Il est des soldats indriens qui ont des parcours ordinaires, mais que la praticité d’internet et la multitude d’informations disponibles sur le net permettent de mettre en valeur. L’outil rend accessible les sources d’informations ainsi permet de prendre connaissance de documents, qui seraient sinon restés inaccessibles.
Tout ceci permet de compléter le dossier de ces soldats. Dressant mon interminable liste des soldats indriens et furetant régulièrement sur le forum Pages 14-18, je découvris un jour de 2013, un fil de discussion qui me permettait de compléter la simple et froide fiche Mémoires des Hommes de Joseph Rodier.

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ark:/40699/m005239fefd1d100

Ce natif de la Vienne tomba au sein du 312e RI, un régiment du Midi, mais son nom figure sur le monument de Chalais (Indre), là où son acte de décès est transcris. Celui-ci m’intrigua tout de suite car, fait inhabituel, sur sa fiche était indiqué le lieu de son inhumation : Carré n°3 à Blercourt (Meuse).

CPABlercourt3copie
Collection Frédéric Radet

Or, sur le forum pages 1418, il ne peut être question de cimetières provisoires en Meuse, sans citer le spécialiste terrain du secteur, à savoir Frédéric Radet et ce d’autant qu’au moment de ma recherche, le vieux cimetière de Blercourt était en cours de démembrement avec reprise des sépultures. Je contactais donc Frédéric via le forum et celui-ci répondit aussitôt à ma demande.

Oui, il avait bien des copies des relevés des cimetières de l’époque, mais en plus, il était capable de m’indiquer le détail des inhumations de l’époque.

 

B5
Collection Frédéric Radet

Dans la colonne du milieu, un inventaire à la Prévert de ce que le défunt portait sur lui :

Sur lui, il a été retrouvé:
une médaille militaire, une plaque d’identité, deux pipes, un couteau, un briquet amadou, une glace de poche, un crayon, un porte feuille, un petit peigne, un livret militaire, des enveloppes, un certificat de la Mairie de Chalais, trois photographies, deux porte-monnaie, une blague en toile, un chapelet en argent.

Par rapport à la fiche Mémoires des Hommes, cette liste permettait de définir beaucoup plus clairement le lieu et les circonstances du décès.
Nous ne savons ce que sont devenues les affaires personnelles de Joseph Rodier et il semble illusoire d'essayer de savoir ce qu'il en advint. Cependant suite aux trouvailles effectuées en 2013 aux Archives départementales de l’Indre, il est confirmé que le corps est revenu dans le département. Son exhumation fit partie de la campagne qui se mit en place en 1921, 1922 et qui permit aux familles de récupérer les corps de leurs défunts.

ExhumationsMarbotte_1921
Une équipe d'exhumation à Marbotte (55) - Collection de l'auteur


Le corps est ainsi revenu au pays le 7 juillet 1922 par le train funéraire CBS11.103 (Convoi n°38) provenant de Brienne le Château. Un tramway omnibus emporta ensuite le corps de Châteauroux à Chalais, le 8 juillet, où il arriva à 18h38.  Le corps fut réclamé par Mme Vve Rodier (sa femme très certainement)

 RodierJoseph_RetourCorps38
AD36 (791W120)

On retrouvera la liste des corps rapatriés dans le département de l'Indre, dans les dépouillements que j'ai effectué l'année dernière et que j'avais mis en ligne dans le fil "1707 retours de corps en Bas-Berry"

 

Grand merci à Frédéric Radet pour son aide et sa disponibilité sans faille.
On visitera avec intérêt le site internet du Fort de la Falouse, dont Frédéric s’occupe:
http://www.ouvragedelafalouse.fr/presentation.html

 ouvrage-falouse-slider-1