08 mars 2015

Le moulin de Westhoek

Il y a bien longtemps que je n'avais pas relu le livre "Le 290e, un régiment de réserve du Berry" du colonel Eggenspieler. Ce témoignage fourmille de petites anecdotes qui permettent de compléter le froid JMO de l'unité.

A la veille de partir du front des Flandres, de quitter la Belgique, les 268 et 290e RI quittent la 17e Division pour rejoindre la 18ème. Ils ne quitteront le secteur qu'à la fin de ce mois de mars 1915. Le régiment ne sait pas alors qu'il sera tenu de revenir en urgence suite aux déclenchements des attaques aux gaz d'avril 1915 et ce dans le sinistre secteur de Lizerne - Het-Sas.

Le moulin à vent de Westhock
Près du P.C. de Westhock, il y avait un moulin à vent superbe. Les Allemands ne tiraient pas dessus. Ses ailes gigantesques devaient leur servir de repère.
Le commandement français, lui, pensait que ce moulin pouvait bien servir aux espions pour faire des signaux à l'ennemi, soit en faisant tourner les ailes, soit en faisant tourner le moulin lui-même. Tous les jours, je devais rendre compte si le moulin n'avait pas bougé. Si on avait cette crainte, il était bien facile de l'abattre.
Bref, ce moulin était devenu un point d'attraction pour toutes les corvées qui passaient dans les parages. Chaque groupe emportait quelques morceaux de bois. Le tronc du moulin fut à la longue tellement creusé, qu'un beau matin le moulin s'est effondré dans un fracas épouvantable. Je me précipitais hors du P.C. pour voir ce qui s'était passé. Mon beau moulin était à terre. Cette fois, il avait bien bougé. Mais, autre détail, aussitôt qu'il ne formait plus qu'une énorme masse de bois cassé, celle-ci fut couverte en un clin d’œil d'une nuée de soldats qui avaient surgi de tous les coins de l'horizon. En quelques minutes, il n'y avait plus d'autre bois que la grosse charpente, qui disparut à son tour les jours suivants.

J'ai rendu compte du sinistre.

CaptureBrielen
Des officiers du 290e RI au moulin de Brielen
(Moulin en bois typique de la région de Flandres)

Sources:
"Le 290e, un régiment de réserve du Berry" colonel Eggenspieler - Bourdier Paris 1932
Albums du 290e RI - collection de l'auteur.

Posté par Indre1418 à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 janvier 2015

Le triste bilan de 1914

Il est temps de faire le bilan de l’année 1914.

Dans le courant de l’année 2010, j’avais diffusé des données statistiques sur les pertes globales des régiments du département, mais aujourd’hui intéressons nous uniquement aux pertes de l’année 1914 concernant les 4 régiments d’infanterie basés dans le département de l’Indre. 2 sont dits d’active (68 et 90e R.I.) et 2 sont formés à la mobilisation et sont dits de réserve (268 et 290e R.I.).

Les origines des MPF des régiments indriens

Ce travail n’aurait pu se faire sans le dépouillement systématique des fiches présentes du le site «Mémoires des Hommes» et qui me prit tant de temps, il y a quelques années et d’ailleurs je mis tout autant de temps à saisir celles-ci  au sein d’une base de données afin de pouvoir les exploiter. Une telle étude aurait pu être complétée avantageusement par un dépouillement des fiches matricules, mais la mise en ligne sur le site des Archives Départementales de l’Indre n’est pas encore effective.

Portons quelques précisions sur la période étudiée. En effet, nous ne nous intéressons ici qu’aux pertes de l’année 1914. Sachant que les régiments de l’Indre furent mobilisés dès le 2 aout, nous avons donc 152 jours entre la mobilisation et le 31 décembre 1914.

CaptureNbrePertesRégiments

Si nous comparons les pertes de ces 5 premiers mois avec le total lié au conflit, il est aisé de visualiser la prépondérance de ces pertes 1914 vis-à-vis des pertes globales.

Répartition1914_Conflit

CaptureTableauPertesMDH

Les combats de l’année 1914 (152 jours) représentent 9, 73% du temps que dura le conflit (1651 jours) alors que la proportion des pertes est tout autre. Les graphes suivants permettent de visualiser les taux de pertes. On note ainsi que les pertes des régiments en 1914 varient entre 29,6 et 41,9% des pertes globales (1914-1918).

