08 avril 2019

Le Blanc - Mémoire et Souvenir de la présence du 68e Régiment d'Infanterie

483_001 LBC20 RI068_Mobilisation_3eSectionMitrailleuses_Recto1
RI068_CaserneChanzy1 51315190

Le Blanc, août 1914, les régiments du Blanc et d'Issoudun partaient de Chanzy pour un conflit qui dura finalement jusqu'en 1918. Le retour ne se fit qu'en 1919. La dissolution
Quand l'Histoire devient Mémoire et Souvenir.


LeBLanc_Indre1418Caserne

Le 15 septembre 1922, au moment de l'inauguration du Monument aux morts, le régiment était dissous déjà depuis 2 ans.

Le Blanc 14-18 (1)


 

Tenue1893_3
Une pensée pour le lieutenant Gauduchon du 68ème RI
(Fait prisonnier à la Cote 304)

Posté par Indre1418 à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 janvier 2019

Remettre un nom sur une plaque émaillée, Léon Pascaud son souvenir à Baraize.

Lors de mes pérégrinations autour du Pin et au travers du département, il ne m’est pas rare de m’arrêter aux portes d’un cimetière et de partir en quête des sépultures de la première guerre mondiale. Remettre une fleur en place, découvrir une plaque oubliée, prendre un cliché. Parfois, ladite plaque est tellement oubliée qu’il en est difficile de trouver le sens, l’origine et ce jusqu’à être dans l’impossibilité de retrouver le nom du défunt.
Ayant dépouillé les registres de retours de corps qui se firent à l’aube des années 1920, il est toujours étonnant de constater le décalage entre les traces encore existantes et la réalité administrative d’alors. Oui, le corps a été rendu à la famille, mais bien souvent, il ne reste aucune trace dans le cimetière communal. Non, la présence d'une plaque ne signifie pas que le corps est présent.
Revenons sur un cas qui m’a longtemps embarrassé car jusqu’alors resté sans solution, me contentant d’une rapide recherche restée infructueuse.

En juillet 2012, je traversais la Creuse et me rendait à Baraize, sur le coteau d’en face. Après quelques clichés du monument, je rentrais dans le cimetière. Après quelques déambulations, je découvrais plusieurs sépultures qui concernaient mes recherches. Il est important de préciser que nous étions alors dans une période pré Centenaire et que les prémices de cet évènement se faisaient à peine sentir.
Une sépulture m’intriguait car elle me laissait sans explications.

Dans un coin du cimetière, une sépulture d’un style contemporain années 30-40, potentiellement plus tardive. Sur cette sépulture, une plaque de métal attira mon regard. Posée sur le marbre, en appui sur la tête de la sépulture, cette plaque de métal donne l’impression bizarre d’avoir été mise là, à la va vite. En s’approchant, on découvre que si ladite plaque est bien un souvenir de 14/18, elle est particulièrement marquée, une grande partie de l’émail a disparu et cela rend l’identification impossible en l’état.

Baraize 021 Baraize 020

Prenant l’information comme telle, après la visite, retour au Pin afin d’analyser les clichés effectués.

En reprenant les clichés, la première recherche consiste à analyser les indices encore présents :

  • Deux lettres indiquent le début d’un nom ou d’un prénom. La présence d’une minuscule en deuxième lettre permet de s’orienter vers un prénom : Léon, Léopold, Léonard, Léonce, peut-être Léandre.
  • 1914 est indiqué, il s’agit nécessairement de l’année de décès
  • 28 ans, le défunt est donc né entre 1885 et 1887.

La première réaction est donc de regarder les clichés pris du monument aux mort afin de regarder les éventuels prénoms présents. Je précise éventuels car il n’est pas rare de rencontrer des listes nominatives sans prénom ou bien juste avec l’initiale de celui-ci, ce qui ne facilite pas les recoupements.

Heureusement, rien de cela à Baraize

Baraize 008 Baraize 007 Baraize 005

Tout de suite, un nom apparait Léon Pascaud, tué en 1914.

Le premier réflexe est donc de regarder dans le fichier du site ministériel « Mémoires des Hommes », en saisissant les données précédemment relevées.
Sa fiche MDH apparait alors et vient confirmer sa relation avec la commune de Baraize. Son acte de décès a été enregistré sur les registres de l’état-civil à la date du 24 juin 1915. A ce moment précis, la recherche s’arrêta là satisfait de pouvoir associer un nom avec cette plaque.

archives_I620081R_1
Sa fiche MDH cliquez sur l'image ci -dessus

 

Cette affaire en resta là jusqu’à cette semaine, où je redécouvrais cette photo et que je la mettais en ligne pour le blog Indre1418soldats.En complétant la fiche sur le blog, je me pris à me poser les questions suivantes: "Mais sa présence sur une sépulture des années 40 est-elle justifiée?" "Quels sont les liens avec la famille « BORDES-PINEAU » ?" On doit pouvoir aller un peu plus loin.

Avec le centenaire et les années passant, de nombreuses données sont maintenant accessibles aisément.Tout d’abord, il est nécessaire de rechercher la fiche matricule de Léon Joseph Lucien PASCAUD. Cela s'effectue à partir des données de la fiche Mémoires des Hommes. Voici  donc la fiche matricule de Léon PASCAUD qui est accessible sur le site des Archives départementales de l’Indre. Cette fiche matricule nous permet entre autres de connaitre son lieu de résidence en 1911. Après avoir résidé au Cerisier, il est déclaré chez M. PINEAU à Magot, commune de Baraize (Cette petite annotation a son importance pour la suite)

Capture3

 

Sur ce même site des Archives Départementales, il est aisé de trouver l’acte de naissance de Léon Joseph Lucien PASCAUD  , il se trouve bien sur l’état-civil de Saint Gilles pour l’année 1886. Cette information est complétée par le report en marge de son acte de mariage en marge de cet acte de naissance. Cela nous permet d’apprendre que le 21 octobre 1911, à Baraize, Léon PASCAUD épousa Delphine PINEAU. Le recoupement avec l’information de la fiche matricule, permet de savoir qu’il résidait donc chez ses beaux-parents, à Magot, en 1911.

