28 janvier 2016

Fonds Valois BDIC - Le 68e RI à Loos à l'automne 1915

Il est des découvertes que j'aime partager.
L'avantage évennementiel du Centenaire 1914-1918 est de voir que nombreuses sont les institutions qui ouvrent leurs fonds au public. Une des plus remarquables est la mise à disposition du fonds Valois par la BDIC (Bibliothèque de Documentation Internationale Comtemporaine).
Qu'est ce que le fonds Valois? Il s'agit de la collection de photographies qui a été constituée à partir des clichés pris, lors du conflit, par les opérateurs par la Section photographique des Armées (SPA), - Pour accèder à la partie numérisée et en ligne, il est possible d'utiliser le module de recherche sur le site http://argonnaute.u-paris10.fr

Il est important de noter que les clichés sont libres de droit et de d'utilisation. Bien évidemment, en échange, il est demandé de simplement signaler la source du cliché (Fonds Valois - BDIC).
Les clichés sont disponibles en 300 dpi et en fichier JPEG, ce qui permet une certaine facilité d'utilisation.

Que trouver dans ce fonds? Je suis bien loin d'avoir exploré la totalité des clichés, mais l'usage de mots clés m'a cependant permis de trouver quelques pépites que je vous présenterais au fil de plusieurs publications. N'hésitez pas à user et abuser des mots clés.
Attention cependant, le référencement par mots clés est cependant restrictif. Je n'ai ainsi pas pu trouver le cliché à partir de "68e", mais bien à partir de "Loos" (Loos en Gohelle 62), et encore à condition de ne pas confondre avec Loos qui se trouve dans le département du Nord (59).

Tout d'abord, certainement mon cliché préféré:

2 soldats du 68e RI dans les tranchées du secteur de la Pépinière de Loos.

CapturePepinière1

URL sur l'Argonaute: http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/9249b08629

Pourquoi choisir ce cliché?
Tout d'abord pour l'unité des soldats présents, car il s'agit effectivement de 2 soldats du 68e RI, le numéro d'unité est lisible sur les pattes de col de la capote bleu horizon du soldat au premier plan. De plus, je me peux m'empêcher d'être troublé par la gravité de ce regard fixant l'objectif.

CapturePepinière3

Avant d'entamer une petite étude du cliché, il est à noter que ce même cliché figure dans les collections de Imperial War Museum de Londres. Certes de moins bonne qualité, un autre exemplaire est visible à cette adresse http://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205214993
La légende du cliché donne alors:

Object description
A French soldier at the listening post, twenty metres from the German line in the Nursery Sector of the "Entent Cordiale" trench, south-east of Loos, 22 December 1915.

Revenons au cliché de l'Argonnaute. Comme tous les clichés consultables sur ce site, il apparait des annotations en marge de la photographie:

Loos
22 novembre 1915
Secteur de la pépinière - Tranchée de l'entente cordiale - Poste d'écoute à 20 mètres des Allemands.

On notera la similitude en les 2 légendes que ce soit pour la BDIC ou l'IWM. Seule différe le mois de la prise de vue.

Rentrons dans le détail de ce cliché: Il s'agit très exactement de Loos en Gohelle, dans le département du Pas de Calais (62). Le secteur de la pépinière est le sous-secteur Sud du secteur de Loos dans lequel les unités de la 17e Division se relayèrent.

CaptureJMO68_19151122 CaptureJMO68_19151222
Sources: 22/11/1915 et 22/12/1915 dans le JMO du 68e RI - Mémoires des Hommes

La consultation du Journal de Marche du 68e RI, ne permet pas de trancher sur le mois de la visite du photographe. Tant à la date du 22 novembre 1915 qu'à la date du 22 décembre 1915, le 68e est en ligne dans le sous-secteur de la Pépinière.

Quel est ce secteur de la Pépinière?

AFGG_19151011_1
sources: AFGG -Mémoires des Hommes (situation au 11 octobre 1915)

Ce secteur est positionnable précisement grâce à la consultation du Journal de Marche de la compagnie 9/1 du 6e Génie (Compagnie divisionnaire du génie rattachée à la 17e Division), il est alors possible de mieux visualiser le secteur Sud dit de la Pépinière

SHDGR__GR_26_N_1288__002__0007__T_2
Sources Mémoires des Hommes - JMO 9/1 6e Génie

10584023_863734650408979_114715580839488092_n
Sources Mémoires des Hommes - JMO 9/1 6e Génie

 

La légende du cliché BDIC indique que nous sommes au sein d'un poste d'écoute, donc en avant de la tranchée de première ligne. Il s'agit, sur le plan ci-dessus, d'un des points nommés G1 à G7

Analysons maintenant le cliché:

Les 2 soldats sont équipés typiquement avec la tenue de l'hiver 1915-1916. La capote est de couleur Bleu-horizon et est un modèle 1914 et le casque Adrian est présent.
La capote modèle 1914 est caractérisée par la présence d'au moins une poche sur la poitrine et par une seule rangée de boutons. Il y eut plusieurs types en fonction des coupes et ajustements vestimentaires, ainsi, le 2e type vit la disparition de la poche droite de poitrine voir la disparition des 2 poches de poitrines.
Le point notable au niveau vestimentaire est la présence d'un couvre casque en drap. Celui-ci apparut effectivement  à l'automne 1915 pour finalement être retiré réglementairement fin 1916.
Le soldat situé à l'arrière plan, en plus des bandes molletières réglementaire porte des guètres de cuir, qu'il a gardé de son ancienne tenue datant d'avant l'apparition du bleu-horizon.