CapturePertes

Les taux de pertes sont supérieurs au sein des 2 unités de réserve vis-à-vis des unités d’active. Afin de comprendre les différences, il est intéressant de regarder les causes de décès des soldats.

CaptureCausesPertesRégiments

Au sein des unités de réserve, les soldats sont de classes d’âge plus anciennes et de plus, les effectifs sont moindres. Ces unités sont alors structurées autour de 2 bataillons contrairement aux unités d’actives organisées en 3 bataillons.

Malgré des effectifs moindres, on note que les cas de maladies sont aussi nombreux que dans les unités d’active pour le 268ème R.I. et carrément de plus du double pour le 290ème RI. Malgré le fait que je n’ai pu avoir accès aux fiches matricules, sur les 92 fiches « Maladies » du 290e R.I. issues de Mémoires des Hommes, 47 sont liées à l’épidémie de typhoïde à laquelle l’armée française fut confrontée à partir de la mi-octobre 1914. Au 268ème, la proportion est d'un tiers de cas de typhoïde et ce sur la même période.
Les combats se tenant désormais sur une ligne de front statique, au sein de tranchées souvent insalubres. De plus, malgré les périodes de rappel pour exercice, les classes anciennes sont plus impactées par les conditions générales de vie au front. L’utilisation de ces unités comme troupe de première ligne n’était d’ailleurs pas dans les prévisions de l’armée française et l’usure se fit plus rapidement sentir.

Quels furent les secteurs de combat concernés et leur tribu humain ?

CaptureSecteursPertesRégiments

D’abord en position de couverture dans le Grand Couronné de Nancy, les 2 régiments d’active (68 et 90e) vont sur les Ardennes où le grand choc se produit. Le 68ème RI est particulièrement touché du fait de sa position en avant-garde lors de la rencontre avec les troupes ennemies.
Pendant ce temps, les 268 et 290e RI restent aux alentours de Nancy, avec la 18e Division, et résistent à la pression de l’armée allemande.
Le 9e Corps d’Armée (C.A.) est reconstitué lors de la bataille de la Marne où il résiste à l’avancée de la Garde, aux alentours des marais de Saint-Gond. Fin septembre, la guerre de position s'installe, pour le 9e CA, dans le secteur de Prosnes, au nord de la Marne.
A la fin octobre, le Corps d'Armée est envoyé en renfort de l’armée anglaise dans le secteur d’Ypres où il restera jusqu’en mi-1915.

Pour plus de précisions, les pertes indiquées « Zone des armées » correspondent principalement aux pertes dues à la bataille d’Ypres (Flandres belges), mais dont les évacuations eurent lieues dans les hôpitaux du département du Nord ou du Pas de Calais (entre autres) et non pas été assimilés avec ceux qui sont dans la rubrique "Intérieur".

Intéressons à l’origine des soldats qui décédèrent lors de ces 152 jours de la fin de l’année 2014. Reportons sur une carte, régiment par régiment, les départements de naissance des soldats « Morts pour la France »

 

France_location_map-Departements_1871-1914_RI068 France_location_map-Departements_1871-1914_RI090

France_location_map-Departements_1871-1914_RI268 France_location_map-Departements_1871-1914_RI290

Sans réelles surprises, nous constatons la régionalisation des unités, celle-ci correspond peu ou prou aux zones des bureaux de recrutement.

Capture10_BureauxRecrutement

Les 68 et 268ème R.I. mobilisés au Blanc (Indre) sont principalement composés dans l’ordre de Poitevins, Tourangeaux et Berrichons. Au contraire, les 90 et 290ème R.I de Châteauroux regroupent principalement des Berrichons.

 

Pour aller plus loin sur ce thème, je conseille la lecture de 2 ouvrages indispensables pour tous ceux qui s’intéressent au sujet et souhaitent approfondir la thématique:

  • « Armée, Guerre, Société – Soldats Languedociens 1889-1919 » de Jules Maurin réédité 2013 aux publications de la Sorbonne
  • « La France devant la conscription – Géographie historique d’une institution républicaine 1914–1922 » Philippe Boulanger Editions Economica 2001

Posté par Indre1418 à 07:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 décembre 2013

Désiré Teinturier, de Vendoeuvres à Steenstraat.

