15 juillet 2006

Hiver oublié: Les sépultures de Potyze.

Parti en congé me ressourcer, je laisse à votre disposition la liste des 225 photos des sépultures prises en avril à la Nécropole Nationale de Saint Charles de Potyze, à Ypres (Belgique).

t_potyze_entree_060419_111

Si une des photos vous interresse, contactez moi, je m'en occuperais en septembre.

RI068 

Albert Alfred (+27/10/1914) Albin Pierre (+02/11/1914) Arnault Auguste (+31/12/1914) Audis Alix (+16/01/1915) Augier Adrien (+14/11/1914) Bernard Jean Emile (+07/12/1914) Bertrand Marcel (+16/02/1915) Bidault Emile (+09/01/1915) Blanchet Constant (+31/10/1914) Bontor ( ) Bordier Marie (+09/01/1915) Boucher Alfred (+06/11/1914) Bourdier Auguste (+15/12/1914) Bouron Henri (+31/01/1915) Boursier Henri (+13/01/1915) Bouyer Constant (+06/02/1915) Brancon Sylvain (+25/10/1914) Brissonnet Désiré (+06/11/1914) Burban Jean (+06/02/1915) Chambard Victor (+06/11/1914) Charcellay Leon (+25/04/1915) Chartier Roger (+08/01/1915) Chazelas Jean (+01/03/1915) Cire Maurice (+25/01/1915) Clarick Louis (+23/01/1915) Colline Moise (+19/01/1915) Dalus jean (+07/11/1914) David Joseph (+23/01/1915) Deborde Gabriel (+03/12/1914) Decelle Ludovic (+28/01/1915) Deforge Sylvain (+01/02/1915) Deschamps Alphonse (+06/11/1914) Doit Alexandre (+08/11/1914) Dore Henri (+28/04/1915) Dupleix Louis (+10/04/1915) Friou Jules (+27/10/1914) Gatefait Joseph (+20/04/1915) Gaudin Rene (+06/11/1914) Gavalet Eugène (+25/01/1915) Geant Nestor ou Nelson ( ) Geninet Gustave (+11/02/1915) Girodolle Leonard (+25/10/1914) Guérin Louis (+16/01/1915) Guillemot Eugène (+25/10/1914) Imbert Jean (+01/11/1914) Jacquet Joseph (+25/10/1914) Joly Desire (+04/11/1914) Jouanin Emile (+06/04/1915) Laroche Marie (+03/11/1914) Laurency Olivier (+14/11/1914) Levrault Georges (+14/12/1914) Levrier Georges (+25/10/1914) Marechal Maximin (+27/10/1914) Martin Auguste (+07/02/1915) Martinie Antoine (+05/03/1915) Martiniere Fernand (+25/10/1914) Menigaud Louis (+06/11/1914) Meriot Georges (+06/01/1915) Moreau Jules (+07/01/1915) Nebilon Louis (+02/01/1915) Nivet Eugène (+24/12/1914) Pagerie Arthur (+10/02/1915) Pascaud Antoine (+22/11/1914) Percevault Remi (+03/03/1915) Perrigault Frédéric (+06/12/1914) Perseil Arthur (+25/10/1914) Pinault Georges (+06/11/1914) Poinet Alexandre (+10/12/1914) Poivreau Edgard (+16/02/1915) Raphael Fernand (+01/04/1915) Robin Alexandre (+11/11/1914) Rulaud Jules (+25/02/1915) Salmon René (+13/01/1915) Taillandier Raoul (+24/01/1915) Timonier Alfred (+07/12/1914) Vidal Louis (+06/11/1914) Vioux Louis (+25/12/1914) Voisy Arsène (+02/01/1915)

 

 