Ce soldat assis sur la banquette de tir, utilise un périscope de tranchée afin d'observer l'ennemi qui est situé à proximité (20 mètres d'après la légende de la photo).

On notera que plusieurs clichés ont été pris ce même jour dans les tranchées du secteur. On en trouve trace soit sur l'Argonaute, soit sur le site d' IWM.

 CaptureARGON_Pepiniere CaptureARGON_Pepiniere1
2 autres clichés BDIC pris à la Pépinière de Loos le 22 novembre 1915

 

 Une autre étude dans un secteur très proche, toujours en Artois, mais cette fois à la Cité des Cornailles: Hommage à Paul Moulins de Cluis

collection dite des Albums Valois a été constituée par la Section photographique des Armées (SPA), - See more at: http://argonnaute.u-paris10.fr/En-savoir-plus/p15/Les-collections-numerisees-sur-la-Grande-Guerre-de-la-BDIC#sthash.qJREsSVq.dpuf
collection dite des Albums Valois a été constituée par la Section photographique des Armées (SPA), - See more at: http://argonnaute.u-paris10.fr/En-savoir-plus/p15/Les-collections-numerisees-sur-la-Grande-Guerre-de-la-BDIC#sthash.qJREsSVq.dpuf
collection dite des Albums Valois a été constituée par la Section photographique des Armées (SPA), - See more at: http://argonnaute.u-paris10.fr/En-savoir-plus/p15/Les-collections-numerisees-sur-la-Grande-Guerre-de-la-BDIC#sthash.qJREsSVq.dpuf
collection dite des Albums Valois a été constituée par la Section photographique des Armées (SPA), - See more at: http://argonnaute.u-paris10.fr/En-savoir-plus/p15/Les-collections-numerisees-sur-la-Grande-Guerre-de-la-BDIC#sthash.qJREsSVq.dpuf
collection dite des Albums Valois a été constituée par la Section photographique des Armées (SPA), - See more at: http://argonnaute.u-paris10.fr/En-savoir-plus/p15/Les-collections-numerisees-sur-la-Grande-Guerre-de-la-BDIC#sthash.qJREsSVq.dpuf

Posté par Indre1418 à 11:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


09 mai 2015

Loos le 9 mai 1915 - "Décidement ces gens de l'état-major sont fous."

L'attaque du 9 mai 1915, tout est dit dans le témoignage qui suit et que publia le Général Carpentier (alors capitaine au 90ème RI), en 1963. Ce texte est à compléter par celui de Christian Mallet. Ce dernier, affecté aussi au 90ème RI, fut blessé lors de l'attaque de ce même jour: http://indre1418.canalblog.com/archives/2008/05/27/8885739.html

Voici donc ce qu'écrit Marcel Carpentier en ce 9 mai 1915:

Les 270 écrasent Loos.
Les batteries de 75 tirent par rafales
L'ordre d'attaque arrive. C'est pour 10 heures. Je monte sur le crassier pour observer la bataille.
La journée est spendide, le ciel limpide.
Depuis le matin, nos avions tournent au-dessus de nos positions, repérant les batteries ennemies qui ne répondent que mollement. Autos-canons et autos-mitrailleuses, avec leurs escortes de cyclistes, se placent derrière le crassier, prêts à intervenir. Devant moi le champ de bataille se déroule dans toute son ampleur. A notre droite, le crassier double s'avance, menaçant, vers nos lignes. Au fond, les cités Saint Pierre et Saint-Laurent.En face, la cote 70. Au pied de la cote 70, Loos, avec son double pylone de fer. Vers la route de Loos, les tranchées sont assez rapprochées, 150m à 200m environ; mais elles s'écartent jusque vers 600m à la droite du bataillon d'attaque.
Les batteries tient de plus en plus vite.
9h50 Plus que dix minutes. C'est un enfer.
La tranchée allemande disparait dans la fumée des éclatements d'obus.
Plus que cinq minutes. Les hommes assujetissent leurs baionnettes, chacun est à son poste.
Plus que trois minutes..., deux minutes..., une minute...
10 heures - Une tête, puis deux, puis à perte de vue toute la ligne sort, et se précipite tête baissée. C'est sublime.
Elle avance ... avance... et diqparait dans la fumée.
L'artillerie a allongé son tir.
On saute la première tranchée, et nous voici à la deuxième ligne.
Très peu de pertes jusqu'à présent.
Mais à droite et à gauche les choses n'ont pas été aussi bien. La droite de notre bataillon d'attaque n'a pu atteindre son objectif, arrêtée par les feux croisés des mitrailleuses du crassier double et du chevlement de Loos, et est restée entre les deux lignes, couchée dans les herbes.
A notre gauche, le 114e se heurte au 114e allemand et ne peut progresser.
Il faut en rester là pour le moment.
Les prisonniers commencent à affluer. Ils ont l'air complètement abrutis par le bombardement et filent tête baissée tout le long des boyaux.
11 heures - L'artillerie allemande se ressaisit et nous arrose de 105 fusants.
Mon bataillon reçoit l'ordre de se préparer.
Nous voici dans la parallèle de départ.
Les nouvelles circulent déjà.
Tués: le commandant Robillard du 1er bataillon; sous-lieutenant R. de la 1ère compagnie; lieutenant M. de la 4ème et combien d'autres!
Du résultat de l'attaque rien de bien précis.
15 heures - Le 2ème bataillon reçoit l'ordre d'attaquer.
C'est une folie. Mais c'est l'ordre.