En 2006, lorsque je me suis rendu avec ma petite famille dans le Pas de Calais, nous avions bien évidemment fait un détour par Ypres et son musée « In Flanders Fields ». Ce musée est un incontournable de tout périple en Flandres.
Alors que nous prenions nos tickets, je notais que celui de mon fils représentait un barbu et qu’au fil de la visite, il était possible de suivre le parcours de ce personnage. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, que ce sergent était du « pays » et qui plus est, du 290e RI.
Le texte explicatif du musée signalait que sa fille Jeanne, accompagnée de son petit-fils, en visite au musée, avait reconnu son père sur un des clichés appartenant au musée.

Ni une, ni deux, à mon retour, en France, sur le site du musée, je retrouvais plus d’informations le concernant. Il s’agissait du sergent Désiré Teinturier qui tomba à Lizerne, le 27 avril 1915. Après une première tentative pour prendre contact avec la famille, je réussi enfin en 2012 à joindre Thierry, arrière petit-fils de Désiré qui a bien voulu m’ouvrir les archives familiales.

Alors que je préparais cet article, j’eu beau rechercher dans mes documentations, je n’arrivais à mettre la main sur le fameux ticket. Dommage. Or, je me dois de faire cet article, d’autant que justement, Désiré Teinturier ne m’est pas inconnu, il figure sur un cliché qui se trouve dans un de mes albums du 290e RI.

Voici donc Désiré Teinturier :

DesireTeinturier4_3

 

Né le 9 février 1874 à Vendroeuvres (Indre). Il exerce la profession d’expert comptable, après des études chez les Jésuites de La Souterraine (Creuse). A l’issue de son mariage avec Joséphine Hardy, en 1901, naquit, en 1912, Jeanne, sa fille. C’est elle, qui se rendit à Ypres, au musée In Flanders Fields, où elle reconnut son père sur un cliché. On imagine l’émotion d’alors.

Pour revenir au parcours de Désiré, et n’ayant pu visionner sa fiche de registre matricule, celle-ci étant à la numérisation, je ne peux que déduire certaines informations, heureusement, Thierry m’a transmis d’importantes indications et documents. Désiré Teinturier donc fut mobilisé à Châteauroux dès le 7 aout 1914 (Livret de mobilisation).

Au vu des photos transmises, il fut d’abord affecté au 65e RIT (Régiment d’Infanterie Territoriale), du fait de sa classe d’âge.

DesireTeinturier2_extraitDésiré Teinturier et un groupe du 65e RIT

Sur ce cliché, il est intéressant de noter la disparité des effets, qui démontre le mélange qui pouvait exister entre régiment d’active, de réserve et de territoriales. Certains portent des képis du 65e RIT (Numeros blancs sur fond Garance) et des capotes 1877 du 90e RI (Numéros Bleus sur fond Garance).

Après une période au dépôt, celui-ci monta au front au 290e RI, certainement dans le cadre d’un renfort. Peut-être fut-il volontaire ?
En Avril 1915, le 290ème RI et le 268ème RI furent rappelés en Flandres afin de renforcer et reprendre le terrain perdu, lors de l’attaque aux gaz que les Allemands lancèrent le 22 avril 1915, dans la région d’Ypres. Au sein de la 304e Brigade d’infanterie, ceux-ci attaquèrent en direction de Lizerne.

 

Pour raconter la triste journée où Désiré disparut, je laisse la parole au Colonel Eggenspieler, chef de corps du 290e RI :

"27 avril. - Marche d'approche. - Un ordre général d'opération pour la journée prescrivit de poursuivre sans interruption les opérations entreprises pendant la nuit (à ma connaissance il n'y en a pas eu), l'objectif étant toujours de rejeter l'ennemi au-delà du canal, et de conserver le terrain conquis. Le Général Codet a en conséquence ordonné une action convergente et coordonnée des 290e et 268e avec mission de balayer le terrain entre le canal et la route de Boesinghe, dans la direction de Steenstraat, et de se tenir vers la droite du secteur en relation étroite avec le 4e zouaves (à Lizerne) prêt à intervenir, et de rester également en liaison avec le 268e qui doit se conformer au moindre mouvement en avant. Cet ordre n'est pas bien clair, je l'ai reproduit d'après le Journal de Marche du régiment.


Dans mes communications avec la Brigade, j'ai constamment insisté pour connaître la situation à Lizerne. A qui était le village, à nous, ou aux Allemands ? Je ne pouvais pas espérer opérer sur le terrain au Sud du village si les Allemands y étaient. La Brigade me rassurait constamment, en m'affirmant que le 27 au matin, les zouaves occupaient la partie Ouest du village, et les Allemands la partie Est.
En fin de compte, aucune opération n'eut lieu le matin.


