3e bataillon du 68e, mais pour l'honneur de ma troupe je suis obligé de relever ces différences de traitement. Nous étions les éternels sacrifiés, depuis le début de la campagne, et cela toujours pour la même raison. Le régiment n'a jamais été engagé sous les ordres du commandant de Brigade. Toujours il a été à la disposition d'autres Brigadiers, les nôtres étaient systématiquement évincés du commandement de leurs régiments. On conçoit que la Brigade, quoique sœur, faisait avant tout récompenser et mousser ses propres troupes, plutôt que celles des régiments voisins qui n'étaient en somme que des concurrents.

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry

Posté par Indre1418 à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 octobre 2007

L'énigme du clocher tordu

Dans les albums photographiques du 290e RI, je cherche à localiser une photo:

RI290_VersAzincourt_ClocherTordu

La légende précise: "clocher tordu. Si vous savez situer cette église, n'hésitez pas à me contacter afin que je puisse précisement légender cette photo.
Il s'agit vraisemblablement d'une photo prise lors d'une période de repos par un membre du 290e RI, on peut raisonnablement le localiser soit en Flandres ou en Artois.

Meci d'avance.

Merci à Fernande Sonntag et à Christophe Lagrange, tous deux m'ont signaler qu'il s'agit de l'église de Verchin (62).
Il ne reste plus qu'à parcourir le JMO pour trouver une date précise.

Verchin

Posté par Indre1418 à 10:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2007

Une trouvaille émouvante

Un ami artésien, Michel, m'a fait part d'une trouvaille concernant la relation entre le 68e RI et le secteur de Loos en Gohelle.

loos1

En se promenant sur ces terres qui virent tomber tant de soldats de la 17e DI, Michel trouva la plaque d'un soldat du 68e RI, Camille Royer.

RI068_RoyerCamille_Plaque

Qu'était devenu Camille Royer?

Après une rapide recherche, sur le site Mémoires des Hommes, il s'avérait que Camille Royer était finalement mort pour la France le 26 octobre 1918 à Laon (Aisne) et que la plaque n'était finalement que perdue.
Il avait survécu à la cote 304, la Somme, l'Aisne pour finalement mourrir à moins d'un mois de l'armistice.

RI068_MPLF_RoyerCamilleAuguste

Sources: http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ et http://www.geoportail.fr/

Merci à Michel Leclerc pour son aide
http://monsite.wanadoo.fr/Bataille_de_LOOS/

Posté par Indre1418 à 10:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2007