Puits16_MineLens
Le puits n°16 des mines de Lens (Loos) depuis les lignes françaises


Les Allemands sont à 600m; il n'y a pas eu de préparation d'artillerie. Donc aucune chance de réussite.
Malgré cela les hommes partent avec un ensemble remarquable. Cent mètres plus loin, la 5e compagnie était couchée toute entière entre les lignes; son capitaine, Paquet, tué.
La 8e compagnie avec le capitaine de Froment, suit la route de Loos.
Le capitaine est tué; le sous-lieutenant B est blessé.
La 7e compagnie n'est pas plus heureuse.
17 heures - Le commandant Royné m'appelle à son abri.
J'y retrouve les autres commandants de compagnie.
Le commandant est sombre "Mes amis, nous dit-il, nous allons attaquer!
- Mais c'est de la folie, nous récrions-nous! N'y a-t-il pas assez de morts depuis ce matin?" Il n'y a plus rien à faire, nous le sentons bien. L'attaque est enrayée! Il faut la reprendre demain, profiter de la nuit pour remettre de l'ordre dans les unités, prendre liaison avec l'artillerie! Attaquer maintenant, c'est nous envoyer à la mort et pour quel résultat! Le commandant a écouté en silence le capitaine de Verdalle qui parlait en notre nom à tous. Il hoche tristement la tête. "Tout cela, je le sais. Je l'ai dit au colonel. Il n'y a rien à faire. C'est l'ordre. Le colonel Alquier lui-même a protesté auprès de la division sans succès. L'ordre est maintenu. On a l'air de croire en haut-lieu que nous avons peur." Quelle ironie! Se faire tuer pour la France dans une attaque bien montée, oui; ce matin par exemple, avec l'espoir au coeur. Se faire tuer ce soir, avec la certitude que cela ne servira à rien, c'est trop bête ... Mais c'est l'ordre! Et pour quelle heure, mon commandant, l'attaque? 17h30. Décidement ces gens de l'état-major sont fous. Nos compagnies ne sont pas en place, et il est 17h25! Justement quelques coups de canons passent au-dessus de nos têtes; c'est çà la belle préparation annoncée à l'extérieur? En tout cas, nous ne sortirons pas cette fois-ci, puisque nous sommes tous au P.C. du commandant et que nos compagnies ne son pas prévenues. C'est toujours cela de gagner.
La sonnerie grêle du téléphone retentit. Le commandant Rouné prend l'appareil. C'est le colonel Alquier. Nous devinons le dialogue: "Eh bien Royné, et l'attaque? Impossible, mon colonel, prévenu trop tard, les compagnies n'étaient pas prêtes. J'insiste sur ce que je vous ai dit tout à l'heure. C'est de la folie; nous allons nous faire hacher sans profit aucun. - Je le sais, mon pauvre ami! mais c'est l'ordre! Je vais encore faire effort à la division et vous rappellerai."
Nous attendons anxieux. C'est notre sort qui se dessine, vie ou mort!
Le téléphone! - Le commandant bondit à l'appareil, nous scrutons son visage. Il se rembrunit. Nous avons compris. "Bien mon colonel" dit-il Il repose l'appareil. "Nous attaquerons à 18 heures." Alors j'ai une idée. "Mon commandant, à 18 heures nous allons tous y rester. Il fait encore jour. Laissez-nous attaquer à 19 heures, de nuit, sans préparation d'artillerie. Au moins, si nous ne réussissons pas, nous aurons moins de pertes!" Le commandant Royné réfléchit un instant. "J'accepte, dit-il. Retournez à vos compagnies. 17h55. Notre artillerie commence la préparation avec quelle imprécision! 18 heures ... nous ne sortons pas.
18h15. Un agent de laison arrive essouflé. Il y a contre-ordre, mon lieutenant. On n'attaque pas! Quel soupir, mais tout de même, si nous avions exécuté l'ordre, combien d'entre nous seraient étendus sans vie entre les lignes!
Un bataillon du 68e vient relever notre 2e bataillon.

Sources:
Texte: Général Marcel Carpentier - Un cyrard au feu - Berger Levrault 1963
Photo: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry -Bourdier 1932

 

Loos_Montage

 

Message de l'auteur:
A l'heure où ces lignes sont diffusées sur le blog, je suis physiquement présent à Loos en Gohelle. En effet, à 10h30 un hommage est actuellement rendu aux soldats de la 17e Division par la municipalité de Loos en Gohelle et les autorités locales, par le biais de l'inauguration d'une plaque souvenir sur le lieu même de cette attaque du 9 mai.
Cet après-midi, je me rendrais dans les secteurs du Bois en Hache et Lorette, notamment
A mon retour, je ne manquerai donc pas de faire un compte-rendu de mon séjour en Artois, sur le blog.

 

Posté par Indre1418 à 05:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 décembre 2011

Bonnée Année

31 décembre 1915

Le Général Curé a réuni ce soir les officiers de la 304e Brigade. Je pensais bien que ce n'était pas seulement pour nous souhaiter la bonne année!