Vers midi, je fus appelé à la Brigade. On m'y donna connaissance des points essentiels d'un nouvel ordre d'attaque qui venait d'arriver. D'après cet ordre, il fallait s'emparer au plus tôt de Steenstraat, et border le canal de l'Yser de Hetsas à Steenstraat, après avoir nettoyé tout le terrain sur la rive gauche. Dans ce but il y aura une offensive menée simultanément par la gauche de la Brigade Cherrier (268e), la droite du groupement Codet (290e) et la gauche de ce même groupement (135e ), et éventuellement par le 4e zouaves. Il devait y avoir une préparation intense des artilleries françaises et belges.
Le 290e avait pour objectif un front de 400 mètres du canal de l'Yser au Sud du pont de Steenstraat, la route de Lizerne à Steenstraat exclue. D'après cet objectif on voit que j'avais raison de me préoccuper de la situation à Lizerne.


Eggen_P189

J'étais de retour au régiment vers midi cinquante. Je donnai mes ordres, et les sept compagnies (quatre du 6e bataillon, 19e et 20e du 5eet la C.M.) qui devaient exécuter l'opération s'apprêtèrent aussitôt. Nous nous sommes mis en route à 13h.45. En cours de route je fus rejoint par un message téléphoné de la 91e Brigade qui me fit connaître que l'artillerie commencerait son tir de préparation à 14h.45, que je ne devais déclencher mon attaque que quand je jugerais le moment propice, et quand la Brigade Mingasson à ma gauche aurait commencé son mouvement. J'ignorais tout de la composition et de la situation de la Brigade Mingasson. En attendant, je continuais mon mouvement vers les lignes. Nous avions formé deux colonnes, chacune de trois compagnies. Le Commandant de Lacombe conduisait celle de droite, et moi celle de gauche. Nous nous dirigions vers le terrain au Sud de Zuydschoote d'où nous devions partir pour l'attaque. Nous ne fûmes aperçus par l'artillerie allemande que quand nous fûmes en vue des lignes allemandes. Alors les fusants à couleur d’absinthe nous arrivèrent en grand nombre. Ils éclataient tellement haut qu'ils ne nous causèrent pas de pertes. Celles-ci ne se produisirent que quand nous fûmes près de Zuyschoote. A ce moment les Allemands nous envoyèrent des percutants. Les compagnies marchèrent en tirailleurs. Les mitrailleuses allemandes entrèrent en action à leur tour. Il y en avait une qui était nichée dans la lisière sud-ouest de Lizerne, qui balayait tout le terrain dans notre direction. Malgré ce feu meurtrier, les compagnies de tête (23e et 24e) atteignirent la tranchée de première ligne française qui longeait la route de Lizerne à Boesinghe. Il n'y avait pas de boyaux pour aller d'une tranchée à l'autre.


La tranchée de tête était remplie de troupes. Il y avait
des territoriaux, des zouaves et des hommes d'un bataillon d'Afrique. A notre droite se trouvait le 268e. Les 21e et 22e compagnies s'étaient arrêtées dans des tranchées de deuxième ligne, ayant en arrière et à gauche d'elles les 19e et 20e. La C.M. était en réserve en arrière et à droite près du P.C. du 268e. A gauche, les compagnies de première ligne n'étaient en liaison avec aucune troupe française. De ce côté la continuité de la ligne était interrompue par le village de Lizerne, qui était encore entièrement entre les mains des Allemands. On voit combien j'avais raison de me méfier de cette localité.


Après avoir franchi le Kemmelbeck, je suivais person
nellement un chemin qui conduisait directement à Steenstraat par Lizerne. Je suis passé à un moment donné à côté d'un moulin qui était en flammes. Un peu au delà du moulin je me suis arrêté dans une tranchée à droite du chemin. Comme je n'y voyais rien je suis passé de l'autre côté du chemin dans une tranchée occupée par des territoriaux tout contre Zuydschoote. Malgré que le terrain y fût plus élevé je n'y voyais toujours rien. Je ne savais pas ce qu'était devenu ma troupe. Je me décidai alors de me porter plus en avant sur une bosse de terrain au Sud de Lizerne. Je dois rappeler encore qu'avant d'arriver au moulin qui flambait, j'avais vu dans une ferme à gauche le Général Cherrier qui commandait la Brigade à notre droite. Il m'a fait connaître qu'il n'avait aucune mission offensive.


