RI090_Diesbach_Eugene_Sabretache3RI090_MPLF_DeDiesbachDeBellerocheEugene

 

Dans les jounaux de marche et opérations des unités combattantes, les opérations sont reportées d'une façon très reglementaire, un peu sèche et peu détaillée:

Nuit du 10 au 11 juillet 1916
Un coup de main est tenté sur les lignes allemandes à la tombée de la nuit par un groupe de volontaires à la tête desquels se trouve le lieutenant de Diesbach de Belleroche. Il est précédé d’un violent bombardement, mais le but poursuivi, capture de prisonniers, n’est pas atteint.
Disparu : lieutenant de Diesbach
Tué : Commandant Gobert
Le capitaine Pougnon prend le commandement du 1er bataillon en attendant l’arrivée du commandant Jumelle, chef d’état-major à la 17e division, qui doit remplacer le Cdt Gobert.

Parfois, il nous arrive d’avoir un peu plus de détails grâce aux témoignages de l’époque. Voici donc le report effectué par le commandant Bréant, dans son ouvrage « De l’Alsace à la Somme »

10 juillet. - Ce soir, un détachement du régiment ira faire un nettoyage des tranchées d'en face. L'ordre d'attaque est bien conçu, mais les moyens en artillerie lourde me paraissent insuffisants.
Le détachement sera commandé par le sous-lieutenant de D..., un ancien sous-officier de cavalerie. C'est souvent à lui de marcher! Il est venu me soumettre un cas de conscience. Le colonel l'a désigné; cette fois, cela pouvait en toute justice revenir à un autre. Or la mère de D.... est malade et il allait partir en permission: S'il en fait la demande, un de ses camarades prendra sa place ; mais s'il arrive quelque chose à son suppléant, D... me dit qu'il ne s'en consolera, pas.. J'ai longtemps hésité. Et puis je lui ai conseillé de se soumettre à la décision du colonel ; il ira donc (1). Il a écrit à son chef de bataillon une lettre que celui-ci vient de me montrer. Elle est aussi noble pour le fond qu'elle est simple et calme dans la forme.
11 juillet. - J'avais envoyé mon cycliste au secteur avec mission de me tenir au courant ; il me réveille à deux heures du matin.
Résultats de l'opération : mon pauvre D... tué d'une balle au front ; le chef de bataillon G... tué par un obus avec tous ses hommes de liaison. Prisonniers boches zéro.

(1). Lorsque de D... est venu me demander conseil, je savais celui qu'il attendait.

Au cours du coup de main, le Lieutenant de Diesbach-Belleroche, du 2e Bataillon, tombe glorieusement. Il est cité avec le motif suivant :
« Officier de Cavalerie d'une énergie, d'un sang-froid et d'un cran merveilleux, blessé grièvement au début de la campagne et passé dans l'infanterie, s'est imposé de suite comme un Chef d'une trempe supérieure, adoré de sa section qui le suivait partout. Tombé glorieusement le 10 Juillet 1916, alors que, debout sur le parapet de la deuxième ligne allemande, le revolver au poing et tirant sur une ligne d'ennemis à six pas devant lui, il entraînait ses hommes électrisés par son exemple. Cité au Corps d'Armée et deux fois à la Division ».

Le lieutenant Ernest de Diesbach Belleroche était le fils de Charles de Diesbach Belleroche et Marie Vermeulen de Mianoye et est né à Gand (Belgique).Il est arrivé au 90e RI suite aux attaques infructueuses d'Artois, à la fin 1915, il sera affecté successivement aux 6ème, 7ème puis 5ème compagnie du 2ème bataillon.
Ernest de Diesbach Belleroche est le cousin de l'aviateur Louis de Diesbach


Sources JMO et fiche « Mort pour la France »: Mémoires des Hommes
Sources photo : La Sabretache
Merci à Benoît de DIESBACH BELLEROCHE pour ses renseignements http://www.diesbach.com/