Nous allons remplacer le 21e Corps dans un terrain bourbeux où les tranchées sont noyées, et nous y resterons du 4 janvier à la fin du mois. Naturellement, il compte sur le bon esprit, le dévouement ... et patati et patata ...
Un officier d'état-major nous aglissé quelques tuyaux: comme il n'y a presque plus de tranchées, les deux camps ont établi une entente. "On peut sortir, se promener, on ne tire pas. On prend même le café ensemble ... mais çà il ne faudra pas continuer ... Ah! J'oubliais, on vise les officiers quand on peut les reconnaitre; la trêve n'existe que pour les soldats". Bon! il faudra voir ... Les états-majors n'ont pas été vérifier!
Ce coin là s'appelle le "Bois en Hache"

Sources: Maurice Laurentin - Carnets d'un fantassin de 1914 - Arthaud 1965

Posté par Indre1418 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mai 2009

Repose en paix

En septembre 2005, dans ce blog, une suite de messages avait eu pour sujet les offensives de septembre 1915 que la 304e Brigade d'infanterie avait eu à effectuer aux alentours de Blairville - Ficheux, au sud d'Arras. Le 268e RI en première ligne, le 290e RI, en soutien eurent à constater de nombreuses pertes suite à ces nouvelles attaques infructueuses.
On se souviendra particulièrement du témoignage du capitaine Laurentin du 268e RI: "Mes soldats!!!"

Suite à ces combats, une tâche pénible consistait alors à relever les corps, dans un des nombreux cimetières provisoires de l'époque.

Au sein du 290e RI, l'aumônier Bouvet se devait donc de donner les derniers sacrements aux divers corps retrouvés.


RI290_Blairville_091915_AumonierBouvetJM1
Cimetière dans les lignes, créé par votre serviteur au sud d'Arras.
Sept. 1915 à B...
(Blairville?)
J. Bouvet, aumônier au 290e d'inf.

merci à Laurent Soyer pour ses trouvailles et sa disponibilité.

Posté par Indre1418 à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2008

L'attaque du 9 mai 1915, le 90e RI

9 mai 1915. 4 heures et demie du matin. - Ordre me vient de mettre mes hommes en ligne. Une compagnie du génie prend place avec nous pour creuser un boyau aussitôt que nous aurons débloqué. Loin sur la gauche - probablement du côté des Anglais le canon crache sans interruption : c'est un grondement sourd, mais ininterrompu.
A 5 heures un quart, pas d'ordre d'attaque; il commence à se faire tard. Le canon tonne toujours à gauche, mais les nôtres restent silencieux. Je donnerais cher pour savoir!

7 heures. - Voici les ordres : l'attaque à 10 heures juste. Pas de signal, toutes les montres sont réglées. On sortira tous ensemble à la même heure de la tranchée. Nous bombardons violemment pendant une heure, nais comme c'est trop peu, on doit bombarder de 9 à 10. Les grosses bombes à ailettes font un tonnerre; on les voit monter dans l'air comme des volants, et retomber à terre légèrement; on croirait qu'elles vont rebondir, mais elles éclatent aussitôt, comme un volcan en miniature qui ferait éruption.
Pour la deuxième fois, je m'étonne d'être si calme. Je ne peux pas réaliser que dans quelques instants (qu'est-ce que deux heures?) il va y avoir une course éperdue, un corps à corps, des cadavres hideux et défigurés, et peut-être la mort pour moi. Je n'ai qu'une idée fixe, c'est que tout marche bien. Je me souviens que j'ai la responsabilité de la vie de 50 hommes.