Dans mon déplacement vers le terrain au Sud de Lizerne, je fus suivi par mon Officier adjoint, le Lieutenant Sohier, et par toute la liaison. Dès le début nous dûmes marcher courbés
et bientôt après il fallu ramper. Chemin faisant, je suis passé devant un sergent du Génie qui était assis par terre et qui se lamentait. Il était déchaussé et avait eu un pied traversé par une balle. Il avait une claie qui gisait à côté de lui. Il était chef d'une équipe de transporteurs de claies, qui devait établir des passages sur l'Yperlé, petit ruisseau qui précédait le canal de l'Yser. On pense si ces hommes avec leurs claies sur la tête étaient visibles. Du reste, on n'était pas près de le franchir, l'Yperlé. Le pauvre sergent était tout seul, il ne savait pas ce qu'étaient devenus ses hommes.


Dans notre déplacement en avant j'étais seul sur mon
cheminement. Le Lieutenant Sohier avec la liaison et les ordonnances en suivait un autre, à 50 mètres à ma gauche. Arrivé au point où j'avais des vues sur le terrain au Sud de Lizerne, je me suis arrêté couché dans l'herbe. Je voyais mes compagnies de tête arrêtées à côté des zouaves. La campagne était absolument vide. Aucune troupe n'était sortie nulle part pour attaquer. Etant donné la situation à Lizerne, elles avaient bien fait. Pendant tout le temps que j'étais couché à mon poste d'observation je voyais des hommes continuer à se porter en première ligne. Je me soulevais et leur criais de toutes mes forces de rester couchés. Ils ne voulaient rien entendre. Je les vois toujours courir de leurs petits pas menus, l'arme croisée devant le corps puis s'abattre, touchés par les balles des mitrailleuses. Pauvres garçons ! Que de morts inutiles, soit par manque d'instruction tactique, soit par une conception exagérée du devoir militaire. Quand je reportai mes regards vers le groupe Sohier, je vis le Lieutenant couché à terre et ramper vers un trou d'obus en se servant seulement de ses bras. J'en conclus qu'il était blessé aux jambes. J'interpellai le Maréchal des Logis Pothet qui, au lieu de me renseigner, me demanda si je n'étais pas blessé. Je lui dis que non. Puis je dus me recoucher et me faire extra-plat tellement les balles de mitrailleuses rasaient le tapis de près. Au bout d'un moment, je vis deux hommes, Blin, mon ordonnance, et Pothet porter le Lieutenant en avant vers la tranchée de tête. Je me disais aussitôt, ils vont se faire achever. En effet, au bout de quelques pas tout le groupe s'abattit sur le pré. Je ne sus que plus tard que Pothet avait reçu une balle dans le ventre, et Blin une dans le bras. Le Lieutenant ne fut plus touché. Il en avait assez de sa première blessure, une balle lui avait fracassé la cuisse. Bref, quand la fusillade et la canonnade se furent calmées, et que l'obscurité commençait à tomber, je me dégageai de ma position d'observation où j'ai fini par rester tout seul. Je n'eus d'autre ressource que d'aller à l'arrière à mon P.C. pour me reconstituer une nouvelle liaison.


Mon P.C. se trouvait dans une ferme plus avancée que
celle du Général Cherrier. Mon personnel y occupait une cave pas bien propre. Le reste de la ferme était occupé par l'E.-M, du bataillon de zouaves de Lizerne. Les Officiers du bataillon ont été très accueillants, mais je n'ai pas pu savoir qu'elle était la situation du bataillon à Lizerne.


J'attendis le compte rendu du 6e bataillon qui s'était
trouvé en tête du mouvement. Je me doutais que les pertes avaient dû être sérieuses. A la 23e, le Capitaine Marsily avait été tué. A la 24e, le Capitaine Beyler et le Lieutenant Ramez étaient blessés. J'avais donné des ordres pour qu'on m'avertisse quand les Officiers blessés passeraient devant la ferme. C'est ainsi que j'ai revu le Lieutenant Sohier. L'excellent garçon s'excusa d'être obligé de me quitter en pleine action. Le Capitaine Beyler avait conservé sa crânerie habituelle. Comme Sohier, il avait reçu une balle dans la jambe. Il a voulu donner l'exemple à ses jeunes gens, m'a-t-il dit. J'ai accompagné tous ces braves de mes vœux de prompt rétablissement.
Je pris comme Officier adjoint le jeune porte-drapeau
Devilliers qui était apte à remplir ces fonctions. Je me reconstituais également une liaison.
Aucun événement ne se produisit au cours de la nuit. Le
canon a continué à tonner mais par intermittence seulement.
J'ai estimé à une centaine le nombre d'hommes mis hors
de combat."