L'attaque du 26 juillet 1917

Le 26 à 4 heures du matin le tir allemand reprit de plus belle. Bientôt tout le plateau sur notre gauche disparut dans la poussière et dans la fumée. Au bout de deux ou trois heures de préparation, l'infanterie allemande, masquée par la fumée des obus, aborda le front du 90e ainsi que Hurtebise. La tranchée de première ligne du 90e, dont les défenseurs n'avaient pas vu venir les Allemands, fut enlevée en un clin d'oeil.
Chez nous la tranchée de première ligne du Capitaine de Verneuil qui tenait Hurtebise se défendit énergiquement. Mais les tranchées du 90e étant tombées les Allemands purent prendre la compagnie de Verneuil à revers et en enlever la valeur d'une section et demie. La pente du terrain était tellement forte que de la deuxième ligne on ne pouvait pas voir ce qui se passait sur la première. Mais la compagnie à droite du Capitaine de Verneuil (compagnie Prudhomme, je crois) voyant sa voisine en danger se porta à son secours et toutes deux regarnirent les tranchées qui avaient été vidées. En Deuxième ligne, la compagnie Poirier occupa le boyau Brignon, de façon à cloisonner le secteur à gauche et le mettre à l'abri de toute action de flanc des Allemands. Tous ces mouvements furent exécutés instantanément par simple réflexe tellement le sens tactique s'était développé dans la troupe au cours de la guerre.
Malheureusement nos fractions établies dans les tranchées de Dusseldorf et de Spire durent les évacuer momentanément à cause des obus qu'y envoyait notre grosse artillerie qui croyait sans doute que les Allemands y étaient. Le tir ne fut rectifié qu'après que le Capitaine de Verneuil eût rencontré un Lieutenant observateur auquel il fit connaître l'erreur que commettaient nos batteries.
Aussitôt après l'attaque, les faux bruits se répandirent en arrière des lignes. Ces bruits sont en général les premières nouvelles que reçoivent les P.C. éloignés des brigades et des divisions. A les en croire, les Allemands descendaient en masse par la vallée d'Oulches. Si la nouvelle était vraie, la situation était très mauvaise pour ceux qui se trouvaient sans défense sur le trajet, Brigade et Division. Je fus donc interrogé aussitôt par ces deux Etats-Majors sur un ton des plus aimables. Pour empêcher la catastrophe de se propager réellement par les fonds de la vallée d'Oulches, on mit à ma disposition toutes les unités qu'on avait disponibles sous la main, une compagnie du 68e, une du 268e et jusqu'à la compagnie territoriale du Génie qui travaillait dans la vallée. Celle-ci la trouva mauvaise de se voir tout à coup transformée en unité combattante. Avec la compagnie du 68e je rétablis la soudure entre ma gauche et les troupes suivantes, qui étaient je crois aussi du 68e. La compagnie du 268e formait soutien en arrière de Hurtebise. La compagnie du Génie occupa plus en arrière encore des tranchées qui barraient la vallée d'Oulches. Mes sapeurs territoriaux n'étaient pas rassurés : à plusieurs reprises, ils me demandèrent d'être relevés de leur mission. Ils n'eurent pas à intervenir. Une fois en possession de la crête du Chemin des Dames, les Allemands se sont arrêtés. Ils ne visaient qu'à être maîtres de la crête; c'était dans leur manière. Cependant pour en être bien maîtres il eut fallu qu'ils enlevassent l'éperon d'Hurtebise. Celui-ci n'étant pas tombé du premier coup grâce à la résistance des compagnies du 6e bataillon, les Allemands revinrent à la charge. Heureusement que mes liaisons téléphoniques avec le 6e bataillon et avec l'artillerie étaient restées intactes. Ces liaisons me permirent d'une part, d'être renseigné exactement sur les tentatives des Allemands par le Commandant Orléans du 6e bataillon, qui avait des vues sur le terrain, et, d'autre part, de pouvoir actionner instantanément mon artillerie.
Vers 10h, le Commandant Orléans m'annonça que de nombreuses vagues allemandes longeant les pentes Est de l'éperon du Doigt se dirigeaient sur la ferme de Hurtebise. Je les fis aussitôt prendre sous le feu du 75; elles furent dispersées en un clin d'œil. Vers 11 heures, de nouvelles vagues allemandes apparurent, mais cette fois à l'Ouest du Doigt, se dirigeant comme la première fois sur Hurtebise. Aussitôt nouvelle douche du 75 et nouvelle fuite des assaillants. Ce manège se renouvela trois ou quatre fois, après quoi les Allemands en avaient assez. Pour mon compte je trouvais ce petit jeu plutôt amusant. Ce fut en tout cas une confirmation de ma théorie de Verdun, que pour rendre service à son régiment le Colonel doit avoir une bonne liaison avec son artillerie et avoir des vues sur le terrain soit par lui-même, ce qui est préférable, soit par l'intermédiaire d'un observateur. C'est ce qui fit ma supériorité dans cette journée sur la brigade et la division, qui étaient loin en arrière et qui ne voyaient rien.
..........
L'après-midi s'acheva en canonnades. Il n'y eût plus d'attaques. Les Allemands dûrent profiter du reste de la journée pour consolider leurs gains. On sait qu'en cette matière ils allaient particulièrement vite en besogne. Les camarades dûrent en apercevoir dans les efforts qu'ils eûrent à déployer pour entrer en possession de leurs tranchées. Elles n'étaient pas encore reprises quand nous avons quitté le secteur le 30 juillet.

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry

SecteurHeurtebiseCraonnelle_191704_1
Le secteur Heurtebise - Craonnelle - Avril 1917

Posté par Indre1418 à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,