Loos_Geoportail2

13 mai 1915. - Blessé au début de l'attaque, seul survivant de tous les officiers de la compagnie et d'une compagnie voisine, appartenant au ... régiment de ligne, j'ai cependant pu continuer à commander jusqu'à 8 heures du soir, et j'ai écrit ce qui suit à Rennes, à l'hôpital auxiliaire n°101.
Je reprends les événements depuis le moment où j'ai interrompu mon journal dans la tranchée, c'est-à-dire une heure environ avant l'attaque.
A 9 heures, je précipite la solution d'ammoniaque. Tous les hommes y trempent leur tampon. Chacun a ses bombes; pendant que j'achève les derniers préparatifs, les obus et les bombes semblent écraser les lignes ennemies. Le bruit assourdit, la fumée suffoque et aveugle. Je voudrais fermer les yeux pour repasser chaque scène de ce qui a suivi, et n'en oublier aucune. Je pense avoir vécu le summum de la vie pendant quelques instants.
A 10 heures moins le quart, toute la section est en ligne, sac au dos; la section du génie se colle contre le boyau du fond pour ne pas gêner nos mouvements. Placé au centre, je sors ma montre : encore dix minutes. J'appelle à haute voix : « Cinq minutes, deux minutes », . Je regarde les hommes à la dérobée: je vois sur leur figure une expression tellement tendue, quelque chose de tellement fixe, que cela ressemble à une transe.
Au moment où je crie : Plus qu'une demi-minute, j'aperçois la gauche de la compagnie qui part; ils ont quelques mètres d'avance sur moi. Il faut à tout prix conserver la liaison Je crie : « En avant! » et je cours droit à la première ligne allemande sans rien voir, sans rien entendre. J'ai vaguement conscience que le 75 n'a pas encore allongé son tir, mais nous ne sommes plus nos maîtres : ce sont des milliers de volontés fondues, qui tendent vers le même but, comme aveuglément.
J'arrive aux premiers fils de fer allemands et me retourne : tout le monde a suivi. Mes hommes sont là, sur mes talons. Une seconde après, nous bondissons par-dessus le parapet de la première ligne ennemie. Je hurle : N'entrez pas dans les boyaux, la tranchée est vide, il n'y a plus que des isolés; emparons-nous des deuxièmes lignes ».
Les capotes bleues font un bond en avant, on voit luire toutes les baïonnettes. Sous le soleil brûlant, le ciel n'a pas un nuage. Maintenant, nous entrons tête baissée dans la zone de l'enfer.
Il n'y a pas de mot, pas de son, pas de couleur qui puisse en donner une idée. Pour nous empêcher d'avancer, les Allemands font un tir de barrage. Il faut entrer dans une sorte de vapeur suffocante; on pénètre dans des gerbes de feu où éclatent percutants, fusants, bombes, et à des intervalles si rapprochés que le sol s'entr'ouvre à chaque instant sous les pas. Comme dans un rêve, je vois les petites silhouettes enivrées par le combat, qui chargent au milieu des panaches de fumée.
Des Allemands épouvantés, pris entre leurs feux d'artillerie et nos baïonnettes, surgissent de partout; les uns crient « Grâce! » , les autres tournent en rond comme des fous; d'autres se jettent sur nous pour nous repousser.
Les obus ont fait des ravages dans les rangs. J'ai vu des groupes de cinq ou de six, fauchés, broyés. Un instant j'aperçois P..., le caporal, à la tête d'un groupe d'hommes, et j'oublie tout pour lui crier : « Hardi, bravo, P... ! ». Son fusil fait des moulinets. Son torse d'hercule moulé dans un maillot de laine, il est monté sur un tertre. Insouciant des obus et des balles, il semble l'incarnation même de la guerre; sa terrible baïonnette ruisselle de sang. Toute ma vie je le verrai, se détachant contre le ciel bleu, tête nue, couvert de sueur et de sang, entraînant les autres au carnage.
Ma section et moi, nous progressons toujours. Nous sommes à quelques mètres des dernières lignes allemandes. A chaque pas maintenant surgissent des uniformes gris. Je décharge mon revolver à droite et gauche. Il y a des plaintes, des cris noyés dans le bruit infernal de la lutte.
Dans une seconde nous allons occuper les dernières positions ennemies. Ce qui reste de ma section me suit aveuglément ; je mets le pied sur le parapet, et je crie : « En avant, les gars, nous y sommes ! ». Mais il me semble qu’on me donne un brutal coup de crosse dans le dos ; je lâche mon revolver et la bombe de cheddite que je tenais de la main gauche, et je roule au fond d’un trou d’obus.
Je suis touché.
Dans un éclair, je me souviens d’une phrase de mon ordonnance, entendue hier par hasard : « S’il arrive quelque chose au petit lieutenant, on ne le laissera pas en arrière » ; et l’instant d’après le brave garçon, blessé lui-même au bras, est à côté de moi, avec deux ou trois autres qui me portent jusque dans le boyau. Devant nous, plus rien : pas une défense, pas un réseau de fils de fer. Nous avons conquis les lignes allemandes jusqu’aux dernières limites.
Nous commençons immédiatement à nous retrancher. Tous les hommes qui ne creusent pas des abris veillent. Nous nous demandons par où les Allemands vont tâcher de nous déborder, car nous ne connaissons rien des tranchées  conquises. Tout à coup j’en vois deux qui débouchent d’un petit boyau, baïonnette en avant. Je brûle la cervelle du premier ; le second, un véritable gosse de seize ans environ, a une expression d’épouvante que je n’oublierai jamais. Il hurle, et son cri strident fait frémir ; mais le coup est parti, et il tombe, figure contre terre.
Pendant toute l’attaque, pas n instant je n’ai aperçu le commandant de la compagnie, et je me demande où il se trouve. Mon sergent-major m'annonce que le commandant du bataillon et lui sont tués; le lieutenant D... est grièvement blessé; il ne reste plus que le lieutenant R... et moi à la compagnie. R... prend le commandement. Assis sur le parapet, il surveille les préparatifs de défense. Le canon s'est tu... Seul, le sifflement des balles se fait entendre, et des cris d'alarme s'élèvent : « Attention à gauche, attention à droite, ils viennent par tel boyau, etc ».
Une balle frappe R... en pleine tête; il roule à mes pieds, et je reste seul pour tout commander. Blessé moi-même, le sang me coule dans le dos et mes mouvements se paralysent. Mes hommes veulent que je m'en aille; je me raidis avec une énergie de désespoir. Quelqu'un me passe un flacon d'éther, et je m'accote contre un parapet. Je suis seul, j'ai encore toute ma tête, je resterai là, advienne que pourra.
Jusqu'à 2 heures, rien. On creuse fébrilement des abris pour tirer; des parados pour protéger la tranchée prise en partie en enfilade. Jusqu'à la route tout va bien, mais à partir de cet endroit, la liaison est rompue; le reste du 90e est en arrière, et, parallèlement à moi, à quelques mètres, les Allemands ont conservé leurs positions. Ils sont là tout près, sans qu'on puisse les voir, cachés, terrés, prêts à bondir sur nous.
Impotent au fond de la tranchée, je transmets mes ordres qui sont exécutés par tous, avec une présence d'esprit remarquable.
Les heures s'écoulent, lentes, énervantes. Le soleil brûle la tranchée, des cadavres ont pris une teinte jaune foncé, et les blessures sont horribles.
Pour arrêter nos renforts, les Allemands bombardent en arrière des premières lignes. Dans les boyaux où sont massés le génie, le 125e et le 66e, cela doit frapper dur. Dans la tranchée même, des bombes tombent en avant ou en arrière; j'ai trois hommes de tués. G... a la tête emportée.