 

Le Journal de Marche et Opérations du régiment indique plus prosaiquement 19 tués, 55 blessés, 1 disparu et 1 mulet tué.

Le parcours de Désiré Teinturier se terminait ainsi sur les terres de Flandres, le 27 avril 1915.

Un fait m’a interpellé lorsque j’ai reconstitué son parcours. La fiche Mémoires des Hommes, le Journal de Marche donne le grade de Caporal à celui que je connaissais sous le grade de Sergent. Pour comprendre, je me dois de vous présenter au final ce qui constitue le dernier cliché connu de notre caporal-sergent. De la même façon, les documents vus à Ypres, au musée, l’indiquait bien Sergent et non Caporal.

DesireTeinturier5
Après la chute de la neige, Sergent Teinturier auprès
 d’un trou creusé par un obus Zonnebeque

Que j’aurai voulu que Jeanne voit ce cliché.

 

Sources:
Collection de l'auteur
Collection familiale Thierry Le Panse (Merci à lui pour sa confiance)
Le 290e RI, un régiment de réserve du Berry -Colonel Eggenspieler.

Posté par Indre1418 à 08:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

03 décembre 2013

Des nouvelles de Lucien.

Autre secteur, mais aujourd'hui, il y a 99 ans, dans ce paisible champ de maïs, à droite, Lucien Bessonneau disparaissait, corps et âme.

Secteur_VueChemin_DeFer_LignesFrancaises

http://indre1418.canalblog.com/archives/lucien_bessonneau/index.html

Mais aujourd'hui est une journée un peu spéciale, car outre l'anniversaire de la disparition de Lucien, de nouveaux éléments apparaissent au dossier familial.
Lucien est titulaire de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire!!!!
Je ne le savais pas, mais un ami, Jean Pierre Létang recherchait dans le Journal Officiel des traces de médaillés. Or, en consultant le J.O. du 17 septembre 1924, il a eu la surprise de découvrir un patronyme qui lui disait quelque chose. Bessonneau!!! Non pas le célèbre industriel angevin, mais le grand-oncle d'un de ses correspondants, c'est à dire moi-même. Il m'en avertit alors.
Autant vous dire, que j'ai eu un sacré frisson lorsque j'ai lu et relu le mail.

JO_19240917_Titre

JO_19240917

Merci Jean Pierre

Jusqu'à présent, j'avais un petit cadre avec une Croix de Guerre et une Médaille Militaire qui, dans mon fourre-tout, me servaient de décorations d'étagères. Maintenant, la Croix de guerre avec Etoile de bronze et la Médaille Militaire qui l'accompagnait prennent une toute autre valeur.

Médailles001_1

Rectificatif: Dans ma précipitation, je n'avais pas compris le message que Jean Pierre m'avait envoyé, l'attribution porte sur la Médaille Militaire, car Lucien, en 1924, est déjà titulaire de la Croix de Guerre. J'ai donc modifié en conséquence le message.

Posté par Indre1418 à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2013

Quelques portaits du 290e RI

Comme nous l'avions vu il y a quelques temps déjà, le lieutenant Sohier de la C.H.R. du 290e R.I. tient à jour son journal personnel. E. Sohier est l'officier qui a en charge les équipes téléphoniques du régiment.

AlbRoger_RI290_LtnSohier
Lieutenant E. Sohier - Zonnebeke 1915

De temps en temps, il se laisse aller à décrire ses collègues qui sont autout de lui. En cette fin aout 1914, le 290e RI est, avec le 268e, dans le secteur du Rambétant non loin de Nancy, alors qu'une bonne partie du 9e CA est en retraite en Belgique.

Depuis que je suis au Rambétant j'ai plus de contact avec tous les agents de liaison. Les cyclistes, bons petits gars qui marchent avec d'autant plus de zèle qu'il fait plus mauvais (j'entends mauvais au sens de dangereux), un Chaine, par exemple, petit commerçant dont l'esprit fuit fréquemment vers sa famille et ses affaires, mais qui s'est trouvé l'âme d'un vaillant, d'un ardent, même, souvent. Les hussards éclaireurs de terrain, cavaliers avec tous les défauts des cavaliers, mais courageux, débrouillards, rouspéteurs, quoique sachant harder sous la fantaisiste impulsion de leur margis, Potet, intelligent, ayant le sens inné de la direction, sixième sens dont j'ai pu apprécier la nature extraordinaire, buveur, coureur, fanfaron mais brave, avec simplicité, au moment où sa bravoure est le plus remarquable. Il y a là Galisson, peu bruyant, un peu entêté, mais tenace avec toutes les caractéristiques du paysan breton.