RI090 

Audebert Antoine (+27/12/1914) Auger Georges (+19/03/1915) Beaudusseau Pierre (+19/02/1915) Beguet Paul (+17/02/1915) Biet Francois (+07/11/1914) Billard Gilles (+11/11/1914) Bonamy Auguste (+26/10/1914) Bonnefous Jean (+27/10/1914) Brunet Jules (+10/02/1915) Cerveux Jules (+29/11/1914) Chambord Sylvain (+09/11/1914) Charaudeau Raoul (+13/12/1914) Chatre Henri (+04/12/1914) Collet Louis (+31/10/1914) Cormier Léon (+31/10/1914) Cotin Eugène (+26/02/1915) Coutant Louis (+26/10/1914) Coutard Marcel (+21/12/1914) Dacarroir Pierre (+12/11/1914) Doucet Jules (+29/01/1915) Dousson Louis (+09/11/1914) Dubost Jules (+06/11/1914) Dupre Julien (+21/12/1914) Epiphane Louis (+09/12/1914) Faure Jean (+31/03/1915) Foucaud Sylvain (+31/10/1914) Galaudier Claude (+25/10/1914) Gallois Lionel (+31/03/1915) Gardette Henri (+31/10/1914) Gastat François (+02/03/1915) Georget Jules (+27/01/1915) Georget Antoine (+28/02/1915) Gillard Paul (+24/12/1914) Goin Paul (+26/10/1914) Goumert Marcel (+26/12/1914) Herault Joseph (+12/11/1914) Juvenez Gaston (+09/11/1914) Limet Joseph (+24/10/1914) Malot Edouard (+24/01/1915) Malot François (+10/11/1914) Mandion Paul (+31/10/1914) Marechal Armand (+20/04/1915) Marsault François (+16/01/1915) Mesnard Henri (+07/11/1914) Mesne Léon (+19/11/1914) Miroux Camille (+18/11/1914) Moreau Maurice (+26/02/1915) Morigeot Georges (+25/10/1914) Morin Moïse (+15/02/1915) Morvan Désiré (+01/04/1915) Pacrau Marie (+02/11/1914) Perrot Eugène (+06/11/1914) Pinault Jean (+05/03/1915) Plaux Raymond (+03/11/1914) Prouteau Albert (+20/11/1914) Remande François (+31/10/1914) Renaud Léon (+12/11/1914) Richoux Pierre (+26/10/1914) Rivaud Germain (+06/11/1914) Robin Vincent (+13/11/1914) Roquet René (+10/11/1914) Roulet Auguste (+08/12/1914) Senechault André (+08/01/1915) Tardy Adrien (+11/11/1914) Thebault Célestin (+08/01/1915) Thebault Emile (+27/01/1915) Thielou Bernard (+03/11/1914) Traumat Emile (+28/02/1915) Tremine Charles (+27/10/1914) Tue Marcel (+26/10/1914) Vareille Antoine (+26/12/1914) Villeroy ( )

 

 

RI268 

Billon Célestin (+10/11/1914) Blanchard Théophile (+02/04/1915) Blanchet François (+06/11/1914) Bottin Léon (+13/01/1915) Bouquet Léon (+06/11/1914) Brunet Eugene (+06/11/1914) Charpentier Ernest (+16/02/1915) Charraudeau Georges (+12/11/1914) Chier François (+24/11/1914) Cirot Constant (+06/11/1914) Couturaud Sylvain (+06/11/1914) Demay Edmond (+19/12/1914) Desforges Joseph (+05/10/1914) Desperches Arthur (+24/12/1914) Detais Henri (+25/03/1915) Duplant Henri (+30/01/1915) Durand louis (+06/11/1914) Gervais Pierre (+03/03/1915) Giraud Sylvain (+24/11/1914) Glain Henri (+03/03/1915) Guenee Marice (+23/02/1915) Guillemet Célestin (+31/10/1914) Henault Henri (+24/01/1915) Labesse Albert (+25/10/1914) Lajon Adrien (+08/01/1915) Leclerc Jules (+08/02/1915) Lehoux Octave (+07/11/1914) Mathieu Eugène (+25/10/1914) Mureau Daniel (+30/10/1914) Nau Jean (+29/03/1915) Pinon Jules (+06/11/1914) Rapina Jean (+24/02/1915) Reverdy Paul (+30/01/1915) Rigollet Louis (+06/11/1914) Schmidt Charles (+20/12/1914) Tanchoux Ludovic (+02/01/1915) Tixer Paul (+03/04/1915)

 

 