Midi. - Une sorte de détente. On s'arrête un peu de travailler, les hommes fouillent les cagnas ; P... m'apporte des cigares; Henri Clay, des cigarettes égyptiennes. M... me fait un pansement sommaire en passant sa main dans le trou de ma capote. L'ouverture est large comme le poing, je souffre horriblement.
Le sergent-major et moi, nous explorons pourtant le secteur conquis; les boyaux sont défoncés par les obus. A de certains endroits, on se trouve en terrain découvert pendant vingt-cinq mètres; à d'autres, les cadavres obstruent le boyau. Sur notre passage, quelques Allemands, couchés sur le dos, en plein soleil, ouvrent les yeux et disent : « Ich durste ». Pas le temps de s'arrêter, le bombardement peut reprendre d'un moment à l'autre et il est urgent de trouver un moyen de communiquer avec le colonel.
Quand je reviens parmi mes hommes, je ne trouve rien de changer. Le brave M... veille sans arrêt. La tranchée qui barre la route est consolidée, on y a placé une mitrailleuse. Je prends le commandement d'une compagnie à ma gauche qui n'a plus d'officier.

Une heure et demie. - Une sorte d'agitation, de frémissement, court d'homme en homme ; on dirait que toute la compagnie a reçu une secousse électrique, et pourtant pas un cri encore, pas un coup de fusil; tout le monde a compris néanmoins que la contre-attaque allait se déclencher.
Je suis littéralement émerveillé de la bonne humeur et de la gaieté qui règnent. Je veux dire quelques mots aux hommes sur leur conduite, mais je n'ai guère besoin de soutenir leur moral. Ils me ferment la bouche en criant : « Vive le lieutenant! » J'ai trop d'émotion pour leur répondre.
Tout à coup la fusillade éclate. Elle part sans hésitation, nette et brutale. On sent que ce n'est pas une fusillade due à l'énervement des hommes tirant dans le vide, mais que chacun vise un objectif. Je regarde à la jumelle dans la direction; c'est sur ma gauche, à trois cents mètres environ. Les Allemands, qui sont maîtres d'un boyau perpendiculaire à la tranchée, en débouchent et tentent de se ruer sur nous en colonnes par quatre. Ils ne gagnent pas un pouce de terrain. Chaque fraction de quatre est fusillée, foudroyée.
Il n'est que juste de rendre hommage à ces soldats. Toute leur compagnie y a passé, pas un ne s'est relevé, mais pas un n'a reculé. La deuxième contre-attaque se produit sur la droite dans les mêmes conditions. Les Allemands sont massés dans le boyau parallèle à la route. Un peu plus tard enfin, sur la gauche encore, l'ennemi profite d'un petit bois pour y concentrer les hommes et tenter par là une sortie arrêtée net.
Ils ont l'air de se résoudre à faire ce que nous faisons. Avec le périscope, on les aperçoit jusqu'à la ceinture. Ils fument et ils attendent. Il fait mauvais mettre sa tête au dehors. M... est couché juste en face du parapet, dans l'herbe, la figure contre terre. Il a déjà une couleur de cire, je le ferai ramasser cette nuit.

3 heures. - Le colonel m'envoie la 7e compagnie de renfort avec le capitaine D... ; je lui fais part de mon désir de rester à l'emplacement où je me trouve. Ce sont mes hommes et moi qui avons conquis ce terrain, il est à nous. Le capitaine s'installe sur la droite; au moins, je ne suis plus tout à fait seul.
Le silence complet de l'artillerie allemande ne nie dit rien qui vaille. Il y a un va-et-vient de chariots sur la hauteur, qui me semble présager un renfort de munitions. Impossible, hélas, de communiquer avec les artilleurs. Assis dans le fond de la tranchée, je commence à sentir que ma tête s'en va. On me demande des ordres et j'ai beau me creuser la cervelle, je ne trouve plus ce qu'il faut dire. J'essaie de plaisanter avec les hommes : en réalité une tristesse affreuse m'étreint, je comprends que je ne sers plus à rien.

7 heures du soir. - Ordre d'attaque : « Le troisième bataillon va se porter à l'attaque du village de Loos, en prenant comme point de direction le clocher, et se reliant à gauche avec le ... . Les éléments de première ligne : 3e, 7e, 4e et 8e compagnies, seront poussés en avant par le bataillon d'attaque. Se préparer à faire ce mouvement le plus tôt possible, mais attendre l'ordre de départ pour l'exécuter ». Signé : A...
La nuit descend rapidement. Désireux de parler au colonel avant la nouvelle attaque, si le passage est praticable, je passe le commandement à M... ; ma blessure me fait terriblement souffrir. Il me semble qu'on me tire l'épaule gauche et qu'on l'écartèle. Je doute d'arriver, mais je sais ce qu'on peut faire sous l'empire de la volonté. Hélas, je ne devais plus revoir la compagnie, pas plus que je ne devais réussir à trouver le colonel.
Chemin faisant, je vais comme un homme ivre, vacillant d'une paroi de boyau à l'autre. Tantôt, il faut franchir des pyramides de cadavres, tantôt sortir du boyau complètement, parmi le sifflement des balles et le fracas des obus qui éclatent de tous côtés. Je songe avec une certaine mélancolie à la bêtise d'être tué là, tout seul, après avoir été si miraculeusement protégé pendant le combat. Je rencontre des hommes du génie, des prisonniers, des messagers; chacun se hâte, pressé, et à chacun je répète automatiquement la même phrase : Prenez garde, je suis blessé, ne me bousculez pas. Je me demande si c'est possible de souffrir plus que je ne souffre. Une sorte de gémissement ininterrompu s'échappe de ma bouche, je n'y vois plus clair; je marche comme dans le délire.
Je tourne plusieurs fois autour du même secteur; je demande à tout le monde où est le colonel. On me dit : Quel colonel? Je ne sais plus, et puis tout devient très vague; je rencontre deux hommes, baïonnette au canon, avec trois prisonniers; ils me donnent du vin rouge et m'entraînent.
Nous passons une usine dont je vois les machines brisées se profiler dans la nuit; des brancardiers me ramassent et me portent au poste de secours voisin, d'où l'on m'expédie en ambulance aux brancardiers divisionnaires à Mazingarbe, où je passe la nuit.
L'ambulance est plongée clans une obscurité complète par crainte d'être repérée. Nos grosses pièces de 120 long tirent tout près. A chaque coup qui part les murs tremblent et les vitres sonnent. On se croirait encore en pleine bataille. Le bruit de la fusillade semble partir du jardin, et je conserve du spectacle que j'y ai vu le souvenir le plus sinistre de la journée.
Par terre, sur la paille, se détachant à peine dans la pénombre, les blessés sont alignés. On voit juste leurs silhouettes : des fantassins, des artilleurs, des tirailleurs algériens, sur lesquelles tranche le blanc des pansements, et parmi le fracas du canon, il s'élève une longue plainte et des gémissements coupés de phrases incohérentes. Tous délirent. Officiers et soldats revivent la bataille du matin, et l'on entend des commandements brefs, qui sont infiniment douloureux : « Marchez en tirailleurs, attention à droite! La mitrailleuse aux armes! » etc...
Je m'étends sur la paille dans un coin moins encombré, grelottant de fièvre. Le lendemain matin on nous embarquait pour Nœux-les-Mines, et, de là, nous prenions le train pour une destination inconnue.


