Dimanche dernier (17 décembre 1916), le jeune soldat Véron, de Rivarennes étant en permission chez ses parents, eut l'idée de se servir de grenades qu'il avait apportées du front pour se procurer du poisson à l'abreuvoir du domaine de la Forêt près Saint gaultier.
Mal lui en prit, car la première grenade qu'il jeta lui éclata dans la main, le tuant net ainsi que M. Touzet, agé de 48 ans, père de neuf enfants. Plusieurs assistants furent blessés, entre autres M. Galard, épicier au bourg, que des éclats atteignirent au nez.
Cet accident a jeté la consternation la plus vive dans la région où deux morts, une veuve et neuf orphelins de plus sont à compter.
Nous espérons que M. le ministre de la guerre avisé de la chose par un voyageur de passage à Saint Gaultier le jour même de l'accident, saura prendre des mesures rigoureuses, afin qu'il soit expréssement défendu à tout soldat venant en permission du front, d'apporter des grenades ou autres engins dangereux, qui ne peuvent que causer de semblables accidents.
Au nom de ces victimes et de ces orphelins, nous demandons à M. le ministre de la guerre de bien vouloir prendre en considération la lettre qui lui a été adressée et nous espérons qu'il fera le nécessaire pour éviter le retour de semblables malheurs.

R.F.
L'indépendant du Berry - 24 décembre 1916

Sur les grenades françaises, on ira visiter l'excellent site de Bernard
http://www.passioncompassion1418.com/decouvertes/grenades.html