Réactualisation d'un ancien article de 2010
Au delà de simplement diffuser une liste alphabétique des Morts pour la France des régiments indriens, il est intéressant de connaitre leurs origines.
En effet, si le recrutement régional du début du conflit a fait que bon nombre de Berrichons et Poitevins sont tombés au sein des unités indriennes, les pertes furent telles en 1914 que le modèle de recrutement ne pouvait convenir longtemps aux besoins de l'armée française, ainsi le recrutement se fit de plus en plus national.

Commençons donc par la répartition des départements de naissance des MPF des 68 et 268e RI, lors du conflit:

RI068_Matrice_CarteFrance
RI268_Matrice_CarteFrance

 

 

.

La portion principale du régiment est casernée au Blanc, à mi chemin entre Châteauroux et Poitiers. Le recrutement de ce régiment s'effectue principalement dans l'Est de la Vienne et le sud de l'Indre et Loire, les natifs de l'Indre qui y sont affectés sont essentiellement des natifs de la Brenne.
Dans le cas du régiment castelroussin et de sa réserve, le recrutement est beaucoup plus centré sur le département de l'Indre, les habitants du Boischaut et de la Champagne berrichonne y sont principalement représentés.

.

RI090_Matrice_CarteFrance
RI290_Matrice_CarteFrance

 

 

.

A noter que le distinguo entre les unités d'active (68 et 90) et les unités de réserve (268 et 290). Le recrutement est nettement plus large, au plan national, pour les unités d'active. Cependant dès 1915, les unités de réserve furent employées comme des unités d'active. Les régiments en série 200 n'ont alors de réserve que le nom.
.
Sur le sujet de la concription, je conseille la lecture de l'excellent "La France devant la conscription"  BOULANGER Philippe chez Economica