FIN

 Sources: Etapes et combats, [Christian Mallet] – Plon - 1916

Posté par Indre1418 à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17 mai 2008

La tension du report de l'attaque

8 mai 1915. - Sauf contre-ordre, l'attaque devra avoir lieu demain, à 8 heures du matin, après quatre heures de bombardement consécutif. Il y a mille canons derrière nous, à raison d'une pièce pour battre 50 mètres de terrain.
Dans la matinée, rien. On distribue de nouvelles bombes (chaque homme en aura au moins une). A partir de 2 heures de l'après-midi, l'artillerie règle son tir, ce qui équivaudrait en temps ordinaire à un bombardement très violent.
De mon parapet, je suis les phases du réglage. Le redan de la route de Lens saute (2 heures), les défenses devant ma tranchée sont saccagées. En ce moment, 7 heures moins 20, l'artillerie tire un peu court. Les hommes ne peuvent manger la soupe dans le boyau, ils sont couverts de terre et de pailles d'acier, les corvées d'eau ont reçu des éclats; - deux blessés à la 5e.
J'ai touché pour ma section : 7 bombes asphyxiantes, 9 bombes Bezozzi, 48 grenades à main et 5 terribles bombes de cheddite que j'ai moi-même amorcées et dont je veux emporter deux échantillons sur moi.
Un carnage se prépare pour demain !  Je me souviens de la prophétie du père Johannés : « On n'enterrera plus que les grands princes et les grands capitaines; il y aura tant de morts et de blessés que les cadavres seront brûlés sur des bûchers, dont la flamme montera jusqu'au ciel! »

Sources: Etapes et combats, [Christian Mallet] – Plon - 1916

Posté par Indre1418 à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2008

Optimisme avant le grand saut

7 mai. [1915] - Voici le grand moment tant attendu. La ...armée doit attaquer sur le front Lille-Arras demain. Mon bataillon marchera droit devant lui avec la cote 70 comme objectif en deçà de Loos. Je fais une reconnaissance du secteur. Ce soir j'irai moi-même inspecter les fils de fer allemands avec S... Je suis très calme et très bien préparé; je n'ai qu'une crainte, c'est de mal faire, de commettre une bévue. Les hommes marcheront, j'en suis sûr. C'est mon bataillon qui forme la première vague, le 2e et le 3e viennent derrière, puis le ... et le ... de ligne, enfin le ... et le ... sont à droite et à gauche pour marcher en pointe.

2 heures. - Les Français commencent à bombarder. Les batteries tirent juste en avant de la tranchée, et si près que je me demande s'il n'y a pas une erreur de pointage. L'attente seule est un supplice. Ne rien savoir, se dire : « Est-ce dans cinq minutes, est-ce ce soir ? Est-ce demain? » Le cœur bat fort et la gorge est sèche. Je donnerais tout pour que l'ordre d'attaquer soit donné. Je sais que je retrouverai tout mon calme instantanément.
Les quatre sections doivent s'avancer de front vers la route de Lens, prendre les tranchées allemandes, et puis filer sur la cote 70 en prenant par Loos. Je distribue à ma section des ampoules asphyxiantes, des grenades à main et des petits sachets contenant du coton trempé préalablement dans un bisulfite, et qui devra être retrempé dans de l'eau de chaux au dernier moment et introduit dans la bouche et dans les narines, pour anéantir l'effet des gaz asphyxiants.

4 heures. - Le bombardement dure toujours, mais sans le caractère de violence inouïe qu'il avait au début; le restant des pièces ne doit arriver que cette nuit, par conséquent l'attaque peut bien n'avoir pas lieu demain.
Tout le monde travaille : le génie fait des gradins, achève des sapes, les artilleurs se promènent dans les boyaux avec des goniomètres et accomplissent des rites mystérieux en me demandant poliment de changer de place parce que je les gène; les officiers de tous les bataillons reconnaissent le secteur, les hommes cousent des morceaux de toile blanche sur leurs sacs pour être reconnus de loin par nos artilleurs. On dirait qu'on monte une pièce à grand spectacle et qu'on fait les derniers préparatifs avant la « générale ».

