28 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (28/08/1914)

28 aout 1914 (10 Km):
Toute l'armée doit attaquer. Le 11e CA est à notre droite vers DONCHERY. Toute la journée, canonnade violente, mais nous ne sommes pas engagés. A 21 heures, ordre de battre en retraite. Nous cantonnons au hameau de BELLE-VOLEE (2 km Nord de BOULZICOURT), déjà bondé de troupes. Couchés dans la rue, la tête sur le sec. Les hommes sont éreintés. Pas de distribution. Arrivés à 0h, alerte à 2h.

 

19140828

 

Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

 

 

Posté par Indre1418 à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (27/08/1914)

27 aout 1914 (30 Km):
2 heures du matin, alerte. Et nous repartons grelottant sous la pluie. Tout la journée se passe en marches et contre-marches. Nous sommes un moment en position au château de MONTAUBOIS, près de DOMMERY.
Finalement, nous arrivons à LAUNOIS.

 

19140827

Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (26/08/1914)

26 aout 1914 (10 Km)
Nous restons toute la journée en position d'attente. Tout le village est organisé. Les habitants à la vue de nos préparations l'évacuent peu à peu. Des bruits sinistres nous parviennent. On dit CHARLEVILLE occupé. A 17 heures, les Allemands attaquent à notre gauche vers RIMOGNE. Ils sont repoussés. Cependant nous recevons l'ordre de battre en retraite. Un quart d'heure après, HARCY est en flammes. Nous marchons vers le Sud. Il fait une nuit affreusement noire et, pour comble de malchance, une pluie torrentielle nous transperce jusqu'aux os. Nous croisons des éléments du 77e. Eux aussi sont en bien mauvais état. Beaucoup d'hommes n'ont plus de sac. Un moment d'inattention et le sac est dans le fossé. On se débarrasse de tout e qui n'est pas strictement nécessaire. Et nous voici à SERVION bondé de troupes.

 

19140826

Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (25/08/1914)

25 aout 1914 (20 Km):
A 2 heures, alerte. Nous repartons l'estomac toujours vide. Nous quittons CHARLEVILLE, prenons position sur les hauteurs dominant la ville, puis filons vers le N.O. et arrivons à 14 heures à HARCY où nous cantonnons.

 

19140825

Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (24/08/1914)

24 aout 1914 (30 Km):
A hauteur de SUGNY, nous croisons des troupes d'Afrique, zouaves et tirailleurs, qui font des tranchées. Quelques blessés dans l'église. Les habitants nous regardent passer, silencieux. Mais leurs yeux sont pleins de reproche. Eux qui, il y a trois jours, nous accueillaient en libérateurs, nous voient partir maintenant! Nous essayons de les tranquilliser: "Ils ne sont pas encore là!" Mais nous ne les convainquons pas! Et notre cœur se serre, car nous pensons à NAFRAITURE qui doit être maintenant un monceau de ruines. Devant les portes, de grandes fourragères où les gens empilent en hâte quelques vieux meubles, et des ballots d'habits. Derrière on attache les vaches, les veaux et le lamentable cortège nous suit, après un dernier regard à la vieille maison. Dans les champs, des chevaux, des vaches, des porcs abandonnés.
Nous repassons la frontière et arrivons à CHARLEVILLE à 19 heures, ayant, depuis le 23 au matin, parcouru environ 80 kilomètres.
Pas de distribution
Rencontré des hommes du 77e, du 68e, du 135e.
Le 135e aurait eu de grosses pertes.

19140824


Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

 

Posté par Indre1418 à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (23/08/1914)

23 aout 1914 (30 Km)
2 heures, alerte. Départ direction GEDINNE. Nous passons à HOUDREMONT bondé de troupes, puis entre LOUETTE-SAINT-PIERRE et LOUETTE-SAINT-DENIS où sont campés deux régiments de cuirassiers. Nous croisons des files interminables de convois de toute nature, et quelques prisonniers. Le bruit du canon augmente d'intensité. Les estafettes galopent en tous sens. Subitement, une violente fusillade éclate tout près et nous voyons passer , à brides abattues, un peloton de hussards qui se replie. "Les voilà", nous crient-ils. Et le régiment qui est en colonne de route ! Nous nous jetons dans le bois à notre droite. J'arrive au château de GEDINNE où je me trouve en liaison avec des fantassins du 9ème d'infanterie.
Les hommes sont terrés derrière les arbres, le nez contre la terre, le sac sur la tête. Les balles sifflent et frappent les trons d'arbres avec un bruit sec. On ne voit rien. Impossible de rester là; les Allemands pourraient arriver à dix mètres de nous sans qu'on les voie.
Je ramène mes hommes derrière une haie en bordure de la route, et à 1500 mètres nous voyons les Allemands dévaler la cote 367 en lignes de tirailleurs, comme à la manœuvre. On les aperçoit un instant puis plus rien. Ils se sont couchés dans les betteraves. Une minute , puis ils reparaissent pour s'aplatir 100 mètres plus loin. Et toujours il sort de nouvelles vagues de derrière la crête. Je fais faire des feux de salve, mais sans aucune efficacité probablement. Les balles sifflent de plus en plus. Peu de pertes: 1 tué à la section voisine.
Les obus commencent à éclater, les premiers que nous recevons depuis le début de la guerre, des 77 qui éclatent haut (10 à 15 mètres).
Je reçois l'ordre de repli et viens occuper le cimetière de HOUDREMONT. Je fais crèneler le mur. Mais les obus nous y suivent; démolissant les monuments et faisant sauter les cercueils. Autour de moi, les autres unités se replient. je rejoins mon bataillon et nous reculons vers NAFRAITURE, où nous occupons des tranchées en avant du village, et à 200 m de la lisière d'un bois dont nous surveillons le débouché. La faim se fait sentir.
A 14 heures, des patrouilles ennemies apparaissent à la lisière du bois, tout près de nosu, car notre position n'est pas fameuse.
Les obus commencent à pleuvoir sur notre droite, en direction de BIEVRES, BELLEFONTAINE. Nous apercevons des centaines de petits flocons blancs d'éclatements au-dessus des arbres.
Soudain, à 18 heures, le repli des troupes de droite nous oblige à en faire autant. Mais les 4 compagnies du bataillon, au lieu de se retirer séparément de façon à ne pas attirer l'attention de l'ennemi, ce qui était possible car la nuit commençait à tomber, décrochent ensemble.
Les Allemands s'en rendent aperçoivent, et nous sommes accompagnés d'une grêle de balles et de quelques obus. Des cris malencontreux de "pas de gymnastique" jettent un certain désarroi dans les unités, et ce n'est pas sans peine que je réussis à maintenir l'ordre dans ma section. Nous traversons NAFRAITURE abandonné par les habitants. Au bout d'une heure, nous nous arrêtons dans une clairière. Il fait nuit noire. Les hommes sont éreintés et ont faim.
Dans le lointain des lueurs rouges montent dans le ciel. C'est NAFRAITURE qui brûle. Puis d'autres foyers s'allument, et bientôt l'horizon est jalonné par une ligne de feux. Nous regardons, la rage au cœur,la gorge serrée ...
Nous passons toute la nuit sur cette route de VRESSE. A notre droite, un ravin à pic, à gauche la forêt. Nous avons quitté notre clairière. Les Allemands étaient à nos trousses. On les entendaient parler. Tout à coup, à notre gauche, nous entendons des cris: "En avant! A la baïonnette!" et une fusillade effrénée éclate. Que se passe-t-il? Personne n'en sait rien. Tout un régiment est là, couché,  et l'on entend rien, on ne voit rien.
Et nous reprenons notre marche; on marche 10 minutes. Puis une halte. Pourquoi? On l'ignore. Les hommes tombent comme des masses. Il faut les remettre debout pour repartir. heureusement la perspective d'être prisonnier ne sourit à aucun et ils marchent ... ils marchent toujours.
Enfin le jour parait. Quel soulagement! Quel cauchemar nous avons vécu cette nuit! Nous voici à VRESSE.
Pas de distribution.

19140823

 

Sources:
Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (22/08/1914)

22 aout 1914 (20 Km)
A 2 heures, alerte. Nous filons sur BELLEFONTAINE et je m'établis avec ma section à un croisement de routes, où nous creusons des tranchées. A 16 heures, arrive l'ordre de céder la place au 77ème et de revenir à NAFRAITURE où nous cantonnons.

19140822

Sources: Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)
Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (21/08/1914)

21 aout 1914 (34 Km)
Départ à 7 heures. Nous passons la frontière à PUSSEMANGE, arrivons à MEMBRE à 18 heures et continuons vers BELLEFONTAINE, lorsque à 4 km de là nous recevons un contre-ordre et revenons cantonner à MEMBRE.

19140821

Sources:
Général CARPENTIER "Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne (20/08/1914)

20 aout 1914 (13 Km):
18 heures, arrivée à MEZIERES. Nous allons cantonner à VRIGNE-AUX-BOIS, où nous arrivons à 20 heures. A 22 heures, nous ne sommes toujours pas casés.

19140820

Sources: Général Carpentier 'Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)
Site Géoportail IGN

Posté par Indre1418 à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2010

La 1ère Cie du 90e RI - Des Ardennes à la Marne - Arrivée en ligne

Le 90ème régiment dont il va être question dans le récit qui va suivre, tenait garnison avant la guerre de 1914-18 à CHATEAUROUX. Il appartenait à la 17e Division du 9ème Corps d'Armée dont le Q.G. était à TOURS.
La 1ère Cie du 90e que nous allons suivre au jour le jour jusqu'au 15 septembre est à l'effectif de 250 hommes. Elle comprend peu de réservistes appartenant tous aux plus jeunes classes libérées.
Les hommes sont armés du fusil Lebel, et portent 250 cartouches dans leurs cartouchières et leur musette. Chaque Cie dispose de 2 voitures hippomobiles: une voiture à vivres et à bagages et un caisson à munitions d'infanterie.
Les hommes sont en capote. Dans leur sac, une veste, une deuxième paire de chaussures et leur effets personnels. Ils sont lourdement chargés.
Le recrutement du Régiment est régional, à base de cultivateurs, solides, rustiques, durs à la fatigue, très bons marcheurs.
L'encadrement de la 1ère Cie, le 20 aout1914 est le suivant:
Commandant de Compagnie: Capitaine CONNEAU (Active)
1ère section: Sous-lieutenant CARPENTIER (Active)
2ème section: Sergent-Major PREVOTAL (Active)
3ème section: Adjudant-chef DUMAS (Active)
4ème section: Sous-lieutenant SAINTIN (Réserve)
Le 2 aout 1914 est le 1er jour de la mobilisation
Le 6 aout, le régiment, embarqué en chemin de fer est transporté sur la frontière à l'est de NANCY, où il prend son premier contact avec les troupes allemandes.
Il reste en Lorraine jusqu'au 18 aout 1914.
A cette date, pour faire face à l'offensive allemande qui, violent la neutralité belge, déferle vers le nord de la France, et constitue une menace sérieuse pour notre aile gauche dégarnie, le Haut-commandement décide de transporter le 9ème CA de la Lorraine vers la région de MEZIERES, dans les Ardennes.
Le 18 aout, le 90ème est embarqué près de NANCY
Le 20 aout, il débarque à MEZIERES et entre dans la composition de la IVème Armée. 


Sources: Général CARPENTIER "Revue Militaire" du 25 février 1954 (n°228)

Posté par Indre1418 à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,