RI290 

Aubry Léon (+31/10/1914) Bailly Louis (+19/01/1915) Bardot Charles (+17/02/1915) Berger Fernand (+21/10/1914) Boite Albert (+27/04/1915) Crechet Pierre (+03/02/1915) Deproge Mathieu (+30/10/1914) Duranthon Pierre (+10/04/1915) Elet Henri (+28/04/1915) Fabioux Louis (+27/03/1915) Ferrand Paul (+31/10/1914) Gendre Gustave (+20/02/1915) Grenouilloux Henri (+27/10/1914) Gueret Julien (+10/05/1915) Jouhanet Fernand (+31/10/1914) Lacote Georges (+31/10/1914) Lacoudriere Clément (+07/03/1915) Lacoux Lucien (+23/03/1915) Lagautriere Jean (+02/12/1914) Mailloux Eugène (+25/03/1915) Malot Louis (+03/11/1914) Martin Baptiste (+12/11/1914) Meunier Jules (+07/12/1914) Montagnet Emile (+31/10/1914) Morin Sylvain (+13/02/1915) Mouchet Alphonse (+20/01/1915) Periot Louis (+12/01/1915) Petat Alphonse (+11/03/1915) Piot Charles (+31/10/1914) Raveau Charles (+31/10/1914) Renty Ernest (+31/10/1914) Richard Alexandre (+31/10/1914) Robinet Georges (+03/11/1914) Roy Clément (+14/02/1915) Sauzet Eugène (+31/10/1914) Thomas Leon (+31/10/1914) Tidiere Léon (+31/10/1914) Tixier Alexandre (+03/12/1914)

ypres_stcharlespotyze

Posté par Indre1418 à 17:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


15 mai 2006

Les pertes de la 17e DI

Etat des pertes de la 17e DI pendant l’attaque à la cote 304 (sources Lange)

pertes17edi1

Effectif approximatif: 8200      Total des pertes: 3683      Proportion: 45%

.

.

En comparaison avec les données de Lange, toujours dans la recherche des fiches des « Morts pour la France » par l’intermédiaire du site Mémoires Des Hommes, mon état statistique concernant la cote 304 s’établit comme suit (à la date du 04/04/2006):

RI068 : 220 « Morts pour la France » dont :
                                                                             177 tués à l’ennemi
                                                                              17 blessures de guerre
                                                                              18 disparus
                                                                              8 sans indications

RI090 : 210 « Morts pour la France » dont :
                                                                              176 tués à l’ennemi
                                                                              21 blessures de guerre
 
                                                                            11 disparus
                                                                              2 sans indications

RI268 : 134 « Morts pour la France » dont :
                                                                              118 tués à l’ennemi
                                                                              12 blessures de guerre
                                                                              2 disparus
                                                                              1 sans indications

RI290 : 119 « Morts pour la France » dont :
                                                                              104 tués à l’ennemi
                                                                              14 blessures de guerre
                                                                              1 disparu

monument_cote304

Monument de la Cote 304

Aux défenseurs de la cote 304- Aux dix mille morts héroïques dont le sang imprégna cette terre

Merci à Mireille Salvi pour la photo

Posté par Indre1418 à 18:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 septembre 2005

Triste bilan

L'attaque du 25 septembre 1915 à Blairville sema la mort au sein du 268e RI. Voici ceux que j'ai actuellement retrouvé, mais dont la liste officielle est certainement beaucoup plus longue.

ri268_ficheuxmam_19150925_2

Monument aux morts de Ficheux (Pas de Calais)

Plaque commémorative Souvenir Français

Attaque du 25-09-1915 Moulin de Ficheux
4e Régiment mixte de zouaves tirailleurs, 268e régiment d'infanterie
contre 133e régiment d'infanterie Saxon

Merci à David Marez pour son aide, son appareil photo et sa disponibilité

Sous-lieutenants
FILLAUD Louis - JOURNEAU Albans - VIOT Samuel

Aspirant
VITEAU Honore

Adjudants
ANDRE André - BARDIN Albert - VIROLLEAU Alfred

Sergents
BODIN Georges - CAZAUX Marcel - MOREAU Roger - SINAULT Aime

Caporaux
BARRET François - CHASSELAY Georges - PENOT Roger - VIGNAULT Emile - VOYER Eugène