J'ai aussi plus de contact avec la garde du drapeau, bande de coloniaux peu estimables, que le colonel Hirtzmann apprécie parce qu'ils sont coloniaux. De Tarlé les juge à leur juste valeur, mais il ne lui est pas désagréable de les commander. Nous aurons à en reparler - jamais en bien.

Les sapeurs, flemmards, costauds, arrivant sous une vigoureuse impulsion, bien secoués par de Tarlé, qui sait mettre la main à la pâte, à faire du travail consciencieux.

RI290_DeTarleJeanJean de Tarlé (1879-1970)

Il y a aussi deux personnages : Blin, l'ordonnance du colonel, dévoué et bon bougre, mais le parfait ordonnance de colonel. Et le cuisinier. Celui-là je ne me souviens plus de son nom. Il fait de la bonne cuisine, et sait se débrouiller quand il est en place. Mais disparait dès qu'il faut se débrouiller réellement, de sorte qu'aux heures un peu difficiles nous risquons toujours de claquer du bec. Avec cela, il est froussard intensément, et fainéant comme une couleuvre.

On lui pardonne quand on voit apparaître une quiche dorée, une tarte onctueuse aux mirabelles, ou qu'il a su trouver à acheter ou faire dénicher par la garde du drapeau (cela nous le saurons surtout plus tard) une vieille bouteille de kirsch ou de mirabelle.

Sources: E. SOHIER - 1914/1915 livre auto édité

Posté par Indre1418 à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 juillet 2013

Les Zigouilleurs du 290e (Réactualisé 2013)

En 2006, à la lecture de l'ouvrage du Lieutenant-colonel Eggenspieler, nous avions découvert l'existence des Zigouilleurs. Je reprend donc le message de l'époque afin de le réactualiser avec ma dernière trouvaille qui vient agrémenter ce sujet de fort belle manière.

"C'est en vue de l'exploration des tranchées allemandes, après l'émission de gaz, que fut créée au régiment l'équipe des «zigouilleurs», de leur nom technique «nettoyeurs de tranchée». La première appellation indique quel devait être leur genre de nettoyage. Pour exécuter leur besogne, on avait doté ces hommes d'une arme comme pouvaient en avoir nos ancêtres de l'âge de fer. Si d'anciens combattants en ont gardé un spécimen, qu'ils le gardent précieusement pour l'édification des générations futures. L'arme comprenait essentiellement une tringle en fer (ou acier) de la grosseur d'un petit doigt. A une de ses extrémités, la tringle était recourbée de façon à former une poignée dans laquelle on pouvait passer la main. A l’autre extrémité, elle était aplatie au marteau et se terminait en pointe de lance. Cette arme pouvait se placer dans une gaine en bois blanc".

 

ArmeZigouilleur

"Ces poignards primitifs disparurent sans qu'on ait su comment et sans demande d'explication de la part du Commandement".

 

Sources: Colonel Eggenspieler - Le 290e RI un régiment de réserve du Berry - Editions Bourdier 1932

 

Quelques surins distribués aux troupes:

Clou
Le Clou

 

Couteau
Le Courot
(Photo: G. Roland)

 

 PoignardVengeur
Le Vengeur

 

 

PoignardDeFortune
Poignard de fortune


Actualisation 2013:

7 ans plus tard, donc, l'affaire des Zigouilleurs rebondit, par l'intermédiaire de Cédric "Les Alpins" du forum "HistoireMilitaria". Qu'il en soit vivement remercier car il s'agit là d'un document unique:

Voilà donc une partie de l'équipe "S.Z." du 290e RI (Section de Zigouilleurs).

 

CaptureZigouilleurs_2

 

Dans chaque groupe, on trouve toujours un boute-en-train, et celui-là son nom il le signe à la pointe de son épée, d'un Z qui veut dire ... (Désolé, je m'égare.)

 

CaptureZigouilleurs_1

Sur ce, je pars en congé dans quelques jours.

