Je dépouille au fur et à mesure les photos des albums du lieutenant Jabien de la Compagnie de Mitrailleuses du 268e Régiment d'Infanterie. J'essaye de légender toutes les photos et de leur redonner un sens. Gaby Jabien (soeur dudit Lieutenant) collecta toutes les photos, mais n'en légenda aucune et les disposa dans l'album sans repère chronologique et dans le désordre.

Il y a peu, un cliché m'a interpellé non par la présence de soldats en charmante compagnie, mais par la mise en scène utilisée:

JeuxMacabres

De prime abord, nous avons là un groupe d'au moins 3 officiers. Il est difficile d'identifier le grade du 4e (3e personnage en partant de la gauche), et vraisemblablement du 268e RI, ainsi que deux jeunes femmes, sans compter l'auteur de la prise de vue. Le lieu de cette prise de vue est situé dans un lieu boisé (Parc, Forêt, .. ?)
Qui sont les deux jeunes femmes? Pas évident à déterminer, si ce n'est que l'une d'elles (à droite) porte un tablier et que les deux ont un châle posé sur leurs épaules.

 

Avec de tels indices, me direz-vous, quel est l'intérêt de ce message?
Cet intérêt, donc, est la présence d'un simple baton sur lequel trône un autre personnage. La Mort

Jabien0012_3

Que vient faire ici ce crâne perché au bout d'un sceptre de noisetier? S'agit-il là d'un jeu de fanfarons ayant tellement cotoyés la Mort au combat, qu'ils la dédramatisent autour d'un jeu macabre. Nos "Trompe la Mort" ont-ils trouvé là une méthode pour impressionner ces demoiselles?

Dans le bas de la photo, deux objets sont intrigants:

Jabien0012_2

S'agit-il, comme je le présume, d'une paire de bottes (équipements allemands, les Français étant équipés de brodequins)? Leur présence ne me semble pas anodine.

Nous avons là, au final, la mise en scène d'une profanation du corps de l'ennemi. Il s'agit très certainement d'un exutoire à la violence cotoyée quotidiennement.

Ce cliché n'est pas sans me rappeler le témoignage de Raymond Rollinat à propos du soldat Ernest Baudet du 290e RI et son allusion au corps de l'ennemi

Je laisse tout ceci à votre perspicacité, n'hésitez pas à me faire part de votre interprétation du cliché.

Merci à Arnaud Carrobi pour ses bons conseils