Soldats
AUDOIN Jean - AVENET Jules - BANNIER Prudent - BARBAULT Louis - BARBOTTIN Octave - BARROT Paul - BEAUVAIS Joseph - BELLIER Désiré - BENOIST François - BERGERON Alfred - BERNIER Honore - BODIN Julien - BODINEAU Baptiste - BROUSSARD Julien - BRULET Henri - BRUNEAU Louis - CARILLON Jean - CHAFFRAIX Léon - CHARRE François - CHEVALIER Vincent - CHILOUET Louis - CIMBAULT Jules - DECHARTE Angel - DESAINTLOUP Paul - DESCLOUX Moise - DUPRE Amédée - DUVIGNEAU Antoine - FORGET Alphonse - GAUDIN Henri - GENOT Joseph - GUIGNARD Alexandre - LANNAUD Désiré - MAILLOCHON Hippolyte - MARCHE René - MARCHEZ Désiré - MELLIN Alcide - MOREAU Martin - MOREAU Paul - MOUCHERAT Victor - NAUD Jean - NAUDET Eugène - NIBAUDEAU Mathurin - PINAULT Eugène - PIOFFET Denis - POITOUX François - PORCHER Henri - RAUX Charles - ROGER Baptiste - TANCHOUX Eugène - TANGUY Georges - TARDIF Fernand - TRINQUART Louis - TRUMEAU Charles

Posté par Indre1418 à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2005

"Mes soldats!"

Contrairement aux attentes du commandement, cette offensive s'avéra infructueuse et se traduisit par de sérieuses pertes.

Voici ce qu'en rapporte Maurice Laurentin:
"On ne savait pas encore derrière nous que tout était perdu. Pendant que nous pleurions le désastre, un officier de hussards apparut au poste du colonel, au garde-à-vous, ganté et impeccable, venu jusqu'à nous sans se salir, et souriant sous les obus; beau cavalier qui vient pour la fête: "Mon colonel, dit-il, je viens de la part de mon colonel vous demander s'il faut charger."
Le colonel Mariani leva le bras vers le champ de bataille:
"Mes soldats!" dit-il.
Le hussard se haussa, regarda et vit. Son sourire s'effaça. Il salua, pris soudain du religieux silence qui saisit tout homme dans l'asile des morts".

Voici ce le hussard aurait pu voir et que Maurice Laurentin reporta dans ses carnets:

laurentin_fauches

Attaque loupée - Maurice Laurentin 1915

Sources: Maurice Laurentin - Carnets d'un fantassin de 1914 -Arthaud 1965

Posté par Indre1418 à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 septembre 2005

Le coup passa si près que ...

Voici comment le capitaine Laurentin échappa de peu à la mort, et grâce à une pellicule:

"Je suis allé, ce matin, voir le travail au Poste 10, jusqu'à la parallèle la plus avancée en construction. J'y étais avec le général Néraud et le colonel Mariani. Je venais de tirer la dernière pellicule de mon Kodak et le général scrutait les tranchées d'en face au périscope. Mon appareil photo me sauva la vie.
Les Allemands avaient vu sans doute notre arrivée, et le périscope leur permit de déduire la présence d'un chef. Tandis que le général observait, je pensais que je pouvais mettre une nouvelle bobine de pellicules; j'étais à dix pas de lui; devant moi, un petit abri était creusé sous le parapet, dans le tuf de la tranchée. Je m'y enfonçai, jugeant que l'ombre de l'abri préserverait mes pellicules d'un voile que le soleil pouvait occasionner, même avec un appareil qui se charge en plein jour. J'ouvris mon appareil, je retirai la bobine des pellicules tirées. - "Boum!" Un obus éclate contre le parapet dont les pierres me tombent sur le dos. Une claie, posée à cet endroit, est projetée dans la tranchée.
Sans mon appareil, j'aurais été debout à ce moment-là et fatalement atteint. J'eus un peu de peine à finir mon opération (car les pierrailles avaient sali mon appareil, tandis que les Boches continuaient leurs salves, dont les autres coups, d'ailleurs, me furent moins directement adressés que le premier.
"Pas un cheveu ne tombe de notre tête, sans la permission de Dieu..." Pour préserver ce cheveu, il a suffi d'une pellicule de  ... Vest Pocket Kodak!"