A 9 heures moins 10, je suis rentré à mon poste de commandement. J'ai contrôlé mon revolver soigneusement, j'ai enlevé ma tunique et j'ai mis mon argent et mes papiers dans la poche de mon pantalon. Je mets la capote par-dessus ma chemise, le revolver dans la poche intérieure et je sors du boyau. Une dernière recommandation aux hommes : ne pas tirer, même s'ils entendent une fusillade; S... est là; nous enjambons le parapet à 9 heures juste et nous tombons sur l'espace connu, entre deux chevaux de frise.
Il fait noir comme dans un four; à peine sortis, une fusée déchire le ciel. Nous nous couchons à plat ventre, figure contre terre. Je sens l'herbe mouillée et le sol mou sur mes joues et sous la paume de mes mains. Je m'écoute respirer et je ne sens pas les battements de mon coeur; je suis d'un calme de glace.
Pendant deux ou trois minutes, nous tâtonnons à travers les fils de fer. Les chevaux de frise sont passés, mais voici d'anciens réseaux Brun et des fils barbelés, tous brisés par les obus; nos pieds et nos capotes s'y accrochent. Nous rampons à quatre pattes; chaque fois qu'une fusée nous éclaire, nous nous jetons à plat ventre connue tout à l'heure.
Nous voici arrivés au moment critique. S... me hèle à voix basse : « Mon lieutenant, je crois que nous faisons un sale boulot ». Il me parle la bouche sur l'oreille. « Il fait trop noir, nous ne verrons rien ». Je lui dis : « Bien, restez là, je vais aller plus loin ».
Je continue à ramper. Maintenant c'est émotionnant d'être tout seul dans cette nuit noire, avec toutes ces gueules de fusils braquées sur moi ; je suis à la merci d'une fusée. Je continue tant que je peux : pas un bruit. Je tâche de me confondre absolument avec le sol. Je vais ainsi pendant je ne sais ni combien de temps, ni combien de mètres, puis je lève la tête, et je vois les chevaux de frise allemands qui se profilent à côté de moi. J'entends parler distinctement; malheureusement, je ne comprends pas un mot. Inutile de m'attarder, ma mission est finie. J'ai vu les défenses, il n'y a que des chevaux de frise reliés avec du barbelé. Au moment où je fais demi-tour, deux fusées partent et se croisent. Je me crois perdu et reste immobile, la tête dans les bras, figure contre terre, mordant l'herbe; mais rien, pas un coup de fusil.
Je me mets alors à ramper avec une vitesse qui m'étonne; je m'aide avec les pieds, les épaules, les coudes. J'arrive à l'endroit où j'avais laissé S..., et en un rien de temps nous sautons dans la tranchée. J'ai un vêtement de boue qui colle comme un maillot. Je vais rendre compte à M..., que je trouve endormi. Sur la table du poste, une note du commandant : « L'attaque n'aura pas lieu demain; la journée sera consacrée à une reconnaissance minutieuse du secteur, et tout sera prêt pour l'attaque probable dans la nuit du 8 au 9 ».

Sources: Etapes et combats, [Christian Mallet] – Plon - 1916

Posté par Indre1418 à 05:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 mai 2008

La montée en ligne

6 mai [1915]. - En première ligne. - Nous relevons le ... dans les tranchées de première ligne près de Mazingarbe, sur la route de Lens. Cette relève d'un régiment de réserve confirme le bruit d'une offensive. Les civils eux-mêmes nous disent en passant à Nœux-les-Mines et à Mazingarbe : « Ah! Enfin, c'est vous qui venez attaquer? Tachez de les repousser une bonne fois, et pour toujours, hein? »

Sources: Etapes et combats, [Christian Mallet] – Plon - 1916

Posté par Indre1418 à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2008

En avant, vers Loos

Le printemps 1915 voit le retour des tentatives d'offensives.  Christian Mallet, après un parcours  au 22e Dragons, est maintenant au 90e  RI,  la  grande  offensive  se prépare.

Le 29 avril, à Noyelette, avant l'attaque qui devait avoir lieu dix jours plus tard, nous prenions notre dernier grand repos dans un décor d'opéra-comique, parmi des pommiers dont les fleurs neigeaient dans les matins clairs, couchés sur l'herbe jeune qui embaumait, écoutant le clapotis de la petite rivière dans une paix radieuse de printemps tout neuf, et ce devait être pour beaucoup d'entre nous une dernière douceur et une dernière caresse, que la nature voulait donner à ceux de ses enfants qui allaient mourir...


Sources: Etapes et combats, [Christian Mallet] – Plon - 1916

Posté par Indre1418 à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2007

Une trouvaille émouvante

Un ami artésien, Michel, m'a fait part d'une trouvaille concernant la relation entre le 68e RI et le secteur de Loos en Gohelle.

loos1

En se promenant sur ces terres qui virent tomber tant de soldats de la 17e DI, Michel trouva la plaque d'un soldat du 68e RI, Camille Royer.

RI068_RoyerCamille_Plaque

Qu'était devenu Camille Royer?

Après une rapide recherche, sur le site Mémoires des Hommes, il s'avérait que Camille Royer était finalement mort pour la France le 26 octobre 1918 à Laon (Aisne) et que la plaque n'était finalement que perdue.
Il avait survécu à la cote 304, la Somme, l'Aisne pour finalement mourrir à moins d'un mois de l'armistice.

RI068_MPLF_RoyerCamilleAuguste

Sources: http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ et http://www.geoportail.fr/

Merci à Michel Leclerc pour son aide
http://monsite.wanadoo.fr/Bataille_de_LOOS/

Posté par Indre1418 à 10:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :