Aujourd'hui, il y a 100 ans, du côté d'Ypres, Abel passait de vie à trépas.

__________________________________________________

Au travers du message précédent, nous nous remémorions du triste anniversaire de l'exécution d'un soldat du 68ème RI, aujourd'hui, je découvre l'édition d'un ouvrage concernant un enfant du pays, qui lui aussi fut fusillé.
Il est possible de le commander via le site des éditions de la Bouinotte . Je vous recommande bien évidemment cet ouvrage.

La préface étant du Général Bach, spécialiste du sujet et ancien directeur du Service Historique de l'Armée de Terre,  celle-ci laisse auguré de l'intérêt du livre de Bruno Mascle.
Je vous en laisse découvrir la description:

Abel, 20 ans, passe son dernier Noël à attendre sa propre exécution. L’horreur de la Grande Guerre ne suffit pas au calvaire du soldat. Reconnu, à la hâte, coupable d’automutilation, le jeune Zouave est passé par les armes le 27 décembre 1914, en Belgique. Ils seront près
de 600 soldats à perdre ainsi la vie, pendant la durée du conflit. 600 « fusillés pour l’exemple », un drame dans le drame qui passe presque inaperçu au vu des lourdes pertes au front.
La paix revenue, Abel Garçault sera réhabilité, tant les preuves de sa culpabilité étaient faibles. Son nom est d’ailleurs inscrit sur le monument aux morts de Villedieu-sur-Indre, comme tous ceux de ses camarades « morts pour la France ».

Bruno Mascle s’est livré, pendant près d’un an, à une enquête approfondie, sur les traces de ce jeune homme sans visage et sans sépulture. A travers son exemple, il révèle un pan dramatique et largement ignoré de notre histoire, quand la Nation sacrifiait ses fils pour qu’ils acceptent le martyre de la guerre des tranchées.
Un récit passionnant et poignant.

CapturerJC1