vestpocketjap

Un Vest Pocket Kodak

Sources: Carnet d'un Fantassin de 1914 - Maurice Laurentin - Arthaud 1965
Historique Kodak: http://www.collection-appareils.com/kodak/html/vest_pocket.php

Posté par Indre1418 à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 septembre 2005

Rivière - Travaux de première ligne

"Les travaux ont été poursuivis cette nuit devant la première ligne, sous un feu assez gênant d'obus de tous calibres (105,88,77 et plus petits), de mitrailleuses et de mousqueterie. Le lieutenant Renaud et un soldat ont été sérieusement blessés.
Les Allemands, en face, se fortifient. On les entend frapper sur des piquets, par lesquels ils renforcent, sans doute leurs défenses de fils de fer. Ils piochent toute la nuit. Une patrouille qui protégait les travailleurs, a même vu nriller des cigarettes.
Les Allemands s'aperçoivent de nos sapes; leurs tirs et leurs patrouilles rendent difficile le travail. La position nouvelle est dangereuse. Le colonel a signalé par deux fois l'imprudence qu'il y a de placer des travailleurs à 300 mètres en avant de leurs camarades de la tranchée, qui ne peuvent plus tirer en cas d'attaque, alors qu'aucune position intermédiaire n'est établie, qu'aucune liaison n'est assurée. Le général Néraud n'a pas répondu. Je ne sais s'il la communiqué à la Division.

Pour les grands états-majors, ces considérations pratiques ne peuvent entrer dans la haute stratégie qui préside, je veux le croire, à leurs conseils.
Ils ne pouvaient non plus tenir compte de cette pluie, qui tombe sans pitié et se prolonge sans espoir, ajoutant aux frissons du danger ceux du froid et de l'humidité".

Sources: Maurice Laurentin - Carnets d'un Fantassin de 1914 - Arthaud 1965

riviere_bretencourt
Riviere - Bretancourt

Posté par Indre1418 à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 septembre 2005

268e RI - Secteur de Rivière

Le 268e RI forme Brigade avec le 290e RI. Au sein de cette 304e Brigade, le capitaine Laurentin nous décrit le secteur de rivière:

"1er septembre 1915
Nous occupions depuis hier, devant Brétencourt-Rivière, un front de cinq mètres. Deux compagnies en première ligne, deux compagnies de soutien, le reste du régiment cantonné à Grosville-Rivière, autour du poste du colonel, qui loge au château.

riviere_chateaugrosville
Riviere - Chateau de Grosville

Depuis que les tranchées ont fixé le front à huit cents mètres devant Rivière, au mois d'octobre, la région est restée paisible comme à cent lieues de l'ennemi. Les placides territoriaux du 82e, que nous remplaçons, ont passé dix mois dans la même tranchée sans tirer sur la tranchée adverse, où, l'ennemi, à quelque cinq cents mètres de là, semble dormir aussi"

riviere_191506_11
Eglise de Rivière (62) - Juin 1915

Sources: Maurice Laurentin Carnets d'un fantassin de 1914

Posté par Indre1418 à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juillet 2005

Les embusqués

Petit retour en arrière, en juin 1915, lorsque Maurice Laurentin, officier au 268e RI pourfendait les embusqués. Pendant ce temps, le député Dalbiez préparait son projet de loi modifiant les conditions de mobilisations, surtout ayant pour but de traquer le dit embusqué.

La loi Dalbiez

27 juin 1915

"Dalbiez et autres députés, ne soyez pas trop durs pour l’embusqué honteux qui rase les murs et, tout piteux, se fait montrer d’un doigt moqueur par les commères !

Il y a bien d’autres masques à lever : l’embusqué brillant, galonné, décoré et bien payé des états-majors, qui tombe toutes les femmes et envoie deux mille hommes à la mort dans un terrain qu’il n’a même pas approché et qu’il ne connaît que par la carte, est autrement intolérable. Les embusqués de l’intendance et des services, tous ces épiciers inutilement vêtus de glorieux uniformes militaires, sont autrement encombrants et nuisibles.