Retour en Septembre, j'ai quelques séjours aux AD36 à préparer, ainsi qu'un passage à la Médiathèque de Châteauroux, voir aux archives municipales. Je prévois aussi quelques randonnées afin de suivre les anciennes lignes de chemin de fer départementales, celles qui servirent à la mobilisation de 1914 et qui depuis sont tombées dans l'oubli. Un été studieux au final.

 

CaptureJC2

 

Posté par Indre1418 à 20:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2013

Flandres 1914-1915 Les sépultures disparues

Alors que le 3 du mois dernier, je me souvenais de Lucien Bessonneau, je ne peux pas m'empêcher de penser aussi aux multiples soldats dont les sépultures précaires et au combien provisoires finirent par disparaitre. Le champ de bataille de 1914, autour d'Ypres connut les combats et les bombardements jusqu'en 1918.

L'apreté des combats, la difficulté des évacuations engendraient l'impossibilité d'ensevelir convenablement les compagnons d'armes.

 

RI290_SepultureProvisoire_BoisDuPolygone

On notera l'effet de la mitraille et des bombardements sur les arbres environnants.

Posté par Indre1418 à 11:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

03 décembre 2012

La reconnaissance du Peuple Français

3 décembre 1914 - 3 décembre 2012

Une pensée pour Lucien.

En 1921, en l'absence de corps et au vu des documents fournis par l'armée, le tribunal de La Châtre émet un jugement permettant de dresser l'acte de décès en la commune du Pin et la transcription de la mention de Mort pour la France sur les documents administratifs.

Au nom du Peuple Français, le Tribunal civil de La Châtre (Indre) a rendu le jugement dont la teneur suit:
Vu la requète qui précède Qui M. Souffron, président du tribunal en son rapport et M. le procureur de la République en ses conclusions le tribunal après en avoir délibéré a rendu le jugement suivant:

Attendu qu'il résulte des pièces mentionnées dans la requête présentée par M. le procureur de la République que le soldat BESSONNEAU Lucien Jean baptiste du 290e RI, né à Cuzion le 17 octobre 1887 de Silvain et de BLANCHARD Angèle, célibataire, domicilié à Le Pin a disparu le 3 décembre 1914 à Zonnebecke (Belgique). Vu la loi du 25 juin 1919 art. 9 Par ces motifs, le tribunal dit que le soldat BESSONNEAU Lucien Jean Baptiste est "Mort pour la France" le 3 décembre 1914 ) Zonnebecke (Belgique). Ordonne que le présent jugement sera transcrit sur le registre de décès de l'année courante de la commune de Le Pin et que mention de ce jugement sera faite à la date que l'acte de décès aurait du occuper tant sur le double du registre des décès qui existe à la mairie de Le Pin que sur celui déposé au Greffe du Tribunal conformément à l'article 92 du Code-Civil ...

 

BessonneauLucien_1909ToursLucien Bessonneau en 1909
à Tours, lors du service militaire au 66e R.I.

 

Sources:
Etat-civil Badecon le Pin
Collection de l'auteur

 

 

 

 

 

Posté par Indre1418 à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2012

Une correspondance au sein du 290e RI

Aimant fureter sur le net, voici une intéressante trouvaille. Il s'agit là d'extraits de la correspondance d'Henry Arnault qui partit en 1914, comme sergent au 290e RI.

On ne peut que rester coi devant l'extrait du 21 janvier 1916:

"Ceux qui viendront après nous ne comprendront sans doute jamais le genre de souffrances que des millions d'hommes auront subi pendant plusieurs années, volontairement, pour s'entre-tuer. Est-il possible à des cerveaux modernes d'imaginer un tel cataclysme ?"


Henry Arnault était alors très loin d'imaginer que 4 mois plus tard, il serait à la Cote 304 et qu'il enchainerait ensuite avec la Somme.

A lire: "Ecrire, correspondances rélles ou imaginées"

tranchee2

Posté par Indre1418 à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2012

Le boyau des Biarnais de Calonne

Sur le net, sur l'excellent Histoire -Généalogie, on reparle du sergent Luneau dont nous vous avions présenté le parcours en 2007.

http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article2186

Dans l'article, il est à noter que le "boyau des Biarnais" est en réalité la "tranchée des Béarnais", face à la Fosse 11 de Lens.

Bearnais_268e RI
Extrait du JMO 268e RI - SHD - 26N733


Si un lecteur du 290e RI reconnait un de ses aieux, pensez à envoyer un message à Marie Claude.

 

Posté par Indre1418 à 19:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,