 CaptureActeNaissance

 

Le lien manquant était enfin trouvé. La sépulture est celle d’un couple BORDES-PINEAU et usuellement PINEAU est le nom de l’épouse. Il semblerait donc bien probable que Delphine PINEAU, déclarée veuve moins de 5 ans après son mariage avec Léon (Voir date transcription acte de DC) refit sa vie avec le sieur BORDES, mais une plaque de métal émaillée, rappelle son premier mariage.

Cette confirmation du lien PASCAUD - PINEAU- BORDES me vint par l'intermédiaire de l'acte de naissance de Delphine PINEAU qui eut lieu le 2 novembre 1890 à Baraize, mais surtout par les mentions en marge de son acte de naissance.
D'abord mariée avec Léon Joseph Lucien PASCAUD le 21 octobre 1911, officiellement veuve à l'annonce officielle du décès le 24 juin 1915, elle se remaria avec Albert Eugène BORDES le 28 janvier 1922 à Eguzon (36)

Capture4

Cela vient conforter l’ultime indice écrit au-dessus des deux lettres du prénom et que l’on retrouve sur d’autres plaques du même type, toutes issues du même fournisseur

A LA mémoire de
MON EPoux regretté

Baraize 020_1

Une plaque du même style sur une autre sépulture On retrouve d'ailleurs le même texte à gauche.

Capture2

Posté par Indre1418 à 14:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2019

Raymond RIPOTEAU, le 12.000ème décédé du département.

Aujourd'hui, Raymond Ripoteau est le 12.000ème soldat du département de l'Indre décédé lors du conflit de la 1GM. Natif de Mouhet (Indre), il résidait à Crozant (Creuse).
J'ai donc une pensée pour lui en ce jour sur Indre1418soldats

Nom: RIPOTEAU
Prénom: Raymond Antheme Gaston Octave
Né le 18 février 1899 à Mouhet (36) - fils de Auguste et de DELAMARE Louise

Sa fiche matricule aux archives départementales de la Creuse

Soldat au 126ème RI, il décède le 10/01/1919 à l'hôpital n°91 de Cannes Ecluse (77) "Maladie contractée en service" (grippe infectieuse)             Une erreur de localisation du décès est constaté sur la fiche MDH, l'hôpital est situé à Cannes Ecluse en Seine et Marne et non à Cannes (Alpes Maritimes). En l'absence d'acte de décès, cela est confirmé par http://www.cannes-ecluse.fr/historique/hopital-militaire-14-18.html

Sa fiche sur le site Mémoires des Hommes.

De recrutement Guéret au moment de sa conscription, il figure sur le Monument de Crozant (23). Son acte de décès fut transmis le 11/01/1921 à la mairie de cette commune.

Son nom figure sur les plaques commémoratives de l'église de Crozant (23), sous le prénom d'Anthème.

Capture

Posté par Indre1418 à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

11 novembre 1918, l'Armistice!!! Il y a 100 ans

Pour les soldats pris dans la mitraille d'aout 1914 en Lorraine, dans les bombardements de 1916 à Verdun ou en Somme, dans le froid et la boue d'avril 1917 dans l'Aisne et la Marne, que ce mot Armistice fut attendu. A l'heure où on rend hommage au soldat Trébuchon dernier tué à l'ennemi sur le territoire de France ou au soldat Renault dernier français tué en Belgique, je tiens simplement à penser à eux tous.

En ce jour d'Armistice, je pense aux 3 soldats indriens décédés en ce 11 novembre 1918:

Pensées pour Albert BLANCHARD de Châteauroux, décédé en captivité au lazaret de Stade (Allemagne)

Pensées pour Louis CORNET de Urciers décédé de ses blessures à Renaucourt (Aisne)

Pensées pour Jules GIRAULT de Lingé décédé de maladie à Billy-le-Grand (Marne)

Nous aurons aussi une pensée pour les quelques 680 soldats indriens qui décéderont dans les mois suivant cet armistice.

Comme à son habitude Raymond Rollinat, dès le matin tient à jour son journal et écrit de bon matin en ce 11 novembre 1918:

Capture2
Sources Carnets Rollinat Cercle Histoire Argenton

"Chacun en s'éveillant pense que la journée
qui commence marquera dans l'histoire
et verra peut-être la fin de l'effroyable guerre
Quel soulagement, si l'on apprend que l'Armistice est signé ..."

L'armistice fut officiellement signé à 11 heures

Pour découvrir la suite de cette journée, je conseille la lecture des carnets de Raymond Rollinat sur le site du cercle d'histoire d'Argenton


Au pays, à Argenton, l'annonce provoque le regroupement des familles au devant de la mairie, les chemisières ont quitté l'usine, la journée sera chômée. Les anciens, les enfants les rejoignent et manifestent en ville.

Sur les clichés disponibles, que la population semble paisible, plus que de la joie, du soulagement. "Enfin, c'est terminé"

DSCN1374

DSCN1376


Ces 2 premiers clichés pris sur la place de la République viennent de faire l'objet d'une publication par le Cercle d'Histoire d'Argenton (Clichés Rollinat récemment acquis)

(Il est à noter que les clichés Rollinat nous montre une foule moins expansive que celle sur les clichés pour les fêtes de la Victoire le 24 juin 1919)

 

Argenton_Quesnel_19181111_NB
Cliché Quesnel Argenton - le 11 novembre 1918 rue Gambetta

En ce 11 novembre, le photographe argentonnais Quesnel a juste à sortir de son magasin (à gauche) et a posé son appareil au milieu de la rue de la Gare. Les drapeaux ornent les balcons et fenêtres. La population manifeste sa joie à l'annonce de ce moment tant attendu. On notera que seuls, 2 hommes figurent au premier plan.