Ils pullulent dans les zones de l’arrière, inutiles, insolents, pourris, vêtus de la gloire des autres ; ils pullulent à ce point que, tandis qu’il ne reste plus trois officiers de carrière par régiment, il y a, au moindre état-major de division, cinq, dix et même quinze de ces arrivistes arrivés, tous brevetés, qui ne verront jamais le feu et, après la guerre, feront les nouveaux règlements ! "

Sources : Carnets d’un fantassin de 1914 - Maurice Laurentin - Editions Arthaud 1965

Posté par Indre1418 à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2005

304e brigade - prise des tranchées de Lizerne

De retour de manière précipité en Belgique, les 268e et 290e RI, formant la 304e brigade, prennent secteur au nord-est d'Ypres.
D'abord affectés à la 153e DI, ils passent ensuite en support de la brigade Cherrier (brigade coloniale).
Après une tentative échouée, le 27 avril en direction de Lizerne, les deux unités indriennes attaquent à nouveau:

"L'artillerie devait commencer sa préparation à 14
heures. L'infanterie devait déboucher à 15 heures. Pour faire une bonne préparation, l'artillerie avait placé un Officier observateur dans la tranchée de départ. Il était relié aux batteries par un fil téléphonique.
A 14 heures, les batteries se mirent à taper avec vigueur sur les tranchées allemandes, sur Lizerne, et sur le chemin de Lizerne à Steenstraat. Elles canonnèrent également une grande bâtisse qui dominait tout le terrain au delà de la route de Boesinghe, et qu'on appelait la Maison du Collège.
Les Allemands ne ripostent pas pendant notre préparation, c'est-à-dire qu'ils ne font pas de contre-préparation sur nos tranchées, c'est leur tactique. Ils se réservent pour le moment où l'attaque débouchera. Ils envoient toutefois des obus de gros calibre en arrière de Zuydschoote où ils soupçonnent qu'il peut y avoir des rassemblements de troupes.
Je me suis établi dans la tranchée où j'étais la veille au sud-ouest de Zuydschoote. Les territoriaux occupent toujours la tranchée et je prends place parmi eux. Nous sommes fortement secoués par les gros obus qui n'éclatent pas, ou qui éclatent trop profondément. J'avais avec moi le sous-lieutenant Devilliers et un téléphoniste.
A 15 heures justes, le tir de notre artillerie s'arrête. Il s'établit un silence impressionnant, pendant lequel les Officiers suivis de leurs hommes sautent sur la route. Ceux qui ont le derrière trop lourd sont poussés par les zouaves. Et en avant, les vagues se précipitent vers les tranchées allemandes. Toutes les compagnies se portent en avant, même celles du 5e bataillon. Le spectacle est si beau, qu'un certain nombre de territoriaux qui gardent les tranchées partent aussi. Un sous-officier d'artillerie de liaison est empoigné également. Il lâche son appareil téléphonique et se précipite en avant. Il n'a pas d'arme, il cognera sur les Allemands à coups de poing et de pieds.
Les deux premières lignes de tranchées allemandes sont enlevées d'un seul élan. A la troisième ligne le tir de représailles allemand se déclenche. Les fusils, les mitrailleuses, le canon, tout crache à la fois. Une véritable nappe de balles passe sur la tranchée où je me tiens. De temps à autre je risque un coup d’œil. Impossible de rien distinguer de l'attaque. Tout le terrain était couvert d'une épaisse couche de fumée et de poussière. C'est dans cette atmosphère que se passent alors les combats singuliers qui se produisent à la fin des attaques d'ensemble. En fin de compte, sur les trois lignes enlevées nous en avons conservé deux. Et si nous n'avons pas gardé la troisième, et si nous ne sommes pas allés d'emblée jusqu'au canal, cela tient à ce qu'au Sud de Lizerne nous avons été seuls à sortir de nos tranchées. Comme la veille aucune troupe n'avait débouché, ni à droite, ni à gauche. Du côté de Lizerne nous avons continué à être pris d'enfilade par des mitrailleuses qui étaient restées dans la partie Est du village. Comme nous étions également découverts sur notre flanc droit, les Allemands sont revenus occuper les tranchées qu'ils avaient abandonnées.
En fin de combat, les deux compagnies de tête occupaient la deuxième ligne allemande, les deux compagnies suivantes la première, et les deux compagnies du 5e bataillon la tranchée de départ, autrement dit, la tranchée de première ligne française. Toutes les compagnies travaillèrent activement à organiser le terrain conquis. La 24e notamment creusa une tranchée à droite pour parer à toute attaque de flanc dans cette direction. Les mitrailleuses qui arrivent à leur tour sont mises en position sur les deux flancs.
Nos prises au cours de l'attaque furent de 87 prisonniers dont 2 Officiers. Les Allemands avaient abandonné de nombreuses armes dont 2 mitrailleuses. Pas mal de prisonniers s'étaient échappés par les deux ailes et n'avaient pas été dénombrés au compte du régiment, qui avait cependant été le seul à attaquer.
Vers 19 h. 30, un ordre de la Brigade prescrivit de poursuivre sans interruption l'attaque, pour rejeter définitivement au delà du canal les Allemands qui paraissaient à bout. Si les Allemands étaient à bout nous ne l'étions pas moins. Sur 15 Officiers qui avaient pris part à l'attaque 9 étaient hors de combat. Le Lieutenant Fougère avait été tué, les Sous-Lieutenants Tournier, Moinault, Poirier, Matignon étaient blessés. Le Sous-Lieutenant Tournier avait une blessure particulièrement grave. Une balle venue de côté lui avait emporté le menton. Des maîtres-chirurgiens ont réussi à le guérir longtemps après la guerre. Les compagnies du 6e bataillon qui avaient bien encore perdu 200 hommes étaient hors d'état de recommencer une nouvelle attaque, et les deux compagnies du 5e n'étaient pas suffisantes pour pousser jusqu'au canal. Pour avancer encore, il eût fallu que nous eussions les flancs couverts. Il eût surtout fallu qu'à gauche on nous débarrassât des damnées mitrailleuses de Lizerne. L'ordre de la Brigade recommandait une infiltration par petites attaques à la baïonnette plutôt qu'une opération en masse. Evidemment le Commandement après la première attaque n'avait plus les moyens d'en monter une deuxième. Pour finir, il n'y eût pas plus d'actions de détail que d'ensemble. Cela se produira encore plus d'une fois dans ce secteur".
.
Sources: Eggenspieler "Un régiment de réserve en Berry - Le 290eRI" Bourdier 1932

Posté par Indre1418 à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2005

Maurice Laurentin, arrivée au 268e

Qu’avait donc Maurice Laurentin pour retenir mon attention ?
D’abord qui est il ? Originaire de Cholet, architecte de formation, il a d’abord été mobilisé au sein du 77e RI, puis suivant son chef de corps, le lieutenant colonel Mariani, il est affecté au 268e RI du Blanc le 12 avril 1915.
Il est auteur de deux excellents témoignages intitulés « Le sang de France » et « La victoire des Morts ». Jean Norton-Cru qui lui reprochait un récit « lestement conté » et « une psychologie du combattant guère poussée », lui reconnaissait cependant une certaine valeur.

De plus, après quelques recherches, un jour nouveau m’apparaissait. La découverte de son œuvre combattante se fit par l’intermédiaire de l’achat d’un volume intitulé « Carnet d’un fantassin de 1914 », qui se révélait être la compilation des deux volumes précités. Ce volume a été édité en 1965 aux Editions Arthaud.

Ma surprise fut de découvrir que la préface était de Ménie Grégoire. Que venait faire Ménie Grégoire dans un livre sur 14-18? En vérité, cette dernière se révélait être la fille de Maurice Laurentin, Marie Laurentin (dite Ménie) épouse Grégoire.

Après guerre, Maurice Laurentin redevint architecte, une de ses principales réalisations fut l' Eglise Sacré Coeur de Cholet.

Pour le plaisir des yeux, une illustration de l'auteur, glanée dans les "carnets d'un fantassin de 1914":

 

mauricelaurentin_popote1_resize

Posté par Indre1418 à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,