Pendant ce temps, au front, voici le témoignage du capitaine Laurentin qui se trouvait alors au 219e RI suite à la dissolution du 268e en juin 1918:

Le bataillon retourne à l’arrière, à Guignicourt, nous voici arrivés dans le village tout endormi. Un cycliste passe et affirme : « L’armistice est signé. »
Dieu, si c’était vrai !
7 h. 30. - « Armistice, armistice ! » Tout le monde le dit ; on se félicite, on s’interroge : « Qui te l’a dit. Un cycliste. – Un lieutenant de la lourde. – Un téléphoniste. » Le soldat n’en demande pas plus. Voici une troupe du 93 qui revient, boueuse et lasse, des premières lignes : « C’est fini, leur crie-t-on, c’est signé ! » Les figures s’illuminent de sourires épanouis : « Oh mon vieux ! »
C’est tout. Rien des bruyantes manifestations d’enthousiasme qui saluèrent la déclaration de guerre. Ils ne jettent point leurs armes pendantes. Ils ne quittent pas le rang ; seulement ils relèvent la tête, des têtes joyeuses de braves gens, incapables de désordres et d’excès, même au milieu de la victoire.
Ah ! Ma chère France !

 


 A propos de la question régulièrement posée: Combien de soldats de l’Indre sont morts pendant le conflit 1914/1918? je reprend ici un ancien message de ce blog:

Combien de soldats de l’Indre sont morts pendant le conflit 1914/1918? Pour répondre à une telle question, on pourrait se contenter des chiffres avancés par la presse de l’époque.

 

Journal
Journal du Département de l’Indre – 7 novembre 1932 – collection AD36 R909_3

 Cependant, lors des différentes recherches entreprises, il n’a pas été possible de retrouver une source officielle indiquant le nombre de décès, mais surtout indiquant la procédure de calcul et les sources d’un tel chiffre.
Tout d’abord, avant de commencer un éventuel comptage, il est nécessaire de définir qu’est ce qu’un « Indrien » ?

 S’agit-il d’un natif ?

  • Mais s’il est resté juste un mois après sa naissance, est il encore du département?

 

  • S’agit-il d’un résidant ?
    Mais alors combien de temps faut-il résider pour être comptabilisé?

 

  • A-t-il eu son acte de décès transcrit dans le département ?
    Certains soldats morts dans des hôpitaux du département eurent leur acte de décès transcrit sur le lieu même, ainsi le tirailleur LAMA Bamba dont la transcription eut lieu à Argenton.

 

  • Doit-on considérer le moment du recrutement militaire comme position de référence ? Mais dans le cas de ces lieux de recrutement Châteauroux / Le Blanc, ce dernier lieu englobe aussi bien des cantons de l’Indre que des cantons d’Indre et Loire et de la Vienne.

 

A vrai dire, je ne sais clairement le définir, et la solution de facilité consiste à se limiter aux sources rapidement accessibles et ainsi de se contenter des natifs du département issus de la base de Mémoires des Hommes.

 J’ai cependant voulu aller un peu plus loin en m’appuyant sur les listes existantes, certes imparfaites, mais donnant déjà un bon angle de vue. Ceci permet de trouver d’autres cas de soldats.

 Reprenons maintenant, les différents fonds répertoriés et connus :

 

Les monuments aux morts (MAM) :

 Il s’agit là de la source la plus visible, puisque présente tous les jours dans toutes les communes de France.
Je me suis appuyé sur les données issues du site Mémorial Gen Web. Le département de l’Indre est entièrement relevé. Cela permet d’obtenir une liste de 11.775 noms sur les 248 communes du département. Ce comptage a des limites en l’absence d’écrits concernant l’élaboration des listes. Ce chiffre est aussi à prendre avec précaution, car c’est notamment celui-ci qui permettait de calibrer la subvention versée par l’Etat aux communes conformément à l’article 81 de la loi du 31 juillet 1920. Certaines communes semblèrent « abusées » de ce fait, car de nombreux noms gravés sont finalement restés sans réponse au regard du recoupement avec les autres sources
On ne peut que constater des incohérences (noms sur plusieurs monuments, noms inconnus, certaines familles refusèrent l’inscription de leur enfant sur le monument communal). Le chiffre issu des monuments a vraisemblablement inspiré le journaliste de 1932.

 

Le Livre d’or départemental (LO) :

 Le texte de loi régissant ce Livre d’Or, étant plus strict dans son application (uniquement natif ou résident) que celui régissant la gravure des noms sur les monuments aux morts. Il est donc potentiellement une meilleure source que celui régissant le monument où le Maire était plus libre pour l’inscription (Certains non-Morts pour la France furent inscrits, mais dans la commune d’à côté).
La mise en ligne des Livres d'Or par le site des Archives Nationales permet de cibler 9.643 noms.

 

Les fiches Mémoires des Hommes (MDH) :

 Sur le site ministériel, les critères de recherche sont multiples, mais le seul champ actuellement et valablement renseigné est celui du département de naissance.
Les fiches accessibles sont celles des soldats « Morts pour la France » (MPF), mais aussi celles provenant du  deuxième fichier dit des « Non mort pour la France » (NMPF).
Il faut cependant se méfier du laïus « NMPF » des dites fiches qui a été rajouté car ce 2ème fichier contient aussi des MPLF (Pour rappel, l’acte de décès est la seule pièce administrative ayant valeur juridique concernant la mention « Mort pour la France »).
Nous obtenons donc 10.944 cas différents (A la date du jour, de nombreuses fiches du site sont en doubles et une opération de nettoyage est d’ailleurs prévue par l’administration du site, le décompte présenté tient compte de ces doublons).

 

Les fiches matricules (FM) :

 Même si nous sommes déjà en 2015 et que le Centenaire 1914-1918 a commencé depuis plus d’un an, celles-ci sont toujours inaccessibles via le net. De plus, la base étant le recrutement militaire (Châteauroux et Le Blanc), les fiches sont réparties sur plusieurs départements en ce qui concerne le recrutement du Blanc, il est actuellement impossible d’établir une étude fiable, car cela nécessiterait de compulser un très grand nombre de fiches matricules, une à une.

 Sélection_012

 Si on considère le département de l'Indre, ce sont 60.024 (Châteauroux) et 42.563 (Le Blanc 36), soit 102.587 fiches matricules qu'il faut analyser.
La répartition géographique des bureaux de recrutement Chateauroux et le Blanc:

 

Capture10_BureauxRecrutement

 Le diplôme de Mort pour la France :

 Aux Archives départementales de l’Indre, en série R892, deux cahiers comptabilisent les remises de diplômes qui furent transmis aux communes pour être remis aux familles de soldats « Mort pour la France ». Cette liste s’arrête en 1924. Le compte est alors de 9.449 diplômes remis. Une fois compilées en tenant compte des doublons et des envois dans les autres départements suite à mauvaise orientation, nous obtenons 9.341 noms.
Il s’agit donc là du chiffre bas de notre estimation, certaines fiches n'ont qu'un lien ténu avec le département. On visualise, par exemple, des cas concernant des familles de réfugiés des territoires occupés qui reçurent les diplômes sur le lieu de leur hébergement, donc dans le département.

 

Les listes de retour des corps :

 Dans les années 1920, il fut donné la possibilité aux familles de rapatrier au « Pays » le corps des défunts. Du fait que les frais engendrés étaient remboursés par l’Etat, la Préfecture de l’Indre tenait à jour une comptabilité de ces retours, cela permet de compléter les listes existantes. ces listes sont conservées aux Archives départementales de l'Indre sous la forme de 2 cahiers.
Au final, seuls 1.707 retours eurent lieu (du moins furent enregistrés). A la suite de quelques visites dans les cimetières départementaux, il apparait que d’autres eurent bien lieu (avant/après ?), mais ne furent pas enregistrés dans le cadre de cette opération administrative.

 ______________________________________

 De telles incertitudes ne permettent pas actuellement d’annoncer un chiffre précis. L’étude que j’avais entrepris depuis plusieurs années et que je vous présente ci-dessous est le fruit d’un recoupement entre ces 5 sources (Mémoires des Hommes, Mémorial-Gen-Web, Livre d’Or, Remise de diplômes de MPF et Retour des corps).
Cela consiste donc en un subtil recoupement entre toutes ces données, tout en définissant un cadre strict (Par exemple, une homonymie ne suffit pas pour rassembler 2 cas). Le travail étant terminé depuis quelques jours seulement, nous arrivons à quelques 13.908 cas différents, induisant, à coup sur que le nombre est inférieur.

 Je vous livre donc ci-dessous ma liste (qui restera toujours en évolution) des 13.908 cas relevés. Les points d'entrées sont multiples et vous pouvez utiliser les filtres que propose Excel.

 La nouvelle phase d’évolution de ce fichier est donc de compléter avec les lieux de sépultures (travail en cours) et avec la recherche des actes de décès, car il est bon de rappeler que du point de vue de la loi française, seule la mention MPF sur l’acte de décès est preuve de l’obtention de cette mention.

 Comme il ne m'appartient pas de définir qui est un Indrien (natif? résident? ...), tous les cas repris dans le lien présenté ci-dessous concernent le département de l'Indre plus ou moins directement.
Par exemple vous trouverez les noms de soldats du Nord de la France, dont les familles hébergées dans l'Indre pendant le conflit reçurent le diplôme de MPF sur leur lieu d'hébergement (donc dans l'Indre), je ne pouvais décemment les ignorer et ainsi les retirer de la base que j’essaye de constituer, ce d’autant que pour certains, ils figurent alors sur un MAM de l’Indre mais aussi dans leur département d’origine.
La saisie s'effectue au fil de l'eau et de temps disponibles.

 

Le monument virtuel des soldats indriens morts en 14/18
Cliquez ICI pour y accèder

 Essayons maintenant d’effectuer une rapide analyse dans la mesure de ce qui est possible grâce à ces données collectées :

 Les « Natifs de l’Indre » :
Volontairement, je prend comme référence la liste des natifs que l’on obtient à partir des différentes sources et ce malgré tout, en faisant fi des avertissements précédemment signalés.

 10.944 cas différents de natifs de l’Indre sont en base dont 10.591 figurent dans le fichier principal de Mémoires des Hommes et 339 figurent dans le fichier secondaire dit des « NMPF ». On notera cependant que 14 soldats ne figurent dans aucun fichier sur Mémoires des Hommes (0,13%).

 Si nous connaissons la date de naissance, nous ne connaissons la date de transcription de l’acte de décès que pour 9800 et seuls 7869 ont vu leur acte de décès transcrit dans le département de l’Indre.

 Toujours concernant les 10.944 « natifs de l’Indre », 90% soit 9.871 sont inscrits sur 1 monument aux morts (MAM) dont 8.851 sur un MAM implantés dans le département. On notera d’ailleurs que 676 sont inscrits sur au moins 2 monuments et parmi eux 11 sont présents sur 3 monuments différents.

 A partir de la liste des Natifs de l’Indre, observons le lieu de leur décès :

 Capture_DepartDeces

 

Sans grande surprise, il est à noter que les secteurs de combats les plus représentés sont : La Meuse, la Marne et la Belgique qui constituent le trio de tête.
A noter cependant que derrière la présence de la Meuse cache une réalité bien souvent oubliée. En effet, 35% des pertes en Meuse sont liées aux combats des années 1914 et 1915 et donc ne sont pas liées à la bataille de Verdun qui ne se déclencha qu’en février 1916. Ce sont les victimes des secteurs de Marbotte, Lachalade.

 De cette liste de pertes, il est possible d’observer leur chronologie :

 RepartitionAnnuellesNatifs

 

CaptureChronologie

 Les principales pertes concernent la période 1914, en effet, la retraite, la bataille de la Marne tout d’abord puis le début de l’hiver 1914 furent des périodes où les pertes furent nombreuses, tant pour les hommes mobilisés au sein du 9e corps qui combattirent dans la Marne puis dans le secteur d’Ypres que pour ceux du 8e corps qui combattirent en Woëvre et en Meurthe et Moselle.

 Les pics suivants correspondent principalement aux engagements liés aux grandes batailles (Champagne 1915, Verdun 1916, Somme 1916, Aisne 1917, …).

 Si dans le cadre de cette étude, nous étudions les soldats natifs de l’Indre et morts lors du conflit, par l’intermédiaire de la fiche MDH, il est possible de connaitre le bureau de recrutement. Cette donnée permet de connaitre la position géographique d’un soldat à l’âge de 20 ans.
Ceci est pertinent pour connaitre l’attache d’un soldat au moment du conflit, mais est à relativiser en fonction de l’âge du soldat. Plus le soldat est ancien, plus l’époque du recrutement s’éloigne et plus il a de chances d’avoir changé de résidence entre la conscription et la mobilisation de 1914.

 CaptureRecrutement

 88% des natifs de l’Indre étaient encore dans le département lors de leur conscription (63% Châteauroux et 25% Le Blanc). Les migrations s’effectuent naturellement vers les départements limitrophes (Cher, Creuse, Loir et Cher, Indre et Loire, Loir et Cher), mais surtout sur la grosse métropole que représente la région parisienne (Bureaux de la Seine, de Versailles).

 Maintenant regardons les lieux de transcription, qui sont donc les lieux de rattachement des soldats au moment de leur décès.

 Nota : Les fiches MDH ont une particularité. Nombreuses sont celles où figure la mention DC dans la zone de transcription (Cas 1), dans certaines il s’agit d’envoi mais la mention DC n’est pas indiquée (cas 2), les dates indiquées sont celles de l’envoi de la transcription à la mairie concernée et non la date de la transcription elle-même (Cas 3 et 4).

 CaptureFicheDC_1 CaptureFicheDC_2

 

CaptureFicheSansDC_1 CaptureFicheSansDC_2

 Sur les 10.944 natifs de l’Indre, 8.626 ont une transcription de l’acte de décès qui eue lieu dans le département et 2.107 eurent leur acte de décès transcris dans d’autres départements. Seuls pour 281 cas, le lieu de transcription est non renseigné.

 Capture_Transcription

 Sans grande surprise, Paris notamment et la région parisienne figurent en bonne place dans les destinations de résidence suite à des choix de migrations, une volonté de quitter le pays pour tenter sa chance. Les départements limitrophes (18, 23, 37, 41, 86) sont légitimement des départements que l’on trouve dans le haut de ce classement.

 A toute cette statistique, je rajoute le travail (incomplet) que j'avais effectué en 2012 en recoupant les nombres de noms sur les monuments aux morts du département et les effectifs de population des communes du département recensés en 1911 (dernier recensement avec le conflit)

 CaptureMGW

 Logo_Bleuet_de_France


Le 11 novembre, je pense à nos anciens
Aidez le Souvenir Français pour l'entretien des sépultures

Maurice Larentin, "Carnets d’un fantassin de 1914", Editions Arthaud, 1965, p. 237

Posté par Indre1418 à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2018

Un bilan de l'été 2018, les 12177 soldats du département.

Sur le blog annexe Indre1418soldats, nous avons fini de créer les fiches pour les années 1914 à 1919. Et oui, nous avons un peu d'avance sur le calendrier. Ce sont pas moins de 12177 fiches qui ont été crées.

CaptureLogo
http://indre1418soldats.canalblog.com/

Ce recensement a permis jusque là de faire quelques découvertes:

- Ce sont pas moins de 1189 noms figurant sur les monuments pour lesquels nous n'avons pas trouvé de concordance certaine avec les autres sources (Un nom, une initiale ne suffisent pas toujours à identifier un défunt).

- Des cas de soldats morts pour la France ou non ont clairement été identifiés, présents sur plusieurs sources et absents sur la principale d'entre elles, le fichier Mémoires des Hommes. L'utilisation de l'état-civil "Décès" permet de faire apparaitre certains cas.
Voici par exemple, le cas du soldat Selleron de Cluis, reformé n°2 juste avant son décès, donc nécessairement Non MPF, mais dont leparcours justifie d'une mention dans le fichier national (Sa fiche matricule)

Capture2

Afin de parfaire la liste et de rajouter des données complémentaires, sous peu, nous mettrons à disposition cette liste d'incertains afin qu'éventuellement vous puissiez nous aider. Parfois un éclairage extérieur permet de sortir la tête de l'ornière.

Posté par Indre1418 à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


26 juin 2018

Indre1418, le mémorial départemental: 12.000 fiches et le travail continue

Et oui, 12.000 fiches sont déjà saisies sur le Mémorial départemental que nous avons entrepris Didier et moi.
Certes, fonctionnant à la mode du "Il y a 100 ans", seules 10.500 fiches sont en ligne, mais depuis quelques jours, nous avons passé le seuil de l'année 1918 et avons donc entrepris la saisie des fiches de 1919 notamment.

Le Mémorial Départemental de l'Indre

 

Bandeau_Prefecture2

 


En parallèle, un gros travail de nettoyage de la base est toujours en cours. En effet, ce sont pas moins de 1000 cas que nous ne savons pas actuellement classer par manque d'informations. Apparaissant sur un Monument, sur une remise de diplomes, mais n'apparaissant sur aucun autre document, il est nécessaire d'entamer une recherche plus poussée tant dans les bases nationales (MémorialGenWeb, Mémoires des Hommes, GrandMémorial, ...) que dans les données généalogiques pour tâcher de comprendre la cause de la mention de tel ou tel patronyme.

Ainsi, Auguste ALADENISE figurant sur le Monument de Montgivray est il celui qui qui figure sur le Monument et le Livre d'Or de Sassierges?
Qui est ce MERMINET FA sur celui de Buzançais? Qui est ce POPINEAU René Eugène dont le diplome de Mort pour la France fut envoyé à La Vernelle et ce PREVOST L dont le diplome fut envoyé à Sainte Sévère? ...

Autre exemple, basée à l'origine sur les fiches Mémoires des Hommes, il apparait aujourd'hui que 31 soldats Morts pour la France issus du département n'ont pas de fiches MDH.

Nous tenons à remercier tous les internautes qui nous aident à compléter cette base, qui nous transmettent des clichés, des documents. Merci à eux.

L'enquète continue ...

Posté par Indre1418 à 09:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

01 novembre 2017

Comprendre les Monuments aux Morts de nos villes et campagnes (via CNRS)

Le mois de novembre est devenu dans le département, un mois propice au souvenir. Les associations patriotiques se retrouveront le 11 devant le monument, les associations d'Histoire locale et/ou de Généalogie produisent des expositions, des conférences sur le conflit.
Lors de chaque commémoration, lors du passage dans un des bourgs de nos villages, nous sommes toujours confronté à ce qui reste un des piliers de la Mémoire des conflits et des pertes associées. Ce pilier est particulièrement bien représenté dans nos communes par le monument aux morts communal.

Pourquoi des monuments? Pourquoi y a-t-il une liste de noms (ou pas d'ailleurs), y sont-ils tous? Que représente la statuaire du monument de ma commune? Voilà de nombreuses questions que nous nous sommes tous poser.

P1060397_DunLePoelier P1060417_Issoudun

P1060549_LaChatre

En 2014, un film intitulé "Rendez-vous aux monuments aux morts" aborda la symbolique et nous permet de les comprendre au travers des explications de nos historiens comtemporains. Le CNRS, via son site, nous permet de visionner divers extraits concerant des thématiques:

"Pourquoi les monuments aux morts?": http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4708

"Les noms des monuments aux morts": http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4710

"Histoires singulières": http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4711

"Mémoires et monuments aux morts": http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4712

"Typologie des monuments aux morts": http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4714

 

Pour visionner l'intégralité du film "Rendez-vous aux monuments aux morts", on pourra suivre le lien en cliquant l'image ci-dessous: 

Capture

 

 

 

 

Posté par Indre1418 à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 septembre 2017

Les monuments indriens (11) Gargilesse-Dampierre

Cette rubrique ayant trait aux monuments aux morts du département n’avait pas fait l’objet de mise en ligne depuis longtemps. Ayant profité de l’été, je m’attèle donc à vous faire partager une nouvelle page et un nouveau monument.
Pour faire simple, voici un monument que j'ai souvent l'occasion de voir en tant que voisin, celui de la commune de Gargilesse Dampierre.

Cette commune est le fruit de la fusion en 1823 de la commune de Gargilesse et de celle de Dampierre. Elle ne prit le nom de Gargilesse Dampierre qu’en 1947.

Aucun monument 14/18 n’est visible à Dampierre. Quelques plaques individuelles sont visibles au cimetière. A Gargilesse, il n’a pas été trouvé de plaque paroissiale dans l’église Notre Dame, seules quelques plaques sont visibles au cimetière du bourg sur les sépultures individuelles.

Seul le monument non loin de l’ancienne école et surplombant l’actuelle mairie a été trouvé. Ce monument m’a toujours intrigué car il est d’un accès peu pratique et semble posé sur la corniche, donc rendant peu pratique le cérémonial qui s’y tient aux diverses dates des commémorations.

Pourquoi a-t-on perché là ce monument?

P1050821 MonumentGargilesse1

Lors d’anciennes recherches aux Archives départementales de l’Indre, j’avais trouvé un recensement des monuments du département (R909-3) effectué à la demande du Préfet, en 1932, la fiche ayant trait à Gargilesse indiquait :

- Existe-t-il un monument ou une plaque commémorative ? Oui
- Description sommaire : Simple stèle en schiste du pays surmonté d’un couronnement de granit surmonté d’un vase funéraire. Aspect à la fois sobre et impressionnant. Hauteur 3m40 largeur à la base 2m25
- Dans quels lieux sont-ils érigés ? A mi- pente sur un terrain dominant le bourg par la route Argenton-Gargilesse. Escalier d’accès bordé d’obus reliés par une chaine trainante.
- Combien de noms y sont gravés ? Trente-cinq noms.
- Quel en a été le coût ? Approximativement 6000 francs
- Par qui la dépense a-t-elle été supportée ?
                    Souscription publique néant
                    
Subvention de l’Etat 320 francs
                    
Budget communal 5500 francs environ

- Date d’inauguration Non inauguré, cérémonie remise

24 juillet 1932 Le Maire

On peut tout d’abord tirer plusieurs renseignements de ce document:

A la date du document, soit 1932, 14 ans après l’armistice, le monument n’est toujours pas inauguré en tant que tel. On notera aussi que le financement est quasi purement local, l’aide de l’Etat représentant environ 5% du cout total et que seul le budget municipal fut sollicité.

Avec ce document, était joint un plan de situation (en bleu) du monument qui permet donc à la préfecture de visualiser ledit monument. Une carte postale fut aussi éditée attestant de la réalisation.

P1060345_gargilesse_1 P1060345_gargilesse_2

MAM_Gargilesse

Lorsque je découvris ces documents, je compris alors que la position n'était pas si incongrue que je le pensais.
En effet, en l'absence des données trouvées aux Archives Départementales, je restais sur un non-dit concernant ce positionnement. Pourquoi avoir l'idée de mettre ce monument en ce lieu?
Quasiment en face de l'école, en visu depuis l'église et depuis la mairie, le monument tient son rôle. Un chemin existe encore depuis la mairie montant à ce Monument et est dans la continuité supposée de l'escalier menant au monument.

Cependant l'escalier, les chaines, les obus ont disparus. On notera aussi que tant sur les plans, sur la carte postale et sur le monument existant actuellement, l'urne funériare n'apparait pas. La symbolique en a donc été modifiée et rend plus difficile la lecture du monument.
Concernant la typologie des monuments, il est possible de se reporter au classement qu'en fit l'historien Antoine Prost et qui est détaillée ici: https://www.fontesdart.org/la-typologie-des-monuments-aux-morts/

Le temps passant, les besoins et usages changeant, l’escalier permettant l’accès au monument a disparu. Vraisemblablement suite à l’élargissement de la route située juste au pied afin de correspondre aux besoins de locomotion actuels, l’accès au monument fut donc transformé. L’accès se fait maintenant depuis le haut du monument et seule la petite plateforme située devant permet de se tenir face au monument.

CaptureGargilesse1

D'autres détails concernant ce monument (démarches administratives jusqu'en 1921) sur la base des Monuments aux Morts de Lille 3

Sources:
Collection de l'auteur
Archives départementales Indre R909-3

 

Posté par Indre1418 à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2015

La difficulté pour retrouver un soldat ou l’intérêt de recouper un maximum de données.

A partir de la liste des soldats issue des monuments aux morts (MAM) départementaux, il n’est pas rare de faire chou blanc et de ne pas retrouver la fiche Mémoires des Hommes (MDH) qui correspond aux noms gravés sur ces mêmes monuments. Pour résoudre ce problème, il est alors conseillé de faire appel à d’autres sources :

La première possibilité est que la fiche issue du site Mémoires des Hommes n’existe pas, en effet, comme l’indique ledit site « Cet ensemble de fiches nous a été transmis tel qu’il a été constitué et ne prétend pas à l’exhaustivité. »
La deuxième est que sur la fiche MDH ne figure pas assez d’indices pour rattacher le nom gravé et ladite fiche. Il faut alors passer par d’autres sources.

Rencontrant souvent ce cas, je vous présente ci-dessous une des techniques de recoupement utilisée et particulièrement le cas d’utilisation des listes issues des remises de « diplômes de Mort pour la France » que l’on peut trouver aux archives départementales et qui furent tenues par la préfecture de l’Indre et consultable en R982.

Prenons un exemple concret.

A partir du site Mémorial Gen Web (MGW), on obtient la liste des noms du monument aux morts de la commune d’Aigurande.
http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=36001&dpt=36&idsource=24605&table=bp04

MAM36_Aigurande1
Collection de l'auteur

 

Parmi les noms, se trouve celui de COUTURIER Alphonse. On notera aussi que ce même nom figure sur le relévé MGW des plaques qui sont situées dans l'église d'Aigurande.

Le premier réflexe est donc de se rendre sur Mémoires des Hommes, en saisissant le nom et le prénom, on obtient une liste de 6 fiches, or, en auscultant chaque fiche on se rend compte qu’aucune ne fait mention du département de l’Indre ou de la ville d’Aigurande.

MDH
Sources Capture Ecran Mémoires des Hommes

A force d’effectuer ce type de recherche depuis quelques temps, un premier doute se porte sur 2 fiches.
La première est celle Alphonse Couturier natif du Cher, donc le département voisin et la deuxième est celle de d’Alphonse Victor, lui natif de Paris, or, nombreux sont les enfants de la région du sud du département qui montèrent à la capitale et qui gardèrent des liens forts avec la commune d’origine. A noter aussi que l'on ne trouve pas de trace de soldat Couturier dans les relevés MGW liés au 4e arrondissement de Paris, mais les relevés sont loin d'être complets.

Cependant, tout ceci ne constitue pas des preuves, il est nécessaire d’avoir des renseignements complémentaires.

Première source possible, la consultation du Livre d’Or communal sur le site des Archives Nationales. Pas de chance, si les fiches communales d'Aigurande existent, il y a des manques dans celles-ci (2 feuilles sur 9 sont manquantes). Concernant le Livre d'Or de Paris 4ème, il est plus qu'incomplet puisque comportant que 4 feuillets.
Il faut donc chercher des indices ailleurs.

Autre source possible que je suis actuellement en train de rentrer dans une base de données, le fichier issu des enregistrements de remise des diplômes de Morts pour la France que l'on trouve aux Archives Départementales (ADI36-R982). Au numéro d’enregistrement 5004, il est indiqué :

CaptureR982
Sources Archives Départementales Indre - R982

5004 - Couturier Alphonse - Sold. - 303e Inf – Aigurande.

En retournant sur Mémoires des Hommes, en regardant le numéro d'unité, il est alors possible de faire le lien avec le parisien Alphonse Victor.

archives_D570148R
Sources Mémoires des Hommes

Pour information, actuellement ce sont pas moins de 1411 noms présents sur les Monuments de l'Indre que je n'arrive pas à identifier sur Mémoires des Hommes (sur un total de 11500 noms inscrits).

Suite à la diffusion de ce message, des lecteurs me signalent que l'on peut aussi s'appuyer sur l'Etat-civil, les recensements et autres décomptes de la population.

Posté par Indre1418 à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2015

Une question récurrente : Combien de soldats de l’Indre sont morts pendant la Guerre 14/18?

Pour y répondre, on pourrait se contenter des chiffres avancés par la presse de l’époque.

Journal
Journal du Département de l’Indre – 7 novembre 1932 – collection AD36 R909_3

 

Lors des recherches entreprises, il n’a pas été possible de retrouver une source officielle indiquant le nombre de décès, mais surtout indiquant la procédure et les sources d’un tel chiffre.
Tout d’abord, avant de commencer un éventuel comptage, il est nécessaire de définir qu’est ce qu’un Indrien ?

  • S’agit-il d’un natif ? Mais s’il est resté juste un mois, est il encore du département?
  • S’agit-il d’un résident ? Combien de temps faut-il résider pour être comptabilisé?
  • A-t-il eu son acte de décès transcrit dans le département ? Certains soldats morts dans des hôpitaux du département eurent leur acte de décès transcrit sur le lieu même, ainsi le tirailleur LAMA Bamba dont la transcription eut lieue à Argenton.
  • Doit-on considérer le moment du recrutement militaire comme position de référence ? Châteauroux ? / Le Blanc ? Mais dans le cas de ce dernier lieu cela englobe aussi des cantons d’Indre et Loire et de la Vienne.

A vrai dire, je ne sais clairement le définir, et la solution de facilité consisterait à se limiter aux sources rapidement accessibles et ainsi de se contenter des natifs du département issue de la base de Mémoires des Hommes.

Reprenons maintenant, les différents fonds répertoriés et connus :

Les monuments aux morts : Sources la plus visible, elle permet d’obtenir une liste de 11.775 noms sur les 248 communes du département. Ce comptage a des limites en l’absence d’écrits sur l’élaboration des listes. On ne peut que constater des incohérences (noms sur plusieurs monuments, noms inconnus, certaines familles refusèrent l’inscription de leur enfant sur le monument communal). Le chiffre issu des monuments a vraisemblablement inspiré le journaliste de 1932.

Ce chiffre est cependant à prendre avec précaution, c’est notamment celui-ci qui permettait de calibrer la subvention versée par l’Etat aux communes.

Le Livre d’or départemental : Le texte de loi régissant ce Livre d’Or, étant plus strict dans son application (uniquement natif ou résident), il serait vraisemblablement une meilleure source que celui régissant le monument où le Maire était plus libre pour l’inscription (Certains non-Morts pour la France furent inscrits, mais dans la commune d’à côté). La mise en ligne (partielle*) des Livres d'Or par le site des Archives Nationales permet de cibler 9.257 noms.
* Certaines communes ne sont pas complètes sur le site des Archives Nationales (Aigurande, Ambrault, Anjouin, Ardentes, Argenton, Arthon, Azay, Bagneux, Le Blanc, Les Bordes, Bouesse, Bouges, Buxeuil, Buzançais, Chabris et Chaillac), le chiffre annoncé est donc un chiffre bas.

Le site Mémoires des Hommes : Les critères de recherche sont multiples, mais le seul champ actuellement renseigné est celui du département de naissance. Les fiches accessibles sont celles des soldats « Morts pour la France », mais il existe aussi un deuxième fichier accessibles dit des « Non mort pour la France » qui a été rajouté, il y peu (Pour information, ce 2ème fichier contient aussi des MPLF). On obtient donc 11.388 cas de d'inatifs de l'Indre.

Les fiches matricules : Celles-ci étant actuellement inaccessibles et de plus, la base étant le recrutement militaire (Chateauroux et Le Blanc), les fiches sont réparties sur plusieurs départements en ce qui concerne le recrutement du Blanc, il est actuellement impossible d’établir une étude fiable, car de plus cela nécessiterait de compulser un très grand nombre de fiches matricules, une à une.

Sélection_012


 

A noter que depuis la rédaction de cet article, la mise en ligne des fiches matricules a été effectuée courant été 2016


 

Le diplôme de Mort pour la France : Aux Archives départementales, en série R892, deux cahiers comptabilisent les remises de diplômes qui furent transmis aux communes pour être remis aux familles de soldats « Mort pour la France ». Cette liste s’arrête en 1924. Le compte est alors de 9.449 diplômes remis. Il s’agit donc là du chiffre bas de notre estimation, certaines fiches n'ont qu'un lien ténu avec le département. On visualise, par exemple, des cas concernant des familles de réfugiés des territoires occupés qui reçurent les diplômes sur le lieu de leur hébergement, donc dans le département.

 

De telles incertitudes ne permettent pas actuellement d’annoncer un chiffre précis. L’étude en cours consiste donc en un subtil recoupement entre toutes ces sources, tout en définissant un cadre strict. En l'état du dépouillement, nous arrivons à quelques 13.600 cas différents, induisant, à coup, sur que le nombre est inférieur. Le 11.500 de la presse de l'époque est donc encore valable.

Je vous livre ci-dessous ma liste (toujours en évolution) des 13600 cas relevés, elle est présentée sous la forme d'un monument virtuel au travers d'un blog à la mode "Il y a 100 ans". Les points d'entrées sont multiples. Les 4 sources utilisées sont:

  • Mémorial Gen Web (Monuments aux morts)
  • Les Livres d'Or du département de l'Indre
  • Les listes du Diplome des Morts pour la France (dépouillement toujours en cours)
  • Les fiches Mémoires des Hommes (Morts pour la France et non Morts pour la France)

Comme il ne m'appartient pas de définir qui est un Indrien (natif? résident? ...), tous les cas concernent le département de l'Indre plus ou moins directement. Par exemple vous trouverez les noms de soldats du Nord de la France, dont les familles hébergées dans l'Indre pendant le conflit reçurent le diplome de MPF sur leur lieu d'hébergement (donc dans l'Indre).

Le site des soldats du département de L'indre

Posté par Indre1